AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Retrouvailles ✘ Svein & Zackary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Dim 28 Juin - 3:38
Musique - Les oiseaux chantent et la lumière d'Earthea transperce les volets de ta chambre. Le regard mouillé et les joues légèrement humide, tu es assise sous la couverture de ton lit, tu as l'air dans les nuages en ayant les yeux dans le vague ; assez perdue ou simplement mal réveillé. Tu avais fais une sorte de rêve ou bien de cauchemar, tu ne sais pas trop le décrire en fait. Cela correspond plus à des souvenirs, bons et mauvais à la fois. Dans un léger soupire, tu fermes les yeux en repoussant la couverture alors que tu te lèves en t'étirant et baillant légèrement en te massant la nuque par la suite, te dirigeant vers ton armoire pour choisir tes vêtements du jour.

Pourquoi te rappelles-tu de ton adolescence d'ailleurs ? Cela faisait longtemps que tu n'avais pas eu de rêve comme cela ; des journées que tu passais avec Svein et Zackary à la chasse. Tu étais toujours avec un livre en étudiant aux pieds d'un arbre, alors que ces deux idiots chassaient le gibier. De temps à autres, tu les observais en te moquant d'eux quand ils n'arrivaient pas à attraper quoi que ce soit. Cependant, lorsque tu devais essayer de tirer à l'arc, c'était eux qui se moquaient de toi, car au lieu de viser la biche, la flèche finissait coincer dans un arbre ou alors perdu dans un buisson. Et par simple coup de chance, tu arrivais sans le vouloir à toucher un lapin ; au moins cette petite bête allait être ton repas du soir.

Tu affiches un léger sourire en te remémorant ça, c'est de bons souvenirs que tu ne souhaites en aucun cas oublier, ils sont bien trop précieux et on a qu'une vie, autant conserver pleins d'agréables souvenirs.
Ayant finalement choisis tes vêtements, tu les déposes sur ton lit que tu refais assez rapidement et tu te diriges vers la salle de bain. Une bonne douche te fera le plus grand bien pour te réveiller, tu t'occuperas de te servir une tasse de thé après. Il faut d'abord que tu te débarbouilles un peu et une douche est le meilleur moyen de se réveiller. Tu te dépêches donc d'aller dans la salle de bain, attrapant une serviette à l'intérieur d'un placard, que tu poses sur le rebord du lavabo ; retirant ensuite la chemise avec laquelle tu avais dormis. Et tu te glisses rapidement sous l'eau chaude que tu avais ouvert un peu avant d'entré, ayant laissé chauffer l'eau pour ne pas être frigorifié...

La tête sous l'eau, tu regardes le mur en face de toi. L'eau qui dégouline sur la peau te fait légèrement frissonner, surtout à l'endroit de ta cicatrice ; elle est encore assez récente en fait... Cela ne fait qu'un an après tout, lorsque Svein est partit en fait du jour au lendemain. Tu poses l'une de tes mains sur la dite cicatrice sous ton sein gauche et tu fermes les yeux en tirant la tête en arrière. Il est mort Edel', comme ton père. Tous les deux, tu ne le reverras pas. Mort. Svein ; mort. Oui, c'est ce que tu penses. Depuis qu'il est partit il y a de cela un an, tu ne l'as jamais revu. Zackary et toi, vous l'aviez chercher toute une après-midi, mais en vain, jamais vous ne l'avez trouver. À ton avis, il a du aller quelque part dans les terres détruites, enfin peut-être. En tout cas, le chef des chasseurs et toi, vous aviez surtout chercher à cet endroit après avoir fouiller tout Earthea, mais aucune trace de ce jeune homme nul part. Pourtant, vous n'avez pu chercher partout, suite à un certain accident...

Tu soupires légèrement et tu attrapes la serviette au bout d'une vingtaine de minutes. Réveillé et assez nostalgique, tu sors de la douche après t'être entouré de ta serviette, en posant une autre sur ta chevelure verdoyante. Puis tu sors de la salle de bain, te séchant les cheveux en ayant les yeux fermés en te dirigeant vers ta chambre. Cette douche t'a réellement fais le plus grand bien. Une fois arrivée dans l'autre pièce, tu t'arrêtes en voyant une personne sur ton lit. Tu clignes une fois, deux fois, trois fois des paupières. Te massant doucement entre les yeux en les fermants, affichant un sourire en coin, riant assez nerveusement.

« Maintenant j'ai des illusions de Svein allongé sur mon lit, j'aurais peut-être dû prendre une douche froide en fait..  Des illusions, vraiment ? Tu rouvres tes paupières et cet homme qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Svein est toujours sur ton lit. Tu t'attrapes l'une de tes joues, la tirant assez fort pour voir si tu ne rêves pas. Tout doucement, vraiment doucement tu te mets à écarquiller les yeux. Tes lèvres s'entre-ouvrent doucement. Non tu ne rêves pas, c'est lui, c'est vraiment lui, en chair et en os, il a cet air que tu connais que trop bien... Enfin, il a l'air un peu différent d'avant, plus joyeux, mais toujours idiot.... Wait what... ? Tu fronces les sourcils soudainement, l'air assez contrarié et tu fonces vers lui en prenant bien appuis sur tes pieds, pour aller lui coller un drop kick en pleine poire pour l'éjecter de ton lit. DÉGAGE DE MON LIT SVEIN ! » Atterrissant pour ta part sur ton lit, tu te redresses rapidement pour aller vers où tu l'as repoussé, l'attrapant par le col en le tirant vers toi. Énervée ? Heureuse ? Tu ne sais pas, là tu as juste envie de le frapper, tu sers fort son col dans ta main, étant debout en serviette en face de lui. Grinçant légèrement des dents, tu attends surtout une bonne réponse de sa part là, tout de suite, sur le champ !

« Si jamais t'es pas Svein et que tu te payes ma gueule, je te fracasse. Si t'es Svein, j'attends des explications MAINTENANT ! Qu'est-ce que tu fais là ? Et surtout.. POURQUOI T'ES PARTIT Y A UN AN IDIOT ?! Je te croyais mort ! »  La délicatesse ? La gentille Edelweiss ? Nop, on connaît pas là. Tu es vraisemblablement partager entre la colère et la joie. En colère car il est partit sans rien vous dire et joyeuse parce qu'il est vivant, que ce corps sous le tien c'est bel et bien celui d'un de tes meilleurs amis. Pas Zackary non, mais Svein. Tes membres commencent à trembler et ton cœur bat rapidement à l'intérieur de ta poitrine. Bordel, tu ne piges plus rien, qu'est-ce qui se passe ? Tu rêves de lui et Zack, et le voilà comme une fleur à l'intérieur de ta maison et dans ta chambre qui plus est. Tu aimerais le frapper à nouveau, mais tu te retiens. Tu retiens également tes glandes lacrymales qui tentent de te jouer des tours. Tu le lâches finalement, t'écroulant au sol, étant assise et tu baisses la tête, te mordant la lèvre inférieur, retenant difficilement tes larmes. Tu trembles de plus en plus, froissant finalement le bas de ta serviette alors que tu as le regard posé sur tes cuisses. Relevant doucement le regard mouillé vers lui, tu clignes légèrement des yeux alors qu'une perle de larme roule sur tes joues rosés.

« Dis-moi que je ne rêve pas, je t'en prie. Dis-moi que c'est toi, que tu es vivant en chair et en os devant moi et que tu es arrivé comme une fleur chez moi alors que tu es partit sans rien nous dire il y a un an... Je t'en supplie... »  Craquée. Tu as finalement craquée, la gorge nouée, tes larmes ruissellent sur tes joues, finissant leur trajet en s'écrasant sur tes cuisses humides.
feat. Svein ▲ dialogue #009999▲ hrp Je. Voilà. T'es ma dixième réponse. Et ce rp. Je. godgdgddg. Edel' a craqué désolé. ♥


Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Mar 7 Juil - 17:01
Musique - Démétrio. Tu n'y avais pas mis les pieds depuis une éternité, enfin, tu passais par là, mais évitais toujours de passer là où tu pouvais croiser ceux que tu as un jour fréquenté. Qui sait ce qu'ils allaient bien pouvoir penser de toi ? T'étais déjà un renégat avant même de fuir & personne ne savait réellement ce qu'il était advenu de toi après ton départ. On devait certainement te maudire, te détester. En réalité, tu sais même pas s'il savent que ton cœurs bat encore, que tu vis. Tu regardais adroitement la plaie sur la main qui commençait à doucement se refermer depuis après ton altercation avec un nomade. Tu te remémore l'instant où la lame a transpercé ta main & tu te souviens qu'à cet instant tu avais eu comme la voix d'Edelweiss qui était remontée en toi, lorsqu'elle t'expliquait des choses qui étaient bien loin de t'intéresser réellement à l'époque. Ce jour là, tu l'avais remercié intérieurement pour tout ce qu'elle avait fait pour toi. Sans elle tu aurait probablement perdue toute ta dextérité.

