AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Come, break me down — Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Come, break me down — Aiden écrit le Lun 21 Sep - 19:10

Come, break me down

○ You saw my pain, washed out in the rain. Broken glass, saw the blood run from my veins. But you saw no fault no cracks in my heart. And you knelt beside my hope torn apart. But the ghosts that we knew will flicker from view. And we'll live a long life. So give me hope in the darkness that I will see the light. Cause oh they gave me such a fright. But I will hold as long as you like. Just promise me we'll be alright …


Les frissons briment l'échine avant même qu’elle n'esquisse sa pensée. Elle a peur d’agir sous l’emprise de l’orgueil, de laisser faire les colères de son cœur. Fuir, courir, voir les regrets qui l’envahissent en un clin d’œil. Elle n’assume pas la nouvelle, non, elle ne l’assume pas la petite June. Elle intériorise. Un affrontement entre hier et aujourd'hui. Une guerre à mener pour demain. Mais que retrouvera-t-elle à son chevet quand l'aube engendrera la suite de cette profane prophétie ? Les cendres pour seul tapis et le regret pour unique émotion. Est-ce ainsi qu'elle se voit évoluer parmi les hommes ? Est-ce comme ça qu'elle compte envisager la succession de jours qui accueillera ses mouvements incohérents ? Elle est épuisée. Trop éreintée pour lutter contre cette perdition qui la consume heure après heure. Une seconde fois exilée, elle a dû fuir la ville aquatique à cause de ces ratés de Nomades.  Elle n'a conscience que de peu de choses depuis qu'elle s'est enfermée dans son antre et qu'elle attend que la folie trépasse d'elle-même. La vérité, c'est qu'elle ne peut que s'attarder, l'entraîner dans une spirale qui n'a de fin que sa propre perte.

Elle se déteste dans chaque regard qu'elle croise et qui semble l'accuser. Les traits rendus fous par ce deuil qui s'impose, le teint s'évanouissant pour se morfondre en opale et les prunelles incertaines qui convoitent tout mais ne s'arrêtent sur rien. Sa démarche bascule dans une course insolite. Elle sait qu'elle ne peut pas semer ce qui loge à l'intérieur d’elle. Alors elle s’arrête à un arbre avant de s’y laisser glisser négligemment. Il est mort. Il est mort ? Il est mort ! Le ténor du Champion de Caelestis résonne à l’infini, en un bourdonnement incessant qui lui vrille les oreilles. Alekseï est décédé des mains du Dieu Noyé, seul sans elle, alors qu’il la cherchait mais elle avait déjà évacué Okeanos.

Recueillie par le peuple d’Earthea, bien qu’à contre cœur, elle met ses connaissance de bases en médecine pour soigner les blessés. June fuit les lieux de soins, cette atmosphère est insupportable. Les cris, les pleurs et l’odeur du sang lui donne la nausée. Elle est incapable de faire quoi que ce soit, tétanisée comme elle est, on lui a donné congé pour la journée. Elle fixe ses mains qui tremblent, elle ferme les yeux avant de se cogner la tête une fois, deux fois, trois fois. Un bruissement de feuilles attire son attention, elle ne désire aucune compagnie, oh non.

Qui que ce soit, tu dégages.

Elle ne respire plus.


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Aiden McMillen
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Lun 21 Sep - 21:40
L'atmosphère en ville était sinistre, presque repoussante. La gêne et l'angoisse étaient omniprésentes et l'effort de solidarité dont faisaient preuves les habitants d'Earthea sonnait creux. Il y avait eu beaucoup de pertes, des morts, des disparitions, certains cherchaient encore désespérément leur famille au milieu de la foule et d'autres s'étaient déjà résigné à l'idée que leurs proches étaient définitivement morts et enterrés.

Aiden se tenait à l'écart de ce tumulte, il n'avait pas la moindre envie d'aider qui que ce soit et estimait qu'il en avait déjà suffisamment fait en sauvant la vie d'une gamine. Il était presque méconnaissable, vêtu d'une chemise sombre un peu trop grande pour lui et d'un vieux pantalon usé. Sa main gauche était protégée par un épais bandage, suite à une blessure que lui avait infligé un bout de métal saillant, et dont il ne s'était rendu compte qu'une fois arrivé sur Earthea. Avec un peu de chance, celle vilaine blessure ferait disparaître la marque sur sa main.

