AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Que serais-je sans toi ? || Felice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lindberg Svetlana
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 22/07/2015
Que serais-je sans toi ? || Felice écrit le Mar 15 Sep - 20:17

Que serais-je sans toi ?

Feat ; Felice

Earthea ; Habitation
Voilà maintenant deux ans que tu vivais a Galiea la cité du peuple d'Okeanos suite à ta fuite du temple du ciel. Tu étais passé ici avant d'atteindre la ville sous-marine faisant une rencontre qui changea beaucoup de chose pour toi. Depuis ce jour tu le voyais bien souvent, mais jamais tu n'aurais pensé venir le voir pour lui dire que la où tu vivais depuis maintenant deux années venait littéralement d'exploser. Tu avais été chanceux tout de même, bien que blessé ce n'était que léger par rapport à d'autres. Il y avait même eut des morts, tu le savais très bien ayant vu une mère et sa fille mourir sous tes yeux, la seule chose dont tu te félicitais été d'avoir sauvé le petit garçon de causant une blessure assez large dans le dos. Une brûlure ou peut-être une coupure, tu n'en savais rien. Alors en remontant avec l'enfant tu le donna aux médecins avant de partir à la recherche d’Émilien.

Tu voulais le voir, sans vraiment tout comprendre à ce qu'il pouvait t'arriver. Mais tu savais que tu étais bien quand il était avec toi, après tout il était ton premier ami en dehors de tes années dans le temple. C'est aussi celui qui t'avais offert ce masque que tu portais encore aujourd'hui. Avançant dans Démétrio, sagement suivit par Kitsune qui a ton grand soulagement n'avait rien, pas une seule blessure. Ça te rassuré énormément. S'il avait du lui arrivé quelque chose, tu ne savais pas ce que tu aurais pu faire.

Et te voilà, déambulant dans les rues des habitations de Démétrio, cherchant toujours Felice. Où était-il passé maintenant ? Kitsune saute sur ton épaule et de sa queue te montre une ruelle, comme celle de votre première rencontre. Tu y engages le pas, le trouve enfin.

« Émilien ! » C'est presque en lui sautant au coup que tu vas vers lui, le serrant amicalement dans tes bras. « Ça fait plaisir de te revoir. »
Parole: #0099ff
Mon gif n'a aucun rapport
avec le rp omg je pleure
mais je l'aime gomen
tu me diras si ça te va
il est un peu nul serious




Lindberg = Kohe & Soren



KARMA POLICE
I'VE GIVEN ALL I CAN
IT'S NOT ENOUGH
I'VE GIVEN ALL I CAN
BUT WE'RE STILL THE PAYROLL

Merci a Felice pour la signature ♥♥♥♥
Felice
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 25/07/2015
Re: Que serais-je sans toi ? || Felice écrit le Sam 26 Sep - 19:39
✘ ANSIOSO


La nouvelle avait résonné au-delà des étroites ruelles de la capitale souterraine, tranchante, glaciale et implacable. La sentence énoncée, les messes basses narraient déjà le nombre de victimes et de personnes disparues qui ne cessait de croître. Tentant nerveusement d'amoindrir les tremblements qui s'emparaient de ton corps, tu te voilais derrière un masque d’impassibilité, faciès pâle et désintéressé qui pourtant hurlait intérieurement d'inquiétude. La journée durant, tu n'avais cessé de te ronger les sangs, flagrant mélange d'anxiété et d'impatience, freinant malaisément tes ardeurs qui te poussait à te rendre dans la fière capitale Okeanosienne. Recueillis dans une fébrilité constante, tu arpentais les artères houleuses de Démétrio, le son de tes pas claquant sèchement contre les pavés noirâtres. Tu avais abandonné tes activités de la journée, balayant consciencieusement les affaires qui pourtant n'en demeuraient non moins importantes. Ton esprit embrumé de pensées parasites t'emportait dans les méandres agités et inquiets aux relents d'ébène. 

Le bilan n'était guère clément; la colère du dieu des océans ayant balayé avec fureur la ville qui pourtant était sienne. Quelques réfugiés de la tragédie arrivaient déjà parmi les habitants d'Earthea, trouvant provisoirement un asile tangible. Silencieusement, tu entamais ta trente-deuxième prière de la journée, louant le dieu de la terre de placer sous sa bénédiction un Caelestien à la chevelure d'albâtre. Les heures s'écoulaient, longues et tardives, emportant avec elles les lambeaux dégradés de ta patience altérée. Tu savais jongler aisément avec le stress précurseur de tes sombres affaires, gérant sans gêne l'adrénaline qui coulait dans tes veines. Cependant, tu n'étais nullement habitué à l'angoisse qui mordait ton âme avec véhémence, berçant la préoccupation qui envahissait tes traits crispés. Égaré dans les renfoncements obscurs des allées de la capitale, tu bridais tes pensées morbides, essayant tant bien que mal de positiver la situation présente. Ton optimisme s'illustrait pourtant couramment, néanmoins tu ne parvenais à endiguer les doutes ravageurs.