Tu n'avais jamais songé à ce qu'avaient pu devenir tes anciens compagnons, tes amis, ceux qui ont toujours partager ta vie & tes secrets. Lorsque tu a quitté Démétrio tout s'étaient enchaîné de telle manière que tu n'as jamais prit le temps de réfléchir correctement à ton rattachement à Earthea : tu avais simplement essayé de tout balayer d'un revers de la main, mais ce ne pouvait pas être aussi simple. Ça ne pourrait jamais l'être. On efface pas tout ce qu'on a été aussi facilement : la volonté seule ne suffit pas.

Tu t'étais engouffré dans les ruelles de la capitale et tu vous revois jouer Edel, Zack et toi à des jeux que vous étiez les seuls à comprendre. Tu aimais tant cette époque et retourner sur les traces de ton enfance t’angoisse légèrement. Tu es parti il n'y a seulement qu'un an et pourtant tu jugerais que ça faisait une éternité. T'as pas l'esprit tranquille lorsque tu passes devant ce qui fût ton « chez toi ». Tu t'es arrêté devant la porte, la fixant, incapable de poser la main sur la poignée. T'étais bien loin d’être réellement passé à autre chose. Tu te retire finalement quelques instant plus tard, secouant la tête : tu devais arrêter de te torturer avec ça. Tu étais revenu non par pour retourner en arrière, mais justement aller de l'avant.

T'avais fini chez ton amie d'enfance. Alors que tu t'étais faufilé chez elle histoire de lui faire la « surprise » -tu savais pertinemment qu'elle allait te refermer la porte de nez si tu avais le malheur de frapper à sa porte- elle semblait ne pas être là ou plutôt être sous la douche. Bon, le timing n'était pas des plus idéal & au bout de cinq minutes après avoir refait le tour de l'appartement & réalisé que rien n'avait réellement changer tu te laisse alors tomber sur le lit. Tu fixes le plafond et sans même t'en rendre compte tu fût emporté par le sommeil.


Tu te réveilles sentant qu'on tire sur ta joue & tu grommelles légèrement & à peine avais-tu ouvert les yeux qu'on t'avais envoyé voler de l'autre côté de la pièce. DÉGAGE DE MON LIT SVEIN ! . Tu te frottes légèrement l'arrière de ta tête qui venait de se heurter contre une commode & l'instant d'après ta chère amie d'enfance t'avais attrapé par le col.  Si jamais t'es pas Svein et que tu te payes ma gueule, je te fracasse.  Tu n'arrivais pas trop à réagir, t'étais encore légèrement sonné que ce soit par ton réveil soudain ou par le coup qu'on t'as porté. Décidément, elle n'y allait pas de main morte avec toi. Si t'es Svein, j'attends des explications MAINTENANT ! Qu'est-ce que tu fais là ? Ce que tu faisais ? Prouver que t'étais encore en vie ? Essayer de mettre de l'ordre dans une vie que t'as laissé en désordre ? Tu sais pas trop à vrai dire. Tu voulais certainement juste t'excuser. Et surtout.. POURQUOI T'ES PARTIT Y A UN AN IDIOT ?! Je te croyais mort ! Vous y voilà. C'était bien ce que tu pensais : ils ne savaient même pas que tu étais encore en vie. Tu sens ses membres trembler, elle te relâche avant de s'écrouler et de verser des larmes que tu n'avais pas vu depuis bien longtemps.

 Dis-moi que je ne rêve pas, je t'en prie. Dis-moi que c'est toi, que tu es vivant en chair et en os devant moi et que tu es arrivé comme une fleur chez moi alors que tu es partit sans rien nous dire il y a un an... Je t'en supplie...  Tu te penche légèrement en avant, tu poses ta main sur la tête de ton amie, caressant doucement sa chevelure. Tu la prend dans tes bras, doucement, comme elle le faisait avec toi lorsque vous étiez enfant.

« Je suis désolé, souffles-tu. Je suis tellement désolé. Tu resserres un peu plus ton éteindre. C'est bien moi. Je suis en vie & je suis bel et bien là. Je ne disparaîtrais plus sans rien dire, alors cesses de pleurer. Ca n'arrivera plus.

Tu te détaches lentement, lui laissant un peu plus d'espace. C'était étrange de la retrouver dans ces conditions, tu ne t'attendais pas à ce qu'elle craque, à vrai dire tu savais même pas ce qui t'attendait. T'étais venu sur un coup de tête. Par contre, je dois avouer que tu es plus forte qu'avant, ahaha. T'essayais de radoucir la situation avec l'une de tes incontournable et stupide remarque. Tu avais vu assez de larmes pour toute une vie, tu ne voulais plus faire pleurer personne ; quand bien même ça pouvait être des larmes de joies ; tu préférais la voir le sourire aux lèvres.
feat. Edelweiss ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp Pardon c'est naze surtout sur la fin, mon clavier me fait trop la misère j'en ai eu marre kdjbidkjg
Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Mer 8 Juil - 22:55
Déboussolée, tu es perdue. Rêve ou réalité, tel est la question qui se pose à l'intérieur de tes entrailles. Si c'est un rêve, tu souhaites ne jamais te réveiller ; il est bien trop précieux, bien trop important, lui & Zack sont les deux prunelles de tes yeux. Ils sont ceux qui t'ont donner le courage d'avancer, malgré la mort de ton père ; ils ont toujours été là quand tu allais mal, lorsque tu te sentais seule et quand tu avais besoin d'une épaule sur laquelle pleurer. Faites que je ne me réveille jamais, s'il vous plaît. Ton cœur se sert à l'intérieur de ta poitrine, tu as une boule coincé dans la gorge. La douleur est bien trop intense pour que ce soit un rêve, c'est bel et bien réel ; tu ne te réveilleras pas, tu es déjà totalement éveillé. Les larmes qui roulent sur tes joues et qui tombent sur tes cuisses te le prouvent ; puis il y a cette chaleur. Cette chaleur corporelle qui te recouvre en douceur. Te blottissant contre lui, tu attrapes en douceur ses vêtements entre tes doigts qui tremblent, tu n'arrives pas à te calmer et tu ne peux t'empêcher de froisser ce bout de tissu. Inspiration ; tu fermes tes paupières, posant ta tête contre son épaule, alors que tu peux humer son parfum que tu n'avais pas sentis depuis trop longtemps, tu as l'impression que cela fait une éternité, mais également que ça ne fait qu'hier qu'il est partit.

« Je suis désolé, le son de sa voix, tu la reconnaîtrais entre milles. Ton cœur reste toujours autant serrer. Il te fait mal mais dans un sens, te fais du bien aussi. Le souffle qui s'échappe de ses lèvres, s'abat sur ton oreille qui te fait légèrement frissonner de tout ton être. Tu trembles un peu, ayant tout de même assez froid étant donné que tu n'as qu'une serviette sur le dos et que tu dégoulines de partout.  Je suis tellement désolé.  Tu te mords la lèvre inférieur à ses mots et tu sens l'étreinte autour de toi se resserrer, pouvant même sentir les battements de son cœur à lui contre ta poitrine. Et pourtant, les larmes ne cessent pas de couler, tu n'y arrives pas, c'est plus fort que toi. C'est bien moi. Je suis en vie & je suis bel et bien là. Je ne disparaîtrais plus sans rien dire, alors cesses de pleurer. Ca n'arrivera plus. Ses mots te soulagent, tu acquiesces d'un léger mouvement de tête, pourtant tu ne peux t'empêcher d'être méfiante... 

Lorsqu'il te lâche, tu t'écartes doucement de lui, essuyant tes yeux d'un revers de la main. Des larmes de joies, de tristesse, de colère, tu ne sais pas trop, c'est un mélange des trois. Par contre, je dois avouer que tu es plus forte qu'avant, ahaha. » Tu clignes doucement des paupières et un sourire se dessine sur tes lèvres en secouant doucement la tête, lui donnant un léger coup de coude entre les côtes « Idiot. » Un idiot oui, il n'est qu'un idiot à tes yeux et pourtant il est cher à ton cœur cet imbécile. Cependant, tu ne peux t'empêcher de le fixer, tu as même peur de cligner des paupières et le voir disparaître d'une seconde à l'autre... Relevant doucement l'une de tes mains, tu viens la posée en douceur contre l'une de ses joues, la caressant en douceur comme la peau d'un nourrisson.

Cela faisait si longtemps, tu ne pensais pas un jour le revoir. Pour toi il était mort, le corps retourné à la terre et l'âme au ciel, depuis ce jour, lorsqu'il avait disparu sans crier gare. Et pourtant, il est là, en face de toi, en chair et en os. Tes lèvres tremblent légèrement, tu as encore envie de pleurer mais tu te retiens. Finalement, tu te redresses doucement, te mettant sur tes genoux, alors que tu passes tes bras derrière sa nuque, glissant l'une de tes mains dans sa chevelure ébène et tu le sers dans tes bras, le câlinant à nouveau ; tu en as besoin. Il est comme ton petit frère, un petit frère avec qui tu as grandis, pourtant, il a quelque chose de différent, tu ne sais pas trop quoi, mais il semble différent, un peu plus heureux peut être... ?