Avec tout cela, il y a une chose qui ne change pas ; il a la mine aussi morne que d'habitude. Il aperçoit une silhouette au pied d'un arbre et reconnait immédiatement la voix qui s'en échappe, bien que les mots qui sortent de sa bouche et le ton qu'elle lui adresse ne concordent pas avec l'image qu'il a d'elle. Il s'en approche d'un pas lent, et sort de sa poche un paquet de cigarettes bas de gamme qu'il a réussi à dénicher au milieu de ce foutoir. Par chance son zippo a survécu au drame, alors il s'allume une clope d'un geste las.

Je ne te permets pas.

Quel que soit son malheur, Aiden ne tolère pas ce genre de propos. Il perçoit clairement le désespoir de June, et le mécanisme de réflexion s'enclenche, cherchant la raison de ce mal-être. Il n'a jamais été très réceptif, ni franchement réconfortant, et les mots s'échappent involontairement devant cette violence qu'elle s'inflige toute seule.

Il est fortement déconseillé de se cogner la tête de cette façon, tu risques une commotion cérébrale. dit-il avec toute l'indifférence qui s'impose.
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Mar 22 Sep - 21:24

Come, break me down

○ You saw my pain, washed out in the rain. Broken glass, saw the blood run from my veins. But you saw no fault no cracks in my heart. And you knelt beside my hope torn apart. But the ghosts that we knew will flicker from view. And we'll live a long life. So give me hope in the darkness that I will see the light. Cause oh they gave me such a fright. But I will hold as long as you like. Just promise me we'll be alright …


Elle finit par errer dans la capitale, tremblant de rage et se lamentant silencieusement sur sa condition, sur tous ces événements qui l'ont conduite ici, dans cet état. Elle revoit chaque fait, les évalue, les trie, les scinde comme si ça pouvait encore faire la différence. Revenir en arrière, effacer absolument tout. Repartir du bon pied, éviter de perdre son discernement.

En désespoir de cause, elle faisait les cents pas jusqu'à s'épuiser suffisamment pour envisager le sommeil contre cet arbre. Elle le craint presque aussitôt, connaissant son potentiel cauchemardesque quand le contrôle n'est même plus relatif. La jeune femme s'allonge pourtant, ramène ses bras sur ses yeux. Le harassement mental lui brouille chaque cheminement et toutes ses ébauches de solution s'avortent alors que Morphée désire l'empoigner brutalement. Elle a peur de sombrer dans des songes angoissant. Les rêves dans lesquels on la projette, ne sont pas les siens. Des visages se multiplient, des cris qui ne sont pas les siens mais qui résonne dans sa tête. ; Et comme sauver par le gong, l’arrivée d’un individu la sauve d’un sommeil dérangeant.

Je ne te permets pas, qu’il lui rétorque d’une voix tranchante, et dans cette voix, elle sait reconnaître sa voix. Aiden … ; Alors son visage se relâche, elle abandonne les armes pour laisser place au silence. Elle hausse les épaules avant de déclarer d’une voix neutre :

Je ne savais pas que c’était toi.

Elle lâche un soupir avant de lever son regard pacifique vers Aiden, le visage inexpressif. Le voir dans cet accoutrement de paysan dégage une image bien étrange. Habituellement vêtu de son costard à milles balles, elle ressent les effluves de la tragédie d’Okeanos au travers de sa stature. Puis le bandage autour de sa main attire son attention, elle regarde la blessure avec insistance avant de prendre une boîte de soin qu’elle pose sur ses genoux.

Viens là. Je vais changer ton bandage de la main, Aiden.

Elle tapote le sol, près d’elle. Elle ignore sa dernière remarque, puis elle ouvre la boîte afin de préparer les ustensiles dont elle aura besoin pour soigner la main du jeune homme.


