AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

May we meet again ? Ϟ Alwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
May we meet again ? Ϟ Alwin écrit le Jeu 31 Déc - 3:17
Un mois et demi de torpeur, cela avait chamboulé plus de la moitié des habitants d’Earthea. C’est surprenant, tu as du mal à y croire, comment se fait-il que vous soyez en bonne santé après avoir dormi pendant un mois et demi sans avoir consommer de nourriture ou même bu ne serait-ce qu’une petite quantité d’eau ? C’est certainement l’œuvre des esprits, il n’y a pas d’autres moyens, mais le pourquoi du comment reste un mystère. En un mois, plusieurs choses peuvent se produire, est-ce qu’ils ont cachés certains mystères à découvrir datant des siècles abandonnés ? Peut-être et cela t’intéresse ; il y a déjà eu cette nouvelle île céleste : Incannituos. Est-ce que cela signifie quelque chose ? Qui sait…

D’ordinaire, tu n’aurais jamais mis les pieds dehors pour aller à la recherche d’une quelconque information concernant le passé, c’est toujours mieux de le laisser là où il est. C’est une leçon que tu as apprises, ne pas s’accrocher à certaines choses qui peuvent te faire du mal. Cependant là c’est différent de la leçon qui t’a forgée, ce passé concerne tout le monde, certes aller chercher le passé ne changerait pas grand-chose à l’histoire, cela permettrait simplement de répondre à certaines questions. Vous avez tant de choses à découvrir à propos de ce monde et vous ne pouvez fermer les yeux sur ce qui s’est passé, celui qui ignore une chose aussi importante serait certainement stupide. Tu ne veux pas passer à côté d’une chose aussi importante, alors tu te dois d’être curieuse et cessé de penser à la médecine ne serait-ce qu’une journée, afin de partir à la recherche d’au moins une information concernant ce temps passé dans les bras de Morphée.

Observant un instant l’extérieur à travers la fenêtre de ta maison, tu attrapes par la suite une lanterne digne d’Earthea avec de quoi l’allumer, la glissant dans le sac que tu as pris soin de bien remplir de choses nécessaire pour cette petite « escapade ». Tu n’as prévenu personne, enfin si, juste une personne à l’hôpital qui prend la relève durant ton absence, tu n’as cependant pas précisé que tu comptais aller à la recherche de certaines informations. Tu n’as pas non plus prévenu Zackary, il est bien trop occuper par ses propres occupations & problèmes. Et puis, ce n’est pas comme si tu n’allais pas revenir, tu comptes t’absenter seulement quelque jours, rien de plus, rien de moins.

Vérifiant que tu n’aies rien oublié, tu attrapes une longue cape, l’enfilant en mettant la capuche sur ta tête. Glissant cinq-six couteaux à ta cuisse, tu attrapes également ton katana que tu accroches à ta ceinture. Posant un instant ton regard sur l’arc et les flèches posées sur la table, tu les prends également en laissant échapper un soupire : tu seras chargée certes, mais au moins tu as une certaine protection. Les entraînements pourront certainement enfin porter leurs fruits, tu restes une habitante digne d’Earthea après tout, tu sais donc manier certaines armes pour te défendre des bêtes. Coinçant l’arc dans ton dos avec le support des flèches, tu attrapes finalement ton sac, déposant par la suite un mot sur un meuble pour Aedan afin qu’il ne te cherche pas. Puis tu fermes la porte à clé, t’en allant donc pour partir à ta petite expédition, accompagné de deux clamatis. C’est toujours plus rassurant d’avoir une de ces brave bêtes avec soi, surtout lorsqu’il peut ressentir le danger à plus de 700 mètres.