« Promets-le moi, promets-moi que tu ne disparaîtras plus sans rien dire... Je veux bien te pardonner, mais...  Une légère pause, tu te recules pour l'observer dans les yeux et le laisser respirer. Si tu t'en vas encore, je te détesterais de tout mon être et je ferais tout pour te retrouver, quoi qu'il en coûte. Zackary et toi... Vous êtes bien trop précieux à mes yeux, tu le sais pourtant.. Svein. » Svein, cela faisait si longtemps que tu n'avais pas prononcé ce prénom, pourtant dans le son de ta voix, on pouvait comprendre que tu étais bien sérieuse. Il vous avait en quelque sorte trahit Zack et toi, vous étiez un trio de meilleurs amis et lui, il est partit sans rien vous dire, comme ça, du jour au lendemain. Les pupilles plongés dans les siennes, tu lui caresses la joue en lui relevant le visage vers toi, déposant tes lèvres sur son front afin de y déposer un baiser.

Cependant, ton corps tremble. Tu as froid, car oui, tu es actuellement vêtue que d'une serviette, plutôt sympa comme tenue pour les retrouvailles ; un léger frisson te parcours le long de l'échine, cela te faisant éternuer, évitant tout de même de lui éternuer en plein visage, ce serait assez bête... Tu avais mis ton doigt sous ton nez, puis tu relèves la tête, le regardant dans les yeux. « Tu as vu Zack', ou pas encore ? Il risquerait de te frapper si il te voit. Et lui, il est bien plus fort que moi ahah, c'est vous qui m'avez entraîner à me défendre quand on était petits après tout. Par contre...  Tu craques légèrement tes doigts à l'aide de ton autre main, t'échauffant un peu, affichant un sourire carnassier. J'ai juste envie de te refaire le portrait pour ton espèce de fugue, il y a un an... On était très inquiets et on t'a chercher partout... Même dans les terres détruites... Enfin.. pas vraiment partout... On a eu quelques soucis... Tu te racles doucement la gorge et tu froisses ta serviette entre tes doigts au niveau de ton sein gauche, là où se trouve ta cicatrice... Cicatrice que tu t'es faite, le jour que cet idiot est partit.
feat. Svein ▲ dialogue #009999▲ hrp Quinzième réponse. J'espère que ça t'ira.. ;; c'est pas super htjhtfh


Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Sam 11 Juil - 17:54
Musique - C'était étrange de revenir ici, de côtoyer de nouveau ces visages, ces rues, ces idées dans laquelle tu as grandis. Tout t'étais si familier & pourtant tu n'as jamais été aussi étranger à la fois. Tu es parmi les tiens, tu devrais te réjouir & pourtant jamais tu ne t'es senti aussi loin, comme si tu n'avais jamais été à ta place ici. C'était un étrange sensation. Alors que tu devrais être des plus heureux, tu te sens des plus vide. Tu pensais avoir avancé, mais ce décor te rappelant les bons comme les mauvais souvenir te hante plus qu'il ne te charme. Tu es bien loin d'être nostalgique de ces années passé. Tu as beau être heureux d'avoir retrouvé ceux que tu as chéri par dessus tout, tu n'as pas l'esprit tranquille. Ça n'allège pas ce poids qui pèse dans ton coeur contrairement à ce que pensais.

Tu te disais que ça t'aiderais à te sentir plus léger, à être moins coupable. Pourtant, t'as l'impression de commettre un crime encore plus grand et ces larmes qui coulent sur le visage d'Edelweiss te font douter de toi. Revenir après tout ce temps était-ce réellement raisonnable ? N'étais-ce pas juste un autre de tes caprice égoïste ? Certainement que si. Tu voulais juste qu'on te pardonne pour continuer à t'échapper encore un peu plus loin de tout ce que tu as connu.

Elle rit légèrement, te donnant un coup de coude dans les côtes, te traitant d'idiot comme elle avait tant l'habitude de faire. Tu lui souris en retour, grimaçant légèrement sous le coup comme si de rien n'était. C'est ce que tu faisais toujours & encore : comme si de rien n'était, n'est ce pas ? C'était plus simple de la sorte.

Elle tend le bras, sa main entrant en contact avec ta peau comme pour vérifier une énième fois que ton image n'était pas un simple mirage, pour s'assurer que tu ne disparaîtrais une seconde fois. Tu voudrais la rassurer, lui dire que de tes fantômes n'existent plus. Qu'il ne peuvent plus s'emparer de toi, t'enfermer & faire de toi l'objet de leurs désirs. Après tout, elle n'est plus en vie. Pourtant, tu te tais. Tu préfères la laisser réaliser d'elle-même tout le chemin que tu as fait depuis. Tu veux qu'elle comprennes que tu as changé, que même si tes craintes subsistent : elles ne t'empêchent plus de vivre. Elles ne t'arrêterons plus.

Elle se redresse, te prenant à nouveau dans ses bras. Tu passes tes bras autour de sa taille et en fait de même. Vous vous retrouvez à votre manière. C'était un instant que vous vous offriez. C'était vous figé au milieu de ce monde qui tourne à cent à l'heure. Promets-le moi, promets-moi que tu ne disparaîtras plus sans rien dire... Je veux bien te pardonner, mais... Elle s'arrête & ton cœur se resserre légèrement. Le pardon, n'étais-ce pas là ce que tu cherchais ? Si seulement ta mère pouvait aussi prononcer ces mots, tu pourrais enfin te libérer de ton fardeau. Si tu t'en vas encore, je te détesterais de tout mon être et je ferais tout pour te retrouver, quoi qu'il en coûte. Tu l'as promis : ça n'arriverais plus. Tu n'as plus de raison de fuir désormais.

Zackary et toi... Vous êtes bien trop précieux à mes yeux, tu le sais pourtant.. Svein.
Elle semblerait presque te sermonner comme un enfant. Ça te déplaît quelque part. Parce que le temps avait beau être passé, elle cherchait encore à te protéger de ce qu'elle ne sait pas. Elle s'approche de nouveau et dépose un baiser sur ton front, comme ta génitrice avait l'habitude de le faire avant d'être consumée par sa folie & en fermant les yeux son image te revient tout comme celles des jours paisible que tu as passé en compagnie d'Edelweiss et de Zackary à chasser & à vous chamaillez pour un oui ou pour un non. Le temps des temps heureux, dirait-on.

« Je ne suis plus un enfant, Edel. » Fais-tu remarquer dans un soupire en relevant les pupilles & en les déposant sur ton amie. Elle ne pouvait plus chercher à te materner comme elle avait l'habitude de le faire.

Tu as vu Zack', ou pas encore ? Il risquerait de te frapper si il te voit. Et lui, il est bien plus fort que moi ahah, c'est vous qui m'avez entraîner à me défendre quand on était petits après tout.
Tu ris légèrement à cette remarque, te souvenant de ce que vous ne faisiez pas faire la seule fille de votre trio. Zack & toi essayez de la rendre à votre image, d'en faire un véritable garçon manqué & de toute évidence vous aviez échoué. Toutefois, tu notais qu'elle avait gardé ce côté réactif et légèrement impulsif que vous lui aviez transmit.

Par contre... J'ai juste envie de te refaire le portrait pour ton espèce de fugue, il y a un an... On était très inquiets et on t'a chercher partout... Même dans les terres détruites... Enfin.. pas vraiment partout... On a eu quelques soucis...
Tu hausses légèrement les épaules avant de doucement te relever. Quelques soucis ? De quoi parlait-elle ? Tu poses ton regard vers elle & sent qu'elle te cache quelque chose. Tu fronces les sourcils & imagine bien vite ce qui a pu se produire. Les terres détruite était un endroit dangereux, on se s'y aventure pas sans l'équipement adéquate et les compétences nécessaires. Seuls les chasseurs expérimenté pouvaient s'en sortir sans la moindre égratignure : chasseur qu'elle n'est pas.

« Je ne suis pas encore allé voir Zack, avoues-tu. Il est pas mal occupé avec ses fonctions de chef, tu sais ahaha. J'irais le voir en temps & en heure. » Tu sais que ce n'était pas encore le bon moment pour vous retrouver, tu ne ferais qu'empirer les choses. Autant y aller doucement. Tu soupires légèrement. Maintenant que tu avais répondu à ses questions à elle de répondre aux tiennes. Si tu étais parti ce n'était pas pour devenir un poids & marquer à jamais les mœurs. Tu voulais te libérer & tes proches de tout les maux que vous ayez pu connaître ; parce qu'ils sont de ceux qu'on ne peut pas surmonter ; qu'on ne peut pas vaincre. On peut seulement s'en éloigner.

« Que s'est-il passé, Edel ? Ta voix se fait plus grave, plus sèche. Je l'ai dis : je ne partirais plus, quand bien même à l'époque j'avais mes raisons, mais je penses que je ne t'apprend rien ? Je sais que tu as deviné depuis longtemps la raison de mes mœurs. » Tu brises ce tabou, celui que tu as cherché à oublié, celui que tu as nié au pas de ta porte. Tu l'as toujours su qu'elle avait deviné ce qu'il se passait entre ta génitrice et toi. Elle était toujours là à te soigner & quand bien même tu ne disais rien à ce sujet, elle venait prendre ce rôle de mère qui s’effaçait chaque jour. Elle le savais, elle le savais, elle le savais, elle le savait, elle le savait.
Elle l'a toujours su.