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Aiden McMillen
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Mar 22 Sep - 23:11
Tout d'un coup, sa voix s'apaise et perd en agressivité. Je ne savais pas que c'était toi. Elle avait pourtant bien précisé dans son injonction précédente qui que ce soit. Mais il ne lui en tient pas rigueur et se contente de toiser son regard perdu maintenant braqué dans sa direction. Il ne détecte rien d'autre dans ses yeux qu'un vide profond, et l'espace d'un instant, il lui semble apercevoir un léger éclat de tristesse.

Il reste aussi impassible qu'à l'accoutumée, et une fois que la barrière hostile qu'elle avait tenté d'imposer est détruite, il va s'asseoir à côté d'elle au pied de cet arbre et lui tend sa main blessée comme elle le lui a demandé. Il s'était fait lui-même ce bandage de fortune à partir de morceaux de tissu qu'il avait déchiré de sa belle chemise blanche, tâchée de sang comme un tablier de boucher et définitivement fichue. Des soins un peu plus poussés ne lui feraient sans doute pas de mal. Il la laisse s'occuper de sa blessure en toute confiance, le calme lui fait retrouver peu à peu sa sérénité. Il ne supportait plus l'agitation en ville.

Tu sembles être malheureuse.

Il va droit au but, il ne la prend pas avec des pincettes. Ce n'est pas comme ça qu'il fonctionne, Aiden. Son dos s'appuie contre le tronc d'arbre, il étend ses jambes épuisées sur le sol irrégulier et observe June, aussi sérieuse et appliquée que d'habitude. Aussi loin qu'il se souvienne, il avait toujours vu en elle cet air mélancolique, cette tristesse maquillée d'indifférence que l'on retrouve chez ceux qui portent tout l'accablement du monde sur leurs épaules mais gardent la tête haute.

Ce qui s'est passé à Galiea t'affecte tant que ça ? Ils remettront bientôt la ville en état, si c'est ce qui te tracasse. dit-il d'une voix affirmative et neutre, comme s'il parlait d'une simple banalité.
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Mer 23 Sep - 0:15

Come, break me down

○ You saw my pain, washed out in the rain. Broken glass, saw the blood run from my veins. But you saw no fault no cracks in my heart. And you knelt beside my hope torn apart. But the ghosts that we knew will flicker from view. And we'll live a long life. So give me hope in the darkness that I will see the light. Cause oh they gave me such a fright. But I will hold as long as you like. Just promise me we'll be alright …


Douleur et chagrin. Ce sont là les échos perpétuels qui se heurtent contre son cœur. La déchéance d’Aleksei, et les affres de la rupture. La solitude qui devient sa meilleure alliée, quand le poids d’une peine est  bien plus grand que sa misérable carcasse. Pour mieux disparaître, écrasée par le tourment du deuil. Son frère. Morceau de son âme et de son cœur qui se retrouve arrachés à l’enveloppe de sa chair. Elle en souffre, et s’enroule dans sa souffrance jusqu’à vouloir disparaître sous terre. Elle s’y enfonce pour ne pas affronter une réalité qui la détruit de l’intérieur. Aleksei est partit, et elle s’est contentée de rester la plus immobile possible. Elle s’envase dans cet immobilisme depuis des jours, ne fais rien pour apaiser sa souffrance et le fardeau du deuil. Elle n’y arrive pas, elle n’en a pas envie.

La sécheresse de ses yeux lui brûle la rétine, elle cligne subtilement des yeux. A trop avoir pleuré, elle en est devenue aride. Oui, elle a dû pleurer au moins un litre de larmes. ; La présence d’Aiden canalise naturellement sa colère qu’elle intériorise alors qu’elle est en sa présence. Elle ne peut perdre pied devant lui, elle ne conçoit pas l’idée d’arborer autre chose que de l’indifférence ou de la lassitude. Comme à son accoutumée, June la blasée.

Je suis heureuse que tu sois sain et sauf, je ...

Sa voix s’éteint doucement alors qu’elle détache délicatement le bandage grossier qu’il a dû faire avec le premier tissu à sa disposition. La petite brune désinfecte délicatement sa blessure à l’aide d’un coton imbibé de produit nettoyant anti bactérien. Une fois la plaie propre, elle appose des compresses légèrement recouvert de produit, pour conserver la blessure au frais.