Observant les alentours, tu entames finalement ta route, évitant de passer dans les rues remplis de personnes. Tu préfères éviter que l’on te voie partir charger de bagages. T’éclipsant comme tu le peux en contournant tous les chemins, tes pas t’emmènent dans un lieu où tu n’avais pas mis les pieds depuis la soirée mousse en été : Le Lac Purita. Cet endroit respire le calme et la sérénité. Toute cette étendue d’eau t’a toujours émerveillé, cela a quelque chose de mystérieux, surtout à propos de ces cristaux au fond du lac. Fermant un instant les yeux, tu inspires une longue bouchée d’air frais en t’étirant longuement ; tu as l’impression de partir en voyage avec tout cet équipement.
Posant ton regard sur les deux mammifères à tes côtés, un léger sourire se dessine sur tes lippes, déposant doucement une main sur chacune de leur tête afin de les caresser quelques instants. Cependant, à peine que tu aies retiré ta main du sommet de leur crâne la seconde d'après, les voilà qu’ils se mettent sur leurs gardes. Reculant d’un pas en tournant les talons pour regarder dans la même direction que les deux bêtes, tes sourcils se froncent : quelque chose ou plutôt quelqu’un vient de s’écrouler au sol un peu plus loin. Inclinant légèrement la tête sur le côté, tu t’avances tout d’abord assez lentement afin de distinguer comme tu peux ce qui est allongé sur le sol… Puis tu accélères la cadence, arrivant bien rapidement auprès de la personne, retirant ton sac de tes épaules en le posant par terre, tu essayes de le redresser en douceur pour le mettre sur le dos, prenant son pou.

« C’est régulier, mais il semble fatiguer… » Observant le corps doucement des pieds jusqu’à la tête afin de voir si il est blessé, ton regard se posant finalement sur son visage. Il te dit quelque chose, tu jurais connaître ces traits du visage ; des cils assez long, les cheveux sont légèrement plus long qu’avant… « Al’ ? » Qu’est-ce qu’il fait ici, puis blessé en plus… ? Tu secoues rapidement la tête, ce n’est pas l’heure aux questions mais d’agir ! Attrapant ton sac, tu cherches ce que tu as besoins ; à vue d’œil, on dirait qu’il s’est fait attaquer par une bête assez imposante d’Earthea. Déchirant le bas de son pantalon, tu observes l’étendue de sa blessure, il y reste des griffes plantées dans la peau. Heureusement que tu es tombé sur lui, il a de la chance que ce soit toi qui l’ait trouvé. « Je vais te remettre sur pieds. »

// may we meet again
ft. alwin #1008 Je sais pas si ça va te convenir but well, voilà. LOVE YOU. & vaux mieux descendre avec la souris du clavier pour le scroll cacher. )8♥
credit to kenz.


Alwin
avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 15/10/2015
Re: May we meet again ? Ϟ Alwin écrit le Mer 6 Jan - 16:42
may we meet again
may we meet again in a better life
MUSIQUE Le con. Il avait encore une fois fait le con. Présumé de ses forces pour mieux se faire défoncer la tronche à grand coup de griffe. Alwin, qu'est-ce que tu fous ici ? Qu'est-ce que tu fais sur Earthea ? Pourquoi t'as voulu faire celui qui savait tout ? Vouloir croiser le fer avec une bestiole, c'est bien, mais l'étudier et savoir ce que c'était ; cela n'aurait pas été du luxe. Un coup de griffe qui lui effleure le visage, lui taillant un peu les joues et le nez ; il recule, tente de répliquer ; peine perdue, autant se tirer. Dans les bois, il court, il court pour sa vie. Les crocs de la bête se rapprochent de sa jambe, la lui attrapant et n'en démordant pas. Voilà qu'il dévale une sorte de pente en roulé-boulé, attrapant son couteau dans sa poche, il le plante dans la tête de l'animal qui s’effondre et décroche ses griffes et sa mâchoire de sa jambe... Dire que cette bestiole pourrait être tout à fait considéré comme adorable ou mignonne. Attrapant son bouquin après avoir repris son souffle, Alwin reprit ses recherches...

L'Hermun. Dire que c'est un animal apprivoisable et presque pas dangereux... Quelle honte. Son sommeil avait sans aucun doute affecté ses réflexes. Quitter la forêt rancinière, ce ne serait pas plus mal. Il marche sur quelque chose, quelque chose de mou et qui se redresse... Un mamba pâle. Décidément, ce n'était pas son jour. La sueur coule lentement le long de ses tempes, cette bête-là, il la connaissait. Venimeux, il peut avaler ses proies en entières... Heureusement pour toi Alwin, tu n'es pas tombé sur un très grand spécimen. La lame de son épée rétractable est sortie, mais le serpent dans sa vivacité vient chercher à attraper son bras, un morceau de sa veste se déchire alors qu'il reprend position, un coup d'épée que la bête esquive avant d'enfin pouvoir insérer ses crochets dans l'avant-bras du jeune homme. C'était maintenant ou jamais ; la lame le découpe et il reprend sa course effrénée. Il n'aurait jamais dû venir ici.