« Si j'étais venu vous voir, vous m'auriez empêcher de partir, n'est ce pas ? Tu les connaissais par cœur. Alors maintenant, dis moi Edel : que s'est-il passé ce jour là ? »

Cesses de mentir & de nier la vérité toi aussi.
Maintenant, je sais que je ne suis pas pardonnable.

feat. Edelweiss ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp Y A DES TRUCS QUI VEULENT RIEN DIRE JE CROIS MDRRR PARDON JTM
Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Sam 11 Juil - 19:01



Retrouvaille ... Funéraille.





- Que s'est-il passé ce jour là ?
- T'as tué et blessé, si tu veux tant savoir.

Une flèche traverse la salle. Elle se plante dans le mur où se trouvait Svein il n'y a même pas 2 secondes. Si il n'avait pas bougé, ça serait clair et net : il serait mort. T'avais juste entendu la fin de la conversation en arrivant ici .... Ton instinct d'homme sauvage avait été plus rapide que prévu.

Tu avais toutes les raisons du monde pour aller voir Edelweiss. Sauf qu'aujourd'hui, t'avais une raison trop importante pour que la jeune femme ne puisse te refuser chez elle. Mais en arrivant chez elle, tu ne t'attendais pas à ça. Tu ne t'attendais pas à revoir sa gueule. Sa putain de gueule. Malgré l'état dans lequel tu te trouvais actuellement, t'as pas pu t'en empêcher. Cette rage que t'avais gardé pendant un mois entier, ce mois que t'as jamais pu supporter lorsque cet imbécile de Svein avait disparu ... Elle réapparaît maintenant et tu t'étais précipité de sortir ton arc et l'une de tes meilleures flèches pour abattre une proie. Mais là, t'as failli abattre un humain, contraire aux règles d'Earthea. Tu entres enfin dans la demeure d'Edelweiss avant de jeter ton arc au sol dont ce dernier commence à être tâcher d'une couleur peu commun.

- Je vais te montrer à quoi ressemble réellement la mort, vu que t'as l'air de prendre plaisir à jouer ce rôle là pendant plus d'une putain d'année.

Ta voix n'avait jamais été aussi froide et glaciale. Ton regard en disait long sur ce que tu ressentais actuellement.

- Edelweiss.

Tu ne posais même pas un regard sur la demoiselle, t'étais beaucoup concentré à savoir où est-ce que t'allais foutre la prochaine flèche sur Svein. En attendant, tu arrachais la manche de ton kimono de combat et c'est ce qui allait expliquer ta venue chez ton amie qui était avant tout médecin. Ton bras -qui était tatoué de ces marques toujours aussi inconnues à tes yeux- était entièrement ensanglantée, ce qui explique les tâches au sol. On t'avait sévèrement blessé durant ta chasse du jour. L'animal que t'avais attaqué était beaucoup trop puissante et elle t'avait enfoncer ses crocs dans les muscles de ton bras. On pouvait même y voir encore une dent de ce monstre dans ton muscle. Sauf que si tu commençais à retirer cet élément en toi ... Qui sait si t'allais pas mourir d'une hémorragie. Edelweiss allait sûrement s'en occuper pour toi. Et c'est pour ça que t'étais là. Tu souffrais par rapport à cette douleur mais ça ne se voyait pas. Ta rage était beaucoup trop intense face à Svein.

- T'as le temps qu'Edelweiss me soigne pour te casser t'ici. T'as rien à foutre là, dégage ou c'est ta tête qui dégagera la première avant même que ton corps quitte cette pièce.

Tu lui en voulais pour ce qu'il s'était passé il y a un an. Ignorant qu'il était.






Spoiler:
 

Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Sam 11 Juil - 23:06
Musique - Mensonges et nostalgies. Tout se mélange dans ton esprit, tu as du mal à trier le bon du mal. Tout ce que tu sais, c'est que ton meilleur ami que tu pensais mort depuis plus d'un an, est vivant.
Il n'est pas encore aller voir Zack, cela ne te surprend pas plus que ça, tu t'attendais à cette réponse en fait, après tout, entre vous deux, tu es bien plus douce que le chef chasseur. Pourtant tu te mis à froncer les sourcils lorsqu'il avoua qu'il est bien occuper par ses fonctions de chef chasseur, et alors ? Toi aussi tu es chef, tu es tout aussi occuper ; certes là tu venais tout juste de prendre ta douche. Mais lorsqu'un chasseur est blesser, il est diriger vers vous, les médecins d'Earthea et souvent vers toi, parfois tu ne sais même plus où donner de la tête et il t'arrive de faire quelques nuits blanches pour surveiller certains patients. Donc cette excuse que Zack est bien occuper avec ses fonctions de chef, elle te passe au-dessus de la tête.

Puis là, la question fatidique, tu aurais préférer qu'il ne s'y intéresse pas. Que s'est-il passé, Edel ?  Je l'ai dis : je ne partirais plus, quand bien même à l'époque j'avais mes raisons, mais je penses que je ne t'apprend rien ? Je sais que tu as deviné depuis longtemps la raison de mes mœurs. Tu le fixes de tes pupilles dorées, te raclant doucement la gorge... Ses propres raisons... Oui, tu avais deviner ce qu'il se passait chez lui. Lorsqu'elle venait le voir à la clinique et qu'elle appelait Svein ; William, tu te doutais de quelque chose. Cette femme avait un regard qui te répugnait, un regard emplis de pêché. Un pêché qu'on ne peut pardonner, surtout pas celui de la luxure.

Froissant doucement ta pauvre serviette blanche qui te sert de vêtement entre tes doigts, tu te relèves doucement pour ne plus être au sol, tout comme lui. Mordant doucement ta lèvre inférieur, tu détournes le regard sur le côté. Tu ne voulais jamais lui poser la question en fait, pourtant tu acquiesces d'un mouvement de tête. Non, il ne t'apprend rien, tu avais déjà entre autre deviner ce qu'il se passait entre sa mère et lui. Tu aurais souhaiter l'aider à ce moment-là, mais tu ignorais comment faire. Tu étais juste cette épaule sur laquelle il pouvait se poser si il avait besoin de pleurer, ces bras rassurants et protecteur autre que ceux de sa défunte mère. Les bras d'une amie, d'une meilleure amie sur qui on peut compter. Pardon de n'avoir rien dis. Pardon de ne pas t'avoir protéger lorsque tu en avais besoin, mais je ne pouvais rien faire... Rien faire ? Vraiment ? Affronter une soi-disant mère ne t'aurais peut-être pas déranger, mais il avait perdu son père tout comme toi, si tu étais entrer dans sa vie privée, tu avais peur qu'il te déteste pour t'être mêler de ses affaires qui ne te regardait pas. Tu avais peur de tout cela, c'est pour cela que tu n'avais rien dis, rien fait, tu ne voulais pas le perdre en le protégeant d'une certaine façon. Pourtant tu as été égoïste, il ne t'aurait peut-être pas détester et tu aurais simplement dû le protéger comme une véritable amie, tant pis si c'était sa mère, c'était ton ami, ton meilleur ami.

Si j'étais venu vous voir, vous m'auriez empêcher de partir, n'est ce pas ? Tu reposes ton regard vers lui. Évidemment que vous l'auriez empêcher de s'en aller, à part si il en avait réellement besoin. Tu ne sais pas, peut-être que tu l'aurais suivis en demandant à Zackary de venir également. Vous êtes un trio depuis tout petit, un trio de sales gosses à vos heures perdues. Un trio de trois félins, pas de la même mère, mais c'est tout comme. Alors maintenant, dis moi Edel : que s'est-il passé ce jour là ? Elle se met à résonner dans ta tête, cette question. Que s'est-il passé ce jour là ? Ce jour là.... Ce jour.. là ? Un long frisson te parcours le long de la colonne vertébrale et une flèche venait de passer à quelques centimètre de ton visage, s'enfonçant dans le mur se trouvant derrière le brun.

T'as tué et blessé, si tu veux tant savoir. Cette voix. Tu te tournes subitement en écarquillant en grand les yeux ; Zackary, ça ne pouvait pas être pire. Pourquoi maintenant, tu t'attendais à une réaction de ce genre mais pas au point qu'il décoche une flèche ; et pas n'importe laquelle en plus, une flèche réellement bien aiguisée pour abattre une proie d'un seul coup. C'est pas un gibier ! La ferme Zack', la ferme... Ne dis rien bordel, ne dis rien. Tu te mords la lèvre inférieur, espérant qu'il ne dira rien te concernant. Ton cœur commence à battre subitement plus fort à l'intérieur de ta poitrine, observant ton autre meilleur ami entrer dans la pièce, remarquant assez rapidement les gouttelettes pourpres qui tombent sur le sol de ta chambre ; une blessure de chasse ? Probablement. Cependant, entre la blessure de Zackary et son comportement vis-à-vis de Svein, ce qui t'inquiète le plus est vraisemblablement ce qu'il pourrait faire au plus jeune de vous trois.