Je ne sais pas ce que j’aurai fait s’il t’était arrivé quelque chose, conclut-elle d’une voix posée.

Elle enroule le bandage autour de la main d’Aiden, qu’elle ferme à l’aide d’un scotch médical. June hoche la tête, satisfaite de son travail, puis elle range ses outils médicaux dans la boîte qu’elle referme doucement. Elle soupire doucement avant de reposer le paquet au sol de sa main droite, tandis que sa main gauche tenait celle d’Aiden.

Mon frère est mort.

Elle ramène ses jambes dans ses bras, tête posée sur ses genoux, elle plonge son regard dans le sien. Elle reste calme avant de relâcher la main du jeune homme. Puis elle soupire avant de se passer une main dans les cheveux avec négligence. Oui, l’accident de Galiea l’a énormément affectée, il a raison sur un point.


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Aiden McMillen
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Jeu 24 Sep - 1:04
Le bandage de tissu délicatement retiré, il peut à nouveau observer le creux de sa main meurtrie et constater l'étendue des dégâts. Cette plaie n'est pas belle à voir, mais le sang ne s'écoule plus et la douleur est moindre. La marque s'en est même accommodée et n'a pas été effacée par sa peau lacérée, comme si elle était devenue absolument inhérente à sa personne.

Le contact du désinfectant lui arrache une légère crispation qui le traverse comme un frisson, mais s'apaise rapidement lorsque les paroles de June parviennent à capter son attention. Des mots qu'il n'aurait jamais cru l'entendre prononcer. Ils sonnent étrangement à son oreille ; ils semblent témoigner d'un certain attachement à son égard, chose à laquelle il n'est pas tout à fait habitué.

Il reste silencieux et reprend sa main maintenant soigneusement bandée. Il tire doucement sa cigarette de ses lèvres pour expulser la fumée de ses poumons, et au moment où son souffle s'arrête, l'annonce tombe, froide et incisive. Mon frère est mort. Aiden ne cille même pas, mais son regard se plonge dans celui de June qui semble soudain envahi par le désespoir.

Je vois.

Il ne lui dira pas qu'il est désolé ou qu'il comprend sa peine, ce serait lui mentir éhontément. Aiden n'a jamais apprécié le peuple du ciel, et la mort d'un des leurs ne l'affecte pas le moins du monde. Et il n'a jamais eu de famille, il ne connait ni le réconfort qu'apporte la présence d'un proche, ni le profond accablement qui accompagne la mort de celui-ci. Il n'arrive pas à se donner l'air compréhensif, il n'essaye même pas. Dans sa tête, il tente seulement de reconstituer le puzzle.

Il est mort pendant la catastrophe ? Je croyais pourtant que les habitants de Caelestis étaient trop précieux pour venir salir leur beau costume chez nous. dit-il d'un ton sarcastique, alors qu'il sait pertinemment que ce genre de remarque risque d'être mal reçu.
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Jeu 24 Sep - 15:15

Come, break me down

○ You saw my pain, washed out in the rain. Broken glass, saw the blood run from my veins. But you saw no fault no cracks in my heart. And you knelt beside my hope torn apart. But the ghosts that we knew will flicker from view. And we'll live a long life. So give me hope in the darkness that I will see the light. Cause oh they gave me such a fright. But I will hold as long as you like. Just promise me we'll be alright …


Ton frère est mort, lui a-t-on dit hier. Les paroles d’Esel Vaughan ont pétées dans l’air, un peu comme un coup de revolver. La nouvelle a été jetée un peu comme le cadavre de June à la mer lors de son exil forcé. Alors elle a pleuré à gros bouillons la petite brune, oh oui elle a pleuré.  Sous le choc, elle n’a su que se relever sur la pointe des pieds afin de le gifler, lui Champion de Caelestis, porteur de malheur.  Vous savez, au début,  elle n’a pas voulu y croire, elle a voulu laisser passer les saisons dans l’espoir de le revoir. June en veut au monde entier, à Caelestis pour avoir une Justice qui équivaut à de la pisse. A la Reine, qu’elle pointe du doigt comme étant responsable de la mort de son frère. Si elle ne l’avait pas bannie pour payer les erreurs d’un autre, jamais elle n’aurait été à Okeanos, alors jamais son frère ne serait venu la secourir en vain, et jamais il ne serait mort.  Oui, nourrir une haine pour se sentir un tant soit peu vivante est plus simple que de faire face au deuil. Rancœur au rendez-vous, June s’est échouée dans la rue des pas perdus.