La vision se trouble quelque peu, les épées sont rangées ; sa démarche se fait lente, presque pénible. Rentrer chez lui, qu'est-ce qu'il aimerait rentrer chez lui. Partir en exploration, ce n'était décidément pas son truc à lui. Un mouchoir imbibé d'eau, Alwin le passe sur son front et son visage ensanglanté avant de reprendre sa route. Où allait-il ? Le jeune homme ne le savait pas vraiment ; il marchait, errait en espérant retrouver son chemin. On voyait bien qu'il n'était pas du coin, jamais un homme d'Earthea ne se serait laissé avoir de la sorte. Les bestioles d'Okeanos étaient un peu moins dangereuses ; moins vives. La respiration saccadée, le regard, un peu perdu, il continue néanmoins de marcher. La forêt est derrière lui maintenant, mais Alwin ne sait toujours pas vers où ses pieds le portent. La vision se brouille encore, les ténèbres le guettent ; pourtant le jeune protecteur continue de marcher, d'avancer.

Le corps est pris de tremblement, il fait chaud, beaucoup trop chaud. Ses yeux découvrent une lumière, mais cette dernière se retrouve très vite happée par l'obscurité. Il ne le sait pas encore, mais Alwin est déjà tombé ; tombé quelque part où le bruit de l'eau vient se loger agréablement à ses oreilles. Ici, il se sent bien ; presque en paix. Tu ne le sais pas Alwin, mais quelqu'un est à côté de toi et prend soin de toi. Elle tente sans aucun doute de te sauver la vie ; mais ta vie est-elle vraiment en danger ? La chaleur se fait moins pesante, la respiration saccadée s'estompe pour laisser place à des souffles un peu plus réguliers. Est-ce le fait d'entendre cette voix lui murmurer que tout allait bien se passer ? Qu'elle allait prendre soin de lui ? Aucun idée. Cette voix se fait réconfortante, c'est tout ce qu'il sait. Alors pourquoi ? Pourquoi venir attraper son bras, comme pour lui intimer l'ordre d'arrêter ? Le voilà qui ouvre les yeux, son regard se logeant dans ceux de sa salvatrice.

Qui t'as donné... La permission... De me toucher ?

Pourquoi ? Pourquoi lui parler ainsi ? Pourquoi l'empêcher de t'aider Alwin ? Tu es dans un état pitoyable, tu n'irais pas loin comme ça. Alors pourquoi ?

Comment tu sais... Comment les gens me surnomment ?

Al, il avait bien entendu cette femme dire « Al », il ne divaguait pas. Ce surnom, c'était Cain qui le lui avait donné ; en tout cas, c'est lui qui lui avait donné son identité, son prénom ; Alwin. Qui était-elle ? Pourquoi le regardait-elle comme si elle le connaissait ? C'était donc ça ? C'était ce sentiment de peur qui l'avait fait réagir ? Alwin, t'es trop con. Oui, Alwin est con, mais il ne lâche pas le bras de cette femme, il n'arrive pas à s'y résoudre.

Je ne me répéterais pas... Et puis, t'es qui d'abord ?