Un long frisson te traverse à nouveau le long de la colonne vertébrale, te donnant la chair de poule. Tu n'aimes pas cette sensation pesante qui venait de s'installer dans la pièce, dès que le chef chasseur avait décocher sa flèche. Déglutissant lentement ta salive, tu te recules d'abord d'un léger pas, puis d'un second. Je vais te montrer à quoi ressemble réellement la mort, vu que t'as l'air de prendre plaisir à jouer ce rôle là pendant plus d'une putain d'année. Tu grinces doucement des dents ; la mort, la mort de Svein. Vous pensiez réellement lui et toi que cet idiot s'était soit suicider, soit qu'il avait eu la bonne idée de trouver la mort sur les terres détruites en fuguant de chez lui. Cependant, le ton glacial et ce regard empli de haine t'inquiétais plus qu'autre chose. C'est réellement pire que ce tu ne pensais, beaucoup plus pire. Soudain, ton nom s'échappe des lippes de l'argenté. Lorsqu'il s'arracha la manche de son kimono, tu compris réellement qu'il était venu pour cela. Ni une, ni deux, tu attrapes tout d'abord un vêtement à te mettre sur le dos, enfilant rapidement un kimono assez court, retirant la serviette trempée après l'avoir enfilé, tu pris soin de le fermer à l'aide d'une ceinture adapté.

Puis tu te mis à courir rapidement pour sortir de la pièce, allant attraper tes affaires de médecine se trouvant dans un sac dans le salon. Tu ne voulais pas les laisser seul tous les deux trop longtemps, c'est bien trop risquer, surtout dans l'état dans lequel est Zackary actuellement, que ce soit physiquement et mentalement. En moins de deux minutes, tu avais fais le trajet chambre – salon. Allant te placer aux côtés de Zackary, tu commences à lui prodiguer les premiers soin. Remarquant une dent placé dans sa chair, tu attrapes une pince afin de l'attraper en douceur, fronçant les sourcils.

« Serre le poing s'il te plaît, elle est enfoncé profondément... » Tu devais faire attention, c'était rare de voir une tel dent enfoncé dans la chair des chasseurs, alors Zackary en plus de ça, c'est totalement inhabituel. Heureusement, ça n'avait pas l'air si grave, la dent avait simplement touché le muscle. En deux temps trois mouvements, tu avais réussi à attraper la fameuse dent, la posant assez rapidement sur le sol, avant de vite placer une compresse sur le bras de Zackary. Désinfectant à nouveau, tu commenças sans plus tarder à recoudre sa plaie, mettant également de la crème cicatrisante faite à partie de plante médicinale que tu avais toi-même préparer ; une des meilleures d'Earthea. Non, la meilleure d'Earthea.

Pendant le temps que tu soignais Zackary, tu pouvais toujours sentir cette sensation pesante entre les deux meilleurs amis. Relevant doucement le regard vers les deux, tu cilles légèrement, serrant cependant la main du blessé, comme pour l'empêcher d'avancer vers Svein lorsque tu auras terminer avec lui. Fermant les yeux, tu pinces d'ailleurs assez fort l'une des cuisses de Zack, soupirant légèrement.

« Calme-toi Zack... Même si c'est dur, calme-toi... Elle ne voudrait pas que tu fasses ça, tu le sais pourtant, non ? » Tu es sûre qu'il le sait, elle ne voudrait pas qu'il fasse ça à son meilleur ami. Pas à cet ami d'enfance si cher à vos yeux à tous les deux, cet ami d'enfance qui vous a pourtant détruit d'une certaine façon tous les deux... Elle ne voudrait pas ça, cette jolie demoiselle, en aucun cas et vous deux non plus. C'est simplement la rage qui refait surface, tu t'en rappelles que trop bien de l'état dans lequel était Zackary durant un mois. Tu avais essayer d'être à ses côtés comme tu le pouvais durant les moments douloureux, tu voulais le remettre d'aplomb, qu'il ne sombre pas. Tu savais ce qu'il ressentait à ce moment-là, tu avais dû le supporter à tes dix ans. Pour une simple gamine, ça a été un moment plus que douloureux. Tu ne savais pas trop comment gérer cela à cet âge, mais tu ne souhaitais pas que ton meilleur ami sombre comme tu avais sombrer. Il est adulte, il pouvait supporter, il le devait... C'est ce que tu lui avais reprocher. Que ce n'est pas un gamin, que ce sont des choses qui arrive. Certes, ça aurait pu se passer autrement, mais le destin en avait décider ainsi. On ne choisit pas notre destiné, elle est déjà écrite, que l'on veuille ou non.

« Ce qui est arriver n'est la faute de personne, Zackary. Ce n'est pas la faute de Svein. » Tout du moins, c'est ce que tu veux croire toi, que c'est la faute de personne ce qui c'est passé il y a un an de cela.
feat. Svein & Zackary ▲ dialogue #009999▲ hrp C'EST LONG


Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Dim 12 Juil - 0:11
Musique - Tu savais que ce n'était pas le bon moment. Que Zackary ne te pardonnerait pas aussi facilement, qu'il le ferait probablement jamais à vrai dire. Tu n'étais pas dupe, alors tu voulais éviter son courroux encore quelques temps, histoire de savoir comment lui faire face, mais voilà, le destin n'a jamais voulu jouer en ta faveur même quand tout semble commencer à aller mieux & a s'arranger. C'était toujours comme ça : un pas en avant & dix en arrière. Tu te berçais d'illusions à croire qu'un jour tu pourrais aller de l'avant.

T'as tué et blessé, si tu veux tant savoir.
Tu te figes, reconnaissant cette voix parmi milles, ta respiration failles. Non, non, non. Ce n'était pas prévu. C'était tout sauf prévu ! Tu lèves les yeux & vois cette flèche menaçante de passer sous le nez, effleurant presque ta peau et tu le vois lui. Zackary.

Merde, merde, merde, MERDE. Pourquoi est ce qu'il fallait que rien n'ailles jamais comme tu le veux ? Earthea te maudissais à ce point de l'avoir trahit ? Il semblerait. Tu le maudissais en retour puisqu'il avait décidé de jouer en ta défaveur depuis le jour où tu vu le jour. Tu ris nerveusement tandis que les mots de Zackary raisonnent en toi. T'as tué et blessé, si tu veux tant savoir. Parlait-il de la génitrice ? Avait-il découvert la réalité ou bien parlait-il d'autre chose ? Tu ne sais pas, tu n'en sais rien ! Tu n'es même plus sûr de vouloir connaître la vérité. T'en a marre, t'en a tout bonnement marre & pourtant tu n'as pas le droit de te plaindre. Tu n'as la le droit de gémir, de vouloir fuir, encore. Tu n'aurais jamais du revenir.

Il s'approche & tu es incapable de bouger. Ton regard s'est arrêté sur lui & il ne peut plus s'en défaire. Tu remarques alors cette traînée de sang qui apporte.  Je vais te montrer à quoi ressemble réellement la mort, vu que t'as l'air de prendre plaisir à jouer ce rôle là pendant plus d'une putain d'année. Sa voix se fait sèche, glaciale & ses paroles sonnent comme un poignard qu'on t'enfoncerait en plein cœur. Ah. Ah. Ahaha. T'as l'impression d'entendre de nouveau la voix de ta douce mère ; Tu n'aurais jamais dû exister, Svein.
Tu n'aurais jamais dû, oui.

Il s'installe alors que son bras est en lambeaux. C'était incroyable la précision qu'il avait su garder malgré la gravité de ses blessures, décidément il était toujours aussi incroyable. Il passe devant toi, appelant Edelweiss, s'installant avant de rependre d'une voix toujours aussi grave. T'as le temps qu'Edelweiss me soigne pour te casser t'ici. T'as rien à foutre là, dégage ou c'est ta tête qui dégagera la première avant même que ton corps quitte cette pièce. Tu sursautes légèrement. Tu sais qu'il ne te menaces pas en vain, tu n'as comprit qu'une chose : de ton pêché est plus grand que tu ne le croyait & qu'il te déteste pour ça. Lui aussi, voulait te voir disparaître à jamais. Tu serres le poing, plantant tes ongles dans ta paume, rouvrant ta plaie qui commençait tout juste a cicatrisée. T'aurais certainement du laisser ce nomade en finir avec toi l'autre jour. C'était toujours comme ça, tu survivais en voulant blesser personne à part ta propre & misérable personne & au final, tu gâchait tout atour de toi.

Tu portes ta main à ton visage, comme pour essuyer des larmes qui n'ont jamais réussi à couler. Ton cœur pourrait pleurer & saigner que tes yeux resterons secs. Ça a toujours été comme ça, tu as tout gardé à l'intérieur de toi. Tes prières, tes peurs, tout ce que tu as maudit ou aimer un jour. T'étais cette boite noire qui n'a jamais réellement laissée quelque chose transparaître. Edelweiss vous abandonne un instant & t'en profite. Tu te résous. Tu fais un pas en direction de ton vieil ami sortant le poignard que tu gardais aussi précieusement que jalousement à ta ceinture.

«Je vais te faciliter les choses, Zack. » Annonces-tu presque trop calmement pour que ta réaction soit normale.

Tu fais un second pas. Désormais, tu lui fais face. Tu prends une inspiration, le fixant dans le blancs des yeux. Ah si seulement...
Tu retourne ta lame tout en prenant la main de Zack de ta main libre. Tu pointes ta lames contre ton cœur. Droit. Prêt à s'enfoncer & a mettre fin à tout ça et tu portes la main de Zack par dessus la tienne, vous êtes deux à tenir ce poignard désormais.