La fusillade de mots sortant de la bouche d’Aiden la cloue sur sa croix. Stop ! Il fallait qu’il s’arrête. Valser sur ses plaies avec la semelle de ses mocassins cirés en jurant sur le peuple du ciel pour la critiquer est une chose, mais le faire quand elle vient de parler de la mort de son frère en est une autre.  Aiden doit immobiliser ses cordes vocales. Il le doit. Sinon. Sinon, elle va hurler. Au point d’en perdre définitivement sa retenue.

Aiden, tais-toi … juste, tais-toi, balbutie-t-elle d’une voix rauque.

Chaque mot est une torture qu’elle encaisse alors que son corps tremble comme une feuille. Incapable de réprimer cette colère qui l’envahit, elle se mord les joues intérieures comme pour s’empêcher de crier, d’attenter un acte qu’elle pourrait regretter. Le visage crispé, le regard presque ahuri, June comprend que jamais elle ne pourra pardonner les propos qu’il vient de tenir. Pas dans cette circonstance, pas dans cette situation.

Et comme pour s’exacerber au calme, elle détourne le regard avant de poursuivre d’une voix plus calme:  

Raconte-moi plutôt comment tu as pu te blesser ainsi, tu n’as pas eu trop de mal à évacuer la ville ?

Elle se relève doucement sur ses pieds avant de balayer le paysage du regard tout en s'étirant, les bras en l'air.

J'ai besoin de marcher. Tu veux m'accompagner ?


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Aiden McMillen
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Ven 25 Sep - 23:02
Tais-toi. L'injonction est claire, il comprend immédiatement que June n'a pas apprécié ses propos. Il n'ajoute rien, il se tait docilement comme elle le lui demande. Aiden est relativement insensible au malheur des autres et encore plus à celui du peuple du ciel, mais il n'a pas pour autant eu l'intention de blesser June. Il sait que ses paroles sont déplacées et n'ont pas lieu d'être dans cette conversation. Il lui est difficile de l'avouer en vérité, mais il a parfaitement conscience d'avoir été maladroit.

Elle change soudain de sujet, signe évident que la tournure de la discussion l'agace au plus haut point. Il sent qu'elle fulmine intérieurement, mais il reste calme comme si tout cela lui était indifférent. Il réfléchit un petit moment, tente d'analyser le problème. Aiden comprend très bien les machines, mais l'être humain représente une science bien plus complexe. Surtout les femmes. Il ne les comprendra jamais. Jusque là silencieux, il se lève et fait alors face à June. Il la surplombe et plante son regard dans le sien, avant d'articuler en toute sincérité :

Excuse-moi, je n'aurais pas dû dire ça.

De telles paroles lui coûtent beaucoup et entachent son orgueil sans vergogne. Mais au moins, les choses sont claires et il balaye tout malaise d'un revers de la main. Il est honnête avec June, il attend naturellement d'elle qu'elle le soit également. Il n'a pas franchement la certitude qu'elle répondra à ses attentes, cependant. Elle aussi est trop orgueilleuse, pense-t-il.

Maintenant, essayer de penser à autre chose. De quelle façon il s'était blessé ? Il n'en a pas de souvenir très précis, il était couvert du sang de la petite qui dissimulait sa propre blessure, et la douleur était parvenue à son cerveau en différé, quelques heures plus tard seulement.