Elle est celle qui essaye de te sauver... Sans l'ombre d'un doute. La vision s'estompe de nouveau, le voilà qui lâche prise, se rallongeant dans l'herbe douce, se laissant de nouveau bercer par le bruit du courant, le bruit de l'eau. Alwin, ce n'est pas normal de se sentir bien dans un moment pareil. Les pupilles sont closes, la respiration est de nouveau difficile, la chaleur revient... De la fièvre ? Un véritable abruti. Ce mec était un putain d'abrutis. À quoi bon lui demander qui elle est si c'est pour succomber de nouveau à la torpeur ? Alwin, tu as intérêt à te réveiller et vite.



mots: 945 | with: edelweiss | hrp: jtm bb ♥



Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: May we meet again ? Ϟ Alwin écrit le Dim 10 Jan - 0:40
Musique ▬ Ce fut aussi rapide qu'un éclair foudroyant le ciel ; aussi glacial que la neige sous les pieds durant l'hiver. Il venait soudainement de t'attraper le bras sans la moindre délicatesse, tu peux sentir ses doigts se refermer sur ton avant-bras. Tu le laisses faire, ne bronchant pas, bien que cela ne soit pas très agréable ; et là, c'est l'interrogation.  « Qui t'as donné... La permission... De me toucher ? » Pourquoi ce ton si froid envers toi ? Vous êtes pourtant ami, il n’aurait jamais réagi de la sorte envers toi en temps normal. Il aurait eu un de ces sourires craquant qui pourrait en charmer plus d'une, et puis, pourquoi te faudrait-il une permission pour le soigner alors que vous êtes assez proche ? C'est l'un des seuls que tu as accepté de cette nation, alors pourquoi cette réaction ? De toute façon, tu ne l'aurais pas laissé crevé dans un coin alors que tu étais là. Le grognement d'un clamatis se fait entendre et tu tournes la tête en la direction de l'animal pour le rassurer que tu ne risques rien, caressant alors la tête de cette tendre bête de ta main libre.

« Comment tu sais... Comment les gens me surnomment ? » Comment tu le sais ? Quel question, vous êtes ami ! Mais, il ne semble pas s'en souvenir, il a l'air quelque peu différent. A moins que cela ne soit une blague ? Non, il n'aurait probablement pas agit ainsi avec toi . Il ne t'aurait pas serré le bras au point que tu aies un bleu, tu risques d'ailleurs d'avoir une marque car il a de la poigne le bougre. On voit qu'il sait maîtriser les armes blanche et qu'il a du s'entraîner durement contrairement à toi qui passe tes journées à soigner et rassurer des personnes malades ou blessées. Chacun ses occupations, toi c'est la médecine, lui l’art de l’escrime ; tu as repris la relève de ton père et tu peux être assez fière de ce que tu es devenue. Ce n'est pas donné à tout le monde d'avoir autant de connaissance en médecine, surtout pour une habitante d'Earthea, tu passais tellement de temps dans la bibliothèque municipal d'Okeanos. C'est pour lui faire honneur, tu es sa fille mais tu l'as perdue si tôt, pauvre enfant. Obligé de s'éduquer toute seule en compagnie de tes deux amis d'enfance, au moins tu n'étais pas en manque de compagnie.

Cela dit, votre nation qui est déjà maudite par ses terres toxiques, il faut croire que cela retombe également sur les habitants vivants sur les terres du dieu Earthea, tous les trois, vous n'avez plus vos parents. Enfin, tu ignores si ta mère est toujours vivante ou non, mais si c'est le cas, tu préfères la penser morte, elle t'aurait abandonné à ton triste sort. Laissant une gamine d'à peine dix ans s'occuper d'une grande maison trois fois trop grande pour elle, tu aurais pu avoir ne serait-ce qu'une once d'amour maternelle, mais rien de tel & on t'a reproché de l'être toi. Mais heureusement qu'il y a encore des endroits purs comme ici, sinon tous les habitants d'Earthea seraient déjà probablement mort asphyxié ou bien dévorer par des bêtes errant autour de cet endroit. On est jamais à l’abris du danger, jamais.

Et soudainement, c’est la claque imaginaire en pleine figure « Je ne me répéterais pas… Et puis, t’es qui d’abord ? » Il ne te reconnait pas. Non, il ne te connait pas. Ton visage affiche un air triste aux mots du garçon, cependant, tu n’as pas le temps d’être triste, il vient de relâcher ton bras qui se retrouve légèrement marqué par la force de sa main. Un soupire s’échappe de tes lippes.