« De toute évidence, je ne partirais pas. Je l'ai promis à Edel. Alors, va y. Puisque tu me hais tant que ça, autant mettre un terme à ces conneries maintenant. Va y Zackary Wise, je ne fuirais plus.»

Qu'importe que tu meures aujourd'hui ou dans dix ans. Ceux que t'as aimé te maudissent. Ceux que t'as chéri son mort ou vivent un enfer par ta faute. Là encore, ton égoïsme à rogner ce qu'il y avait de bien.
Tu aimais ta mère, plus que tout & tu l'as tué.
Tu aimais Zackary & tu l'as détruit.


«J'ai pris la vie de ceux que j'aimais & visiblement j'ai gâché la tienne. Venge-toi, défoule toi. Je ne lutterais pas. Tu t'approches légèrement quand bien même le poignard se plantait un peu plus dans ta cage thoracique. Puisque qu'on en est aux aveux & que tu me hais déjà, ça ne changera rien si je t'avoue que, tu t'approches encore -la lame te fait mal, mais tu ne bronche pas. Que j'étais tombé amoureux de toi, ahaha.»
Tu l'as dit, tu as brisé un autre tabou de ton histoire.

Edelweiss reviens & tu l'éloignes rangeant ta lame à sa place & faisant comme si de rien n'était. Tu avais profité de ces deux minutes qu'elle t'avait offert sans le savoir & tu te poses dans un coin de la pièce. Observant alors Edelweiss accomplir des miracles de ses deux mains. Elle était vraiment incroyable. Tu te plonges de nouveau dans un silence de mort.

Calme-toi Zack... Même si c'est dur, calme-toi... Elle ne voudrait pas que tu fasses ça, tu le sais pourtant, non ? 
Tu relèves les yeux. A quoi faisait-elle référence ? Là encore tu n'arrives pas à savoir. Le même doute plane que lorsqu'il a fait référence à tes crimes. Tu as tué et blessé. Qui ? Bordel ! Pourquoi est ce qu'on se voulait de te torturer à vouloir te punir dans l'inconscience. Tu commences à comprendre ce que Svea voulait te dire lorsque tu l'avais rencontré. Tu le sais, tu n'as pas oublier et c'est cela qui nous différencie. Toi, tu sais, mais tu peux quand même marcher la tête levée. T'avais-elle dit. Tu le sais. Tu le sais. Finalement, tu ne savais rien. Tu te crispes. Tu veux retourner à bord de l'Hildegarde. Tu veux retrouver les seuls qui te voyait encore comme des tiens. Tu veux oublier, tu veux oublier, tu veux encore tout effacer. N'oublie pas Svein. C'est lâche de vouloir oublier. Tu voudrais pouvoir l'être. Tu n'y arrives tout simplement pas.

 Ce qui est arriver n'est la faute de personne, Zackary. Ce n'est pas la faute de Svein. Tu sursautes légèrement lorsqu'Edel prononce ton nom. Elle te protégeait. Encore. C'était quelqu'un de bien. C'était une fille qui méritait tellement mieux que de se retrouver avec le genre d'ami que tu prétendais être. Tu te relèves & avances vers tes deux amis d'enfance. Tu poses ta main sur la tête d'Edel comme pour lui faire une dernière caresse et sourit vaguement.

« Merci de m'avoir protéger tout de temps. De n'avoir rien dit. Ça va aller, je vais assumer ce que j'ai fais. Ce que je suis. » Un monstre disait-t-elle parfois.
feat. Edelweiss & Zackary ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp y avais beaucoup de choses pas prévu (GENRE SVEIN SUR ZACK), mais vous m'embêtiez alors voilà aiden il rit comme u
Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Dim 12 Juil - 2:06



Retrouvaille ... Funéraille.








T'avais pas envie de le toucher mais tu n'y pouvais rien. Ton autre bras nageait dans un bain de sang, mélangé à la douleur que tu ne pouvais pas ignorer perpétuellement. Tu devais lui faire face et c'est ce que Svein faisait. Il ne t'avait pas quitté des yeux une seule fois et bizarrement, ça te rappelait des souvenirs d'autrefois. Ceux qu'un enfant curieux, qui était admiratif envers son aîné et qui voulait faire un peu tout comme lui. Ça, c'est un souvenir que tu n'oublieras jamais. Les choses ne peuvent pas s'oublier si facilement. Tu vois le poignard sur le cœur de ton ancien meilleur ami, lui qui faisait pression sur celui-ci avec l'aide de ta main. Tue moi, disait-il. Mais ça ne t'allait pas. C'était pas comme ça que tu voulais procéder actuellement.

Mais tout s'enchaîne, Svein n'arrêtait pas de parler. Mais il y a bien une seule et unique chose qui venait de retenir ton attention confuse : Ca ne change rien si je t'avoue que j'étais tombé amoureux de toi.

Silence de mort. La seule chose qui résonnait dans ta tête était les gouttes de sang qui venaient s'éclater contre le sol d'Edelweiss, elle qui était partie pour revenir avec les soins nécessaire. Elle commençait son boulot tout en essayant de te calmer. Elle ne voudrait pas que tu fasses ça. Tu te mords violemment la lèvre en supportant trois douleurs : ta blessure, les paroles d'Edelweiss et les paroles de Svein. C'est comme si on venait d'entourer ton coeur de chaînes lourdes et indétachable, qu'elles referment le coeur petit à petit à force d'écouter la voix que tu aimes et a aimé autrefois. Il vient d'avouer qu'il t'a aimé et tu l'as jamais su. Un amour, un putain d'amour, tu commençais à en trembler tellement que ... ça te foutait la haine.

- Tu mens ... Putain, tu mens.

Ta voix était à peine audible, comme si tu te parlais à toi même. Mais le ton de ta voix se fit violemment plus forte, tu relevais la tête vers Svein qui caressait la tête d'Edelweiss, jamais tu ne baisseras ton regard devant lui, jamais.

- Putain mais putain de merde. C'est trop DIFFICILE DE BALANCER SUR UNE FEUILLE DE PAPIER QUE TU TE CASSES ? PLUTÔT QUE DE GARDER DÉFINITIVEMENT LE SILENCE ET NOUS CASSER LE CUL A TE CHERCHER DURANT UN MOIS ENTIER ?! J'T'AURAIS LAISSÉ PARTIR PUTAIN SI TU NOUS AVAIS TOUT DIT ! Tu nous prends vraiment pour des cons ... Amitié à la con, ouais.

Les veines de tes poings ressortaient tellement fort, jamais tu n'arriveras à contenir ta colère. Tu te lèves sans faire attention aux soins que venait de faire ta meilleure amie. T'arrivais juste plus à te contrôler, t'étais face à Svein, à même pas quelques centimètres de lui, t'avais la rage.

- Est-ce que tu te prends compte putain. Est-ce que tu te rends compte que tout le monde s'inquiétait POUR TOI ?! EDELWEISS LA PREMIÈRE TOUT COMME MOI ?!! PIRE, QUE CERTAINS SE SONT BLESSÉS POUR TOI ?! Que JE L'AI PERDU A CAUSE DE TES CONNERIES ?! Et tu oses revenir comme une PUTAIN DE FLEUR DEVANT NOUS COMME SI DE RIEN N'ÉTAIT ?!?

L'instinct te joue une nouvelle fois un tour. Tu te recules avant de reprendre ton arc et une flèche, la pointant une nouvelle fois vers celui que tu avais considéré comme ton meilleur ami d'enfance. Avec qui ta vie aurait été pire si il n'avait pas été présent avec Edelweiss. Parce que vous aviez eu tous les trois des enfances beaucoup trop difficiles à supporter ... Vous vous êtes retrouvés ensemble, à jouer, à pleurer, à rire comme d'innocents enfants.

Et là ?
T'étais à deux doigts de lâcher cette flèche vers Svein. Mais la douleur dans ton bras te faisait rappeler au combien l'homme n'était pas immortel. Ton corps se penche violemment sur le côté, tu lâches malencontreusement (oups) la flèche dans la jambe de Svein avant de te retrouver à genoux au sol, crachant du sang depuis ta bouche. Pourquoi ça devait arriver maintenant, hein ? Les marques noires sur ton corps et particulièrement ton bras grossissaient soudainement jusqu'à s'arrêter à une taille plus ou moins raisonnable. La haine était en train de te faire oublier qui tu étais, Zackary. Tes poings serraient encore cet arc avec qui tu avais volé des centaines et des milliers de vie, malgré le sang qui coulait de ta bouche et de ton bras.

- "Puisqu'on en est aux aveux" ... On va continuer là dessus ... T'as tué celle que j'ai aimé depuis des années, t'as TUÉ celle qui voulait te retrouver sans te connaître, juste pour me rassurer, nous rassurer ... Mais elle est morte, tu toussais entre temps, le ton de ta voix se fit nerveux et toujours aussi froid. Elle est morte durant les recherches en pensant qu'elle t'avait trouvé putain. Mais non, c'est pas vrai. T'as continué à faire ta putain de petite vie ailleurs en pensant sûrement qu'on s'en branlait pas mal de toi... PUTAIN DE MERDE D'ÉGOÏSTE ! Et tu oses me dire ça, tu as osé me faire des AVEUX PAREILS ?! MAIS BORDEL !

Tu tentais de te relever tant bien que de mal, mais fallait que ça s'arrête. Tu en faisais de trop, ça ne servait plus à rien et t'étais dans un état plus que pathétique. Pourtant .. Ton poing toujours serré, t'étais à deux doigts de foutre un coup dans la gueule de cet homme. T'étais juste déstabilisé. Pire.

- Putain ... Raphaela ...

... Tu n'étais plus toi-même, Zackary.






Spoiler:
 

Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Dim 12 Juil - 15:14
Musique - Rêvons d'aventure, d'amour & d'amitié. Si seulement, si seulement c'était vrai.
Tu ignores ce qui s'est passé lors de ces deux petites minutes durant lesquelles tu t'étais absenté, tu regrettes de les avoir laisser seuls tous les deux. Tu n'as rien entendu, le salon est à l'autre bout de la maison. Pourtant, tu peux déduire une certaine chose ; Svein avait dit quelque chose à Zackary de plutôt.. déplaisant à entendre ? C'est ce que tu supposes.

Relevant doucement le regard vers Svein lorsqu'il pose sa main sur ta chevelure, tu cilles légèrement. Il te remerciait.. ? De n'avoir rien dis, de n'avoir rien fait ? Il y a comme une boule douloureuse qui se forme à l'intérieur de ta gorge, te la nouant violemment sans aucune retenue. Tu ne mérites même pas ses remerciements, tu ne vois pas pourquoi tu avais le droit à ça...

Pourtant, la voix de Zack se déchire et te fit sursauter légèrement. Dans le plus grand des silences, tu l'observes déverser sa rage sur ton ami d'enfance se trouvant à tes côtés ; tu ne sais pas trop quoi dire sur le coup. En fait, tu n'avais rien à dire, car tu ne peux le contredire ; Svein était partit sans crier gare. Il ne vous avait rien dit, même pas laisser un papier comme l'a laissé entendre Zackary, quant à vous, vous aviez passer un mois à le chercher en vain. Vous n'aviez trouver aucune trace, il s'était comme volatilisé.

Écarquillant doucement les yeux quand le chef chasseur se relève, tu grimaces un peu en voyant qu'il ne fait pas si attention que cela aux soins que tu venais de lui faire. Tu te recules d'un pas, puis de deux en voyant les deux hommes face l'un à l'autre. Tes sourcils se froncent soudainement aux mots de ton meilleur ami ; il commence à mettre sur le tapis ce que tu avais toi-même soulever à propos d'elle, mais également des blessures qu'il y a eu durant un mois entier.

Le cœur battant violemment contre ta poitrine, tu as comme une légère douleur sur le côté gauche de ton corps au niveau de tes côtes mais surtout sur ta poitrine ; tu as l'impression que ta cicatrice te brûle et qu'elle est prête à se rouvrir pour déverser au moins un litre de ton sang. Tu serres doucement le tissu entre tes doigts à ce niveau là, gardant les pupilles posées sur tes deux amis d'enfance. Inutile, inutile, inutile, je suis inutile Ou peut-être pas.

Et puis là... Le chasseur venait à nouveau de s'armer de son arc et d'une flèche. Bordel ! Qu'est-ce qu'il compte faire ? Tu ne sais même pas comment réagir et tu n'arrives pas à bouger, tu es paralysé, tes jambes refusent de bouger d'où elles sont, elles ne font que trembler. Merde, merde, merde ! Ça ne devait pas se passer comme ça ! Tu sers fort le poing, plantant tes ongles dans ta peau, si fort qu'une perle de sang coule entre tes doigts. Tu aurais voulu le retenir, mais tu ne peux pas, tes jambes refusent encore de bouger & la flèche part droit dans la jambe de Svein ce qui te fait tourner subitement la tête vers le plus jeune de vous trois... MERDE ! Fronçant soudainement les sourcils, tu poses tes pupilles d'or sur votre aîné.

« ZACKARY ! » Il tombe à genou et tu vas près de lui, posant rapidement tes mains sur ses épaules ; tu avais finalement réussi à bouger. Tu venais de hurler le prénom de ton meilleur ami pour deux raisons ; le fait qu'il venait de décocher à nouveau une flèche, mais également car il est dans un état des plus lamentables. Du sang se déverse à nouveau sur le sol de ta chambre. L'air assez paniqué, tu te relèves assez rapidement, allant attraper quelques objets dans ton sac de médecine. Ton instinct de médecin prend le dessus, tu fouilles et fouilles. "Puisqu'on en est aux aveux" ... On va continuer là dessus ...  Quels aveux ? Il s'est passé quoi ? Et le voilà qu'il déballe la vérité concernant celle qu'il aimait, qu'il a perdu il y a de cela un an. Svein a « tue » Raphaela qu'il dit.

« Sombre idiot. Ce qui est arrivé ne pourra jamais être réparer, que ce soit les blessures émotionnelles ou même physiques, dont la mienne la première. La vengeance ne résoudra rien, les morts ne reviennent pas à la vie pour autant, Raphaela est partie et Svein est revenu, c'est un fait Zack. 

Sur ces paroles, tu revenais près de lui, lui ayant relever le menton comme pour te regarder droit dans les yeux, lui portant une pichenette en plein milieu du front malgré le sang qui dégouline au coin de ses lèvres. Et dans un léger soupire en fermant les yeux, tu venais de planter -à moitié- une seringue dans le cou de Zackary, appuyant doucement pour que le produit s'installe dans ses veines. L'effet fut immédiat ; tu venais d'injecter un anesthésiant pour l'endormir. Tu l'attrapes lorsque son corps bascule vers toi, retirant doucement la seringue de son cou, tu la lances directement dans ton sac.

« Chhht... Dors un peu Zack, dors un peu...  Tu l'attires dans tes bras, lui posant la tête contre ton épaule. Tu caresses en douceur ses cheveux argentés entre tes doigts, tournant la tête vers Svein en lui tendant la main pour qu'il l'attrape, souriant. Ne t'inquiète pas, Zack ne te déteste pas. Il était simplement très inquiet pour toi, on était tous les deux très inquiets ; tu avais soudainement disparu, il avait « perdu » son meilleur ami, cela l'avait déchirer...  Tu fais une légère pause, observant le corps endormit de Zack au milieu de tes bras, tu tentes de te redresser, passant tes bras sous ceux de ton aîné pour le soulever assez difficilement. Tu grimaces légèrement ; son corps est lourd, un peu trop lourd pour toi, mais tu ne peux pas demander à Svein de venir t'aider, il a une flèche dans la jambe. Du coup tu te débrouilles, arrivant avec beaucoup de mal à soulever cet homme de soixante-dix kilos, le posant en douceur sur ton lit, mettant un oreiller sous sa tête. Une fois cela fait, tu viens aux côtés de Svein, lui déchirant son bas sans qu'il ne te le demande, pour voir la blessure causé par la flèche. Tu attrapes ton sac pour avoir les premiers soins avec toi, alors que tu commences doucement à retirer la flèche de sa jambe.

« Puis, vint la mort inattendu de Raphaela et.. autre chose qui l'a complètement détruit.  Tu te mords doucement l'intérieur de ta lèvre inférieur, ayant réussi à retirer avec un peu de mal la flèche, tu la jettes au sol, commençant à lui prodiguer tes soins et tu reprends à nouveau, alors que tu sens à nouveau une boule se former dans ta gorge.  Durant un mois, il broyait du noir, il ne sortait plus, il ne faisait plus rien. Il avait laissé ses commandes au sous-chef car ; son meilleur ami avait disparu et on le pensait mort. Sa petite amie est morte en faisant des recherches sur toi, Svein. Et puis... Jamais deux sans trois...  Tu relèves le regard vers lui, plantant tes pupilles dans les siennes en gardant tes mains posés sur sa jambe.  J'avais fini aux urgences. Voilà la vérité que tu souhaites entendre, voilà ce qui c'est passé il y a un an. Tu avais disparu, Raphaela est morte et j'ai failli mourir également en te cherchant sur les terres détruites, cela m'a laissé une cicatrice assez horrible. »

Un léger rire nerveux s'échappe de tes lippes lorsque tu parles de ça, elle est plus qu'horrible pour une femme, surtout pour un médecin, le chef médecin qui plus est. Observant sa jambe à nouveau, tu te mords la lèvre inférieur en prenant une longue inspiration que tu relâches aussi-tôt après. Tu observes si il peut bouger sa jambe comme il veut, espérant qu'un tendon n'a pas été touché. Puis tu la reposes en douceur au sol, tournant la tête vers Zack qui dort sur ton lit ; tu avais perdu ton sourire entre temps.