J'ai ramassé une gamine estropiée en chemin, je me suis sûrement blessé à ce moment-là. répond-il évasivement, tout en plongeant ses mains dans les poches de son pantalon usé, prêt à suivre June où elle voudrait aller.
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Sam 26 Sep - 17:59
Tout s'accélère dans sa tête, elle en a le vertige. Et pourtant, le silence ne lui a jamais semblé aussi rassurant qu’en cet instant précis. Sa concentration se dissout alors sans grand mal, le froid revenant par vagues la torturer.  La courbe de ses cils s’oriente lentement vers des silhouettes lointaines, des arbres, aux tréfonds de la forêt. June déteste au plus haut point cette sensation, ce sentiment de vulnérabilité. Et soudain, elle semble avoir froid. Les bras croisés contre sa poitrine remontent sur ses bras qu’elles frictionnent doucement, ta tête enfouie dans ses épaules. Marcher, elle veut marcher. Pour se réchauffer, pour occuper son esprit.

L’espace d’un instant, elle en vient à saturer. De toute cette guerre, cette altercation entre le peuple céleste et le peuple aquatique. Orgueil mal placé, ou réelle motivation ? June ignore ce qui pousse ces deux peuples à se vouer une haine cordiale. Peut-être bien qu’avec la mort de son frère, elle a atteint ce point de non-retour où elle tolère difficilement ce rejet. ; Un bruissement de feuilles la sort de sa torpeur. Elle observe Aiden qui se relève avant de lui faire face. La tête légèrement relevée, elle le regarde tranquillement bien que ses paroles la surprennent grandement. Elle hoche la tête avant de soupirer :

Tu peux me critiquer autant que tu veux, je sais qu’être née à Caelestis est une tare à tes yeux, j’en ai pris l’habitude. Tu n’es pas le premier, et tu ne seras encore moins le dernier à me le rappeler. Mais juste … pas mon frère. C’était quelqu’un de bien.

Elle se mord la lèvre inférieure avant  de secouer la tête comme pour chasser cet embarras.  Elle se passe une main dans les cheveux avant de poursuivre calmement :

Mais merci … d’être revenu sur tes mots, chuchota-t-elle avant de sourire maladroitement.

Elle repère un chantier qui amène sur le chemin intérieur de la forêt. June a besoin d’air frais, et quoi de mieux que se dégourdir les jambes dans la verdure ? A petits pas, elle entame la marche mais ralentit brusquement le pas lorsqu’Aiden lui raconta les circonstances de son évacuation. Les yeux écarquillés, la petite brune s’enquit d’une voix inquiète :

Merde. On s’occupe bien d’elle, j’espère ? Estropiée …  elle a été blessée où ?

Le visage de June se renfrogne lorsqu’elle lâche pour ultime phrase :

Pauvre petite, elle n’aurait jamais dû voir ça.


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Aiden McMillen
avatar
Messages : 224
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Dim 27 Sep - 14:55
La réponse de June lui arrache un léger haussement de sourcil. La famille est-elle précieuse au point que l'on puisse s'enflammer lorsque l'honneur de l'un d'eux est bafoué ? Aiden comprend qu'elle avait un attachement démesuré envers ce frère dont elle parle, mais il éprouve un peu de difficulté à bien saisir le concept. Il reste silencieux, observe attentivement les yeux de June qui lui témoigne néanmoins sa reconnaissance pour les excuses qu'il a bien voulu formuler. Sur le moment, il ne sait pas quoi dire, mais dans sa tête il cogite, les mots de la jeune femme le font réfléchir.

Pendant qu'il marche à côté d'elle, il se contente de fixer le sentier devant lui sans profiter du paysage qui lui paraît sans saveur. June semble s'inquiéter sincèrement pour la petite, comme en témoignent le ralentissement de ses pas et son expression maussade. Il tourne la tête vers elle et répond machinalement, sans chercher à être rassurant.

Elle a perdu un bras. Elle est hors de danger maintenant, mais je dois la garder jusqu'à ce que je retrouve sa famille, ça m'ennuie un peu.