« Ne t’endors pas si tu attends une réponse de la part de quelqu’un, surtout lorsque tu es censé déjà la connaître. »

Serait-il amnésique ? Fort probable. Tu refuses de croire qu’il ne s’agit pas de lui, tu le reconnaîtrais entre milles, c’est lui et lui seul. Celui qui t’a écouter pendant des heures et qui veut t’aider à trouver des réponses. A moins que tu ne sois maudite Edelweiss, les personnes que tu aimes s’éloignent toujours de toi…

Glissant doucement ta main sur son front, tes sourcils se froncent ; il est brûlant de fièvre. Rien de plus normal, il est blessé, son organisme tente d’affronter cette perte de sang importante. Tu aimerais éviter de le bouger, il est plus convenable qu’il reste au sol pour le moment. Retirant ton long manteau, tu le déposes sur lui ; fouillant dans ton sac, tu cherches de quoi imbiber d’eau. Retournant vers le lac, tu trempes un bout de tissu dans l’eau, l’essorant par la suite avant de retourner auprès de lui et tu déposes le tissu trempé sur son front ; reprenant alors les soins que tu avais débuté il y a encore quelques minutes. Prenant ton temps de retirer la dent de sa jambe, tu te permets de profiter qu’il soit endormit pour t’occuper des soins les plus importants ; arrêtant alors l’hémorragie ; vérifiant si sa température baisse ; écoutant les battements de son cœur si ils ont réguliers ou non ; concoctant un médicament pour lutter contre la fièvre ; retirant le sang sur son faciès afin qu’on arrive à le reconnaître plus aisément. Tu lui relèves doucement la tête, lui faisant boire ce que tu as préparer comme médicament, faisant bien attention à ce qu'il l'ingurgite correctement. Une fois cela fait, tu le reposes doucement au sol, prenant soin de ne pas cogner sa tête.

« Allez réveille-toi… »

Tu aimerais qu’il se réveille et qu’il te dise que ce n’était qu’une mauvaise blague, qu’il te connaît, qu’il ne t’a pas oublié. Tu as ce petit désir égoïste qui ne se produira certainement pas, alors tu t’apprêtes à y faire face car il ne semblait pas plaisanter. Et puis, tu n’as pas besoin d’être égoïste, tu n’as pas besoin car il restera ton ami.

Terminant enfin tes soins, tu tentes doucement de le relever. Grimaçant un peu dû à son poids, mais tu forces tant bien que de mal ; tu essayes de te mettre debout en le tenant alors qu’il se trouve à côté de toi. Attrapant son bras que tu passes par-dessus ton épaule, le tenant également au niveau des côtes. Tu peines à te lever, mais t’y arrives finalement ; le trainant alors vers un endroit légèrement plus paisible et également plus proche de l’eau pour t’éviter les grands allers-retours entre lui et le lac. L’un des deux clamatis a ton manteau dans la gueule, courant vers toi pour te le ramener, le second restant à tes côtés en tirant ton sac à dos. Quant à toi tu grimaces en grognant légèrement, manquant de tomber deux trois fois ou de le lâcher.

« Bon dieu que t'es lourd… Même Zack’ est légèrement plus léger. » Souffles-tu dans un soupire.

Et finalement t’arrives à destination, le déposant doucement au sol, le faisant s’asseoir contre un rocher alors que vous êtes à peine à deux mètres du lac. Récupérant ton manteau que ton brave compagnon t’a rapporté, tu le déposes sur l’homme et puis tu attends. Tu attends qu’il se réveille et qu’il te donne une explication, ainsi tu pourras te présenter et le rencontrer de nouveau. T'approchant doucement de lui, tu relèves sa frange, déposant un baiser sur son front avant de coller ton front au sien. Il est encore un peu chaud, mais le médicament semble être efficace, un sourire se dessine sur tes lippes rosées. Même si il t'a probablement oublié, c'est agréable de le revoir, même si il n'est pas au meilleur de sa forme, c'est toujours plaisant de revoir des visages qu'on connait.
// may we meet again
ft. alwin #1299 Love u too ♥
credit to kenz.


Contenu sponsorisé
Re: May we meet again ? Ϟ Alwin écrit le

May we meet again ? Ϟ Alwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Nebula :: 
domaine terrestre
 :: Demetrio :: Lac Purita
-