L'éclat de voix se répercutait dans l'impasse sinueuse, contrastant de sa claire limpidité. L'instant suivant, tu sentais contre ton corps celui de l'engeance royale, le prince Caelestien en personne. Tandis que tu le serrais impulsivement dans tes bras, ton être blafard prenait lentement conscience de la situation. Lindberg se dressait bel et bien devant tes prunelles carmin, rescapé du sinistre qui avait frappé Galiea.

« Ça fait plaisir de te revoir. »
A ses mots, tu resserrais ta prise sur son être, exprimant par des gestes le soulagement qui s’emparait de ton âme. Pressé contre son épaule, tu parvenais néanmoins à émettre quelques sentences, paroles volages et sincères, tout en agrippant la veste qui s'offrait à toi.
« Je suis heureux que tu sois en vie. »
FEAT LINDBERG SVETLANA - FELICE : #2a85a6
J'AI ENFIN RÉPONDU KRRR





Lindberg Svetlana
avatar
Messages : 147
Date d'inscription : 22/07/2015
Re: Que serais-je sans toi ? || Felice écrit le Ven 2 Oct - 22:47

Que serais-je sans toi ?

Feat ; Felice

Earthea ; Habitation
La colère du dieu des mers n'était inconnue à personnes désormais. Nombreux étaient ceux qui attendaient la vision d'un proche ou même d'un ami sortir de l'enfer où ils étaient il y a peu de temps. Toi aussi, tu avais vu la mort de près. La bas, sous cet océan hostile, tout n'était plus que néant. La mort avait déjà emporté de trop nombreuses vies à ton goût et la seule personne que tu n'ai pu sauvé était cet enfant que tu as donné à un médecin en arrivant, partant rechercher la personne qui était devenue si spéciale pour toi.

Tu n'avais d'abord pas compris ce qu'il t'arrivait. Engeance de sang royale, tu avais vécu dans un temple les seize premières années de ta vie, jamais tu n'avais vu le monde de l'extérieur et il fut ta première rencontre. Cet Émilien, qui était en réalité un voleur, revendeur et contrebandier à Earthea. C'est dans un hasard un peu étrange que tu as vu ton destin rencontrer le sien. C'est peut-être pour cela que maintenant tu bénis tout les dieux de t'avoir permis de le rencontrer ce jour là, alors qu'il était partit pour te chaparder au vu de tes riches vêtements. Joyeux destin il est sur, mais encore maintenant tu ne comprend rien de ce qui a pu t'arriver en deux ans de connaissance. C'est peut-être par envie, ou simplement un besoin de vie qui te poussé à le revoir. Tu avais besoin de lui, tu ne savais pas pourquoi tu voulais tant être auprès de cet être sans rang. Tu allais et venait entre l'océan et la terre, le revoyant bien plus souvent que tu ne le pouvais réellement.

Ton regard croisait le sien, vous vous parliez souvent et ton cœur à chaque fois bondissait joyeusement dans ta poitrine à sa simple vision. C'est dans le doute total que tu étais. L'innocence dont tu étais crée t'interdisait de comprendre ce qu'il se passait en ton fort intérieur. Tu ne te discernais même plus toi-même. Pourquoi ton cœur battait-il si vite face à lui, la peur te gagnait parfois mais cette envie irréfutable elle, ne disparaissait pas.

Le serrant maintenant entre tes bras, il resserra lui aussi sa prise. Tu ne voulais plus le lâcher, car il y a une chose qui était sur pour toi maintenant.

« Je suis heureux que tu sois en vie. »

C'est que cet homme, était plus qu'un simple ami pour toi. Non pas qu'il ne t'avait pas fallu du temps pour comprendre. Bien au contraire. Mais c'est lui qui un jour, est venu te voir et ta déclaré tout ce que tu avais sur le cœur. Il est vrai que ça avait été dur de comprendre qu'il parlait de lui et non pas de ton cœur. Et ce fut que plus tard que tout devint clair pour toi comme pour lui. Et ce depuis un an maintenant.

« Je ne pouvais pas mourir la bas... » Tu souris doucement, te décollant un peu juste pour pouvoir planter ton regard dans celui de ton interlocuteur. « Car, je veux mourir dans un des moments les plus heureux de ma vie. » Un doux sourire s'empara de tes lippes. Quand prit d'une douceâtre envie tu te penchas vers celui qui était tout pour toi. Tu capturas alors ses lèvres, chastement.
Parole: #0099ff
Je sais pas si tu aimeras.
Mais bon, ça va.
J'avoue j'aime les paroles de Lindberg...
Il y a des fautes haha.