« Essaye de le comprendre et mets-toi à sa place, non, à notre place. À tous ceux que tu as inquiéter, mais surtout nous.  Tu tournes la tête vers lui.  On te pensait réellement mort. Par contre...  Tu te relèves doucement, attrapant quelques babioles après avoir fini de t'occuper de Svein, allant près de Zack pour t'occuper de lui à nouveau. Lui injectant un antidote dans les veines de son bras blessé ; tu avais remarqué un liquide violet sur la dent.  La bête qui a mordu Zack devait contenir un poison ; rien de bien grave, ça fait simplement perdre la raison durant quelques instants, ça doit être pour cela aussi qu'il s'est autant déchaîné sur toi.  Dis-tu en riant légèrement, affichant dorénavant un sourire, mais tu reprends tout de suite un air plus grave, le regardant assez sérieusement. De quoi il parlait, à propos d'aveux ? Qu'est-ce que tu lui as dis quand je n'étais pas là...?» Ce que tu ignores et ce qui a énerver Zackary à ce point, cela te perturbe, et puis, on doit tout se dire entre meilleurs amis, non ?
feat. Svein & Zackary ▲ dialogue #009999▲ hrp ♥♥♥ love sur vous


Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Lun 13 Juil - 1:40
Musique - Tu tombes de haut, plus haut que tu ne l'aurait cru, plus haut que dans tes pires cauchemars. & tu t'écrases. Tu t'écrases, balayant tout ce qui fût beau un jour. Tu mens, tu mens, tu mens, tu mens. Le son de sa voix faisait écho en toi. Tu mens, Svein. Non. Non. NON. T'étais incapable de mentir, cacher la vérité oui, mentir non. T'étais bien loin de ces personnes qui savaient et aimaient jouer avec la vérité. T'étais cette boule d’honnêté, de naïveté. T'étais ce prisonnier qui pensait s'être défait de ses liens, mais qui se retrouvait juste secrètement encore plus enchaîné.

Il reprend, sa voix se déchire tout comme elle te heurte. Tu sursautes, tu trembles. Tu te perdais. Il te reprochait d'être parti sans rien dire, d'être parti sans avoir laissé une note. Mais, en avais-tu même l'occasion ? Ce soir là, tout était si flou. Ce soir là, tu aurais réellement aimé pouvoir mourir dans ses bras. Elle t'avais de nouveau embrassée, elle s'était encore attaché à toi de cette manière qui faisait que tu n'étais plus capable de te regarder dans la glace. Alors quand ses lèvres rencontrèrent les tiennes, tu avais enfin trouvé le courage de te libérer, tu avais enfin trouvé le courage de l’empêcher de t'imposer ce supplice une énième fois. Et l'instant d'après, son visage était défigurée, son corps était tombé & sa respiration coupée. Tu l'avais prit dans tes bras, la suppliant de revenir, de ne pas t'abandonner. Tu perdais à la fois ta déesse & ton démon. Tu perdais ton seul dieu, ta seule raison de vivre. Ta seule vérité.

Zack continuait et chacun de ses mots te faisaient reculer ; t'avais l'impression qu'on tendait le bras pour t'arracher le cœur de ta poitrine. Ta respiration défaillait.Tu n'avais jamais voulu tout ça, tu n'avais jamais voulu que les choses tournent ainsi. Tout t'as échappé, tout t'as filé entre les doigts comme si tenir ton propre destins entre tes mains était semblable à tenir de l'eau ou du sable. Ça t'échappes & tu ne peux rien faire pour arrêter ça. T'as voulu revenir en arrière, et au final tu ne faisais qu'ouvrir des plaies qui n'ont jamais cicatrisé. Tu ne faisais que relancer l’hémorragie.

Il te décroche une flèche dans la jambe & pourtant, t'as l'impression que c'est ta poitrine qui a été touchée. Tu n'arrives plus à y voir clair, le monde tourne, il te donne le vertige. Il continue sa tirade, mais t'en a déjà trop entendu. Tu n'aurais jamais du savoir, tu n'aurais jamais du revenir.

Il s'écroulait par la douleur, la tension ; tu te laisses tomber parce que tu viens de te faire poignardé. Pas une, pas deux, ni trois fois. C'était bien plus que ça, c'était indénombrable. T'avais juste perdu toutes tes illusions. T'avais détruit ta première réalité, on venait de t'arracher ta deuxième. Celle qui t'avais permis de continuer à vivre jusqu'à là. Celle qui t'avais permis de continuer à avancer, à aller de l'avant. Et maintenant ? Et maintenant tu ne sais plus. T'as juste envie de croire que c'est un mauvais rêve, t'as juste envie d'en finir. Ta respiration se fait hésitante, ton souffle en vient a vaciller ; pourquoi Earthea t'avais-t-il laissé voir le jour?

Edelweiss, parle. Pourtant ça sonne sourd. Tu n'es pas sûr de comprendre ce qu'elle dis. Tu n'es même pas sûr t'entendre. Les choses bougent autour de toi & pourtant t'es incapable de relevé la tête, de voir ce qu'il se passe. Tu fixes le sol d'un air vide, quand tu lèves les yeux, tu ne vois décor flou, tu vois ce qui semble tourner trop vite pour toi. Encore une fois, tout t'avais filé entre les doigts.

Elle semble s'adresser à toi, mais ça ne te fais plus vraiment réagir, tu te laisse glisser contre la commode et ne bouge plus. Tu n'arrives plus à réfléchir, tout comme tu n'arrives pas à déversé cette tristesse, cette rage en toi.

Elle aussi à faillit perdre la vie par ta faute, Svein.
Pourquoi t'es toujours là & pas toutes ces vies qui t'ont entouré ?
Pourquoi toi t'es en vie & pas eux ?!
Dis-moi Svein. Tu pensais réellement que ça irait mieux ?
Naïf, naïf, naïf. T'aurais jamais du voir le jour !
Sans toi Willam serait toujours en vie, June aurait toujours été en vie.
Sans toi, Zack serait aux côtés de sa bien aimée & Edel n'aurait jamais été blessée.
Pourquoi tu es le seul à bien aller ?
Meurs
Meurs
Meurs
Meurs
Meurs
Disparaît


«  Edel. Je. Tu balbuties légèrement tu cherches tes mots, tu cherches le courage de lui dire. Je suis tellement désolé.  Ce jour là. C'est moi & moi seul qui ai mis un terme à la vie de ma mère. Je ne pouvais pas vous le dire. Je ne pouvais même pas me regarder en face & à cause de ça, j'ai détruis la vie de Zack & la tienne.»

Tu plis les genoux, croises les bras et y plonge ton visage. Cherchant à te faire le plus petit possible comme pour effacer ton existence de ce monde dans lequel tu ne semblait décidément pas avoir ta place.

«  Tu devrais arrêter de te soucier de moi. Tu n'aurais pas dû arrêter Zack. Ce n'est pas a cause du poison. Ce n'est pas de sa faute. »

Après toi, c'est toi qui les as tués.
feat. Edelweiss & Zackary ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp J'vous déteste je fais nimp en plus, mais je vous aime en même temps *cries*
Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Lun 13 Juil - 16:07
Musique - Inutile
Il semblait l'air perdu, déconcerté et tes paroles n'avaient été littéralement que du vent. Tu ne sais même pas s'il t'a réellement écouter mais tant pis, tu avais continuer ton monologue en espérant tout de même qu'il avait entendu l'essentiel.
Tu as l'impression d'être à nouveau inutile, malgré ta tirade, malgré tes gestes. On s'en moque de toi. Il est totalement abattu par les mots de Zackary et ce que tu avais dis, n'avait pas l'air de l'avoir atteint... Enfin tu l'ignores si ça l'a atteint ou non.
Inutile, inutile, inutile, inutile. Tu es inutile, tu es trop naïve.

Tu te mords violemment la lèvre inférieur et ta gorge se serre à nouveau mais moins longtemps qu'avant ; tu es auprès de la belle au bois dormant, ou plutôt le beau au bois dormant. Tu t'occupes de lui, en lui administrant à nouveau tes soins. Ignorant même pourquoi il venait de cracher du sang, qu'est-ce qu'il avait fait durant la chasse du jour ? Au moins, cela semblait s'être calmer et c'est tant mieux, enfin tu l'espères, tu lui demanderas à son réveil à part si ça se lance à nouveau..

Svein semble finalement réagir, il venait de prononcer ton nom en balbutiant. Tu te lèves doucement de ton lit, allant t'approcher de ton cadet pour être à ses côtés, restant cependant debout pour le moment.  Je suis tellement désolé.  Te dit-il, tu cilles légèrement sans rien dire. Ce jour là. C'est moi & moi seul qui ai mis un terme à la vie de ma mère. Je ne pouvais pas vous le dire. Tu t'en doutais, tu le savais et ça ne pouvait être que lui qui était à l'origine de la mort de June Marr, tu le savais. Cela ne pouvait être que son œuvre. Je ne pouvais même pas me regarder en face & à cause de ça, j'ai détruis la vie de Zack & la tienne.

Arquant légèrement un sourcils en fronçant l'autre, ses mots résonnent en toi J'ai détruis la vie de Zack & la tienne. Tu clignes doucement des yeux ; tiens, il a entendu ce que tu lui as dis à ton propos ? Au moins, cela n'aura pas été que des paroles en l'air. Tu avais failli trouver la mort un jour en partant à sa recherche sur les terres détruites, c'était une grossière erreur qui a failli t'être fatal. En vrai, tu ne sais même pas comment tu as survécut, tu avais tellement perdu de sang et la blessure était profonde. Tu te rappelles encore trop bien de cette douleur, de ce jour-là. Tu n'as jamais vu la mort d'aussi-près, c'était la seule et unique fois.

Tu t'approches un peu plus de lui, malgré qu'il se recroqueville sur lui-même. Il te dit d'arrêter de te soucier de lui, que tu n'aurais pas dû arrêter