Sa famille doit sans doute s'inquiéter pour elle, si elle en a encore une, du moins. Il se souvient l'avoir entendue appeler sa mère, mais ne parvient pas déterminer si elle a survécu ou non à la catastrophe. C'est assez handicapant de devoir se débrouiller seul pour la retrouver alors qu'il n'a pas que ça à faire, en ce moment ; d'autant plus qu'on lui avait bien fait comprendre que personne ne s'en occuperait à sa place.

Il n'est pas surpris de voir June s'indigner qu'une fillette subisse un tel traumatisme, mais lui, cette pensée ne l'avait même pas effleuré. Au lieu de s'apitoyer sur le sort de la gamine comme le fait son amie, il laisse tomber négligemment le mégot de sa cigarette sur le sol et étouffe la braise sous sa semelle. Il ne respecte pas la nature, il s'en fout. Il change immédiatement de sujet.

Tu as dit que ton frère était quelqu'un de bien. C'est quoi pour toi, quelqu'un de bien ?
June Von Rosenbach
avatar
Messages : 344
Date d'inscription : 02/06/2015
Re: Come, break me down — Aiden écrit le Lun 5 Oct - 22:17
Moins contrariée, son visage se relâche, sa mâchoire se desserre.  Elle se calme progressivement, quand son regard témoigne de la gratitude.  La petite brune enterre la hache de guerre, elle qui s’époumonait intérieurement,  semble finalement lui pardonner.  Avec la rétractation et les mots d’excuse du jeune homme, elle ne peut se montrer rancunière.  A vrai dire, elle n’arrive pas à être rancunière avec lui et son langage châtié.  Elle ne lui tiendra plus rigueur à l’avenir ; Certes, elle lui pardonne, mais elle n’oublie pas : elle a malgré tout été offensée par Aiden.

A petites foulées,  June en profite pour dégourdir ses membres endoloris tout en prêtant attention aux propos concernant la petite rescapée estropiée.  Silencieuse dans un premier temps, elle finit par lâcher un profond soupir tout en se passant une main dans les cheveux.  La tragédie ne semble pas avoir épargné cette fillette qui comme la plus part de le peuple de la Mer, n’avait rien demandé.

Hm. Si tu as besoin d’aide …

N’hésites pas ? Oui, à peu de chose près. Bien qu’elle ne sache pas ce qu’elle pourrait apporter de bénéfique à cette petite.  Sa famille doit être retrouvée, et elle semble avoir perdu l’usage d’un bras. Quoique.  Doit-on se demander si le fait qu’Aiden l’ait repêché soit une bénédiction quand on sait la profession qu’il exerce.  Peut-être pourrait-il rendre plus confortable son cadre de vie futur ?

Alors qu’elle ouvrit la bouche, la petite brune s’interrompit avant même qu’un son n’ait pu franchir le seuil de ses lèvres.  Surprise par la question d’Aiden, elle cligna des yeux avant d’y songer avec sérieux. Quelqu’un de bien, demande-t-il. Comme pour stimuler sa réflexion, June passe ses deux mains dans ses cheveux, se grattant le cuir chevelu avant de déclarer calmement :

Hm, en tant que petite sœur, quelqu’un comme mon frère. ; D’un point de vue général, ce serait une personne capable d’agir comme bon lui semble sans causer de tort à autrui ?  Je ne sais pas vraiment,  mon cercle de fréquentation étant peu remplis, je m’en fou en fait.

A vrai dire, elle n’y a jamais réellement réfléchis, et bien qu’elle n’apporte pas une réelle réponse à Aiden, elle se doute bien que cela ne sera pas dramatique. Car lui aussi, il doit s’en foutre royalement. Elle soupire avant de revenir au sujet de la petite fille.

Pour la petite … tu comptes lui créer un bras de remplacement ?


 
Suspended in a compromise
Yesterday I died, tomorrow's bleeding. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. As reason clouds my eyes, with splendor fading. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold.  ©endlesslove
Contenu sponsorisé
Re: Come, break me down — Aiden écrit le

Come, break me down — Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Connaissez-vous Prison Break ?
» .-. I break , I borrow , I live , I lose .-.
» Break It Down [Swann Neige]
» how to break a heart (avery)
» Come, Break Me Down

Nebula :: 
autres lieux
 :: zone terrestre
-