Lindberg = Kohe & Soren



KARMA POLICE
I'VE GIVEN ALL I CAN
IT'S NOT ENOUGH
I'VE GIVEN ALL I CAN
BUT WE'RE STILL THE PAYROLL

Merci a Felice pour la signature ♥♥♥♥
Felice
avatar
Messages : 78
Date d'inscription : 25/07/2015
Re: Que serais-je sans toi ? || Felice écrit le Lun 21 Déc - 17:25











« Je ne pouvais pas mourir là-bas… »

La phrase fut telle une délivrance, délestant brusquement l’anxiété et l'angoisse, impatientes gangrènes mordant ton corps avec ferveur et qui t'avaient ravagé toute la journée durant. La peur de ne pas revoir l'engeance céleste avait envahi ton être, aveuglant tes actes et masquant ton habituelle quiétude. Le sourire du prince de l'empyrée tapissait ton âme, écorchant son homonyme sur ton visage laiteux. Tu accrochais ton regard carmin au sein, pupilles ambrées aux reflets d'or, plongeant sans retenue dans les abîmes du jadis Caelestien.

« Car, je veux mourir dans un des moments les plus heureux de ma vie. »

Ton cœur grondait, tandis que ton sourire s'agrandissait. Un faible éclat de rire franchit tes lèvres fines, maigre approbation aux paroles de ton interlocuteur. Tendrement, tu resserrais ta prise sur ce dernier, emprisonnant son corps au travers de tes bras ouverts, tremblant imperceptiblement de ces distinctes sentences. Épris de ses ardeurs dévorantes, tu ne pouvais refréner les émotions qui s’agglutinaient au tréfonds de ton être, rongeant le contrôle que tu tentais tant bien que mal de maintenir. Tu avais eu peur. Quand les nouvelles avaient atteint l'obscurité du monde souterrain, tu n'avais tout d'abord pas pu y croire. Refusant nettement de te laisser influencer par ces frasques que tu pensais irréalisables, tu n'avais fait que dédaigner les faits, te voilant d'épars lambeaux d'espoir.

Brusquement, tu laissais choir ton visage dans le cou laiteux du prince, soupirant d'un soulagement non-maîtrisé. Fermant tes orbes sanglants, tu t’enivrais des senteurs étrangères du blanchâtre, cachant tes soupirs sur sa peau ivoirine.

« Earthea soit loué. J'ai eu peur, Lindberg. »

Tes paroles n'étaient que saccades, vibratos naissants dans tes entrailles, faisant frémir tes cordes vocales. Dans une autre vie, la vision t'aurait semblé pathétique ; misérable enfant refrénant ses pleurs, maigre faiblesse aux allures de vagabond. Seulement, cette existence demeurait bien loin de la tienne, et tu te contentais de bouillir d'intensité, ton épiderme brûlant et à fleur de peau, tes lèvres embrassant furieusement le cou qui s'offrait à toi. Bénit soit-il, bénit soit Earthea. Tu murmurais à l'immaculé des sentences douceâtres, autant pour lui que pour toi-même, cherchant sûrement à te rassurer de la véracité de l'instant.

Au bout d'un moment qu'il te semblait être une éternité –bien qu'à ses côtés, tu consentais à t'abandonner durant des siècles s'il le fallait– tu retirais ton faciès de la pâleur innocente de l'engeance lactée. Délaissant tes mains sur les joues rougies, tu plongeais tes yeux dans les siens, ancrant ton âme au plus profond de son être.

« Mon amour. »

Cela n'avait été qu'un murmure, litanie emportée par les grondements de la foule. Puis tu te laissas envahir. D'une main, tu avais saisi la nuque du prince, tandis que l'autre s'était désespérément accrochée à sa veste, comblant brutalement le vide qui vous séparait encore. Tes lèvres s'écrasèrent sur les siennes, d'un geste bien loin de la douceur qui tu lui accordait habituellement, mais bouillonnant d'une ardeur trop longtemps refoulée, trop longtemps ignorée. Ardeur brûlante qui embrasait ton corps, te faisant sombrer, emporté par les orbes d'ambre qui semblaient te damner. Et seigneur que tu aimais ça.



#2a85a6
bon dieu, ceci est trop guimauve kfqzk
papouilles


Contenu sponsorisé
Re: Que serais-je sans toi ? || Felice écrit le

Que serais-je sans toi ? || Felice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Que serais-je sans toi ? [Pv Lew]
» (M) Libre ▼ - La vérité, c’est que sans toi, c’est moi qui serais perdu
» Que serais je sans vous !
» (F/LIBRE) AURORA MOHN ≈ que serais-je sans toi ?
» Le palais Sans-souci en Danger

Nebula :: 
autres lieux
 :: zone terrestre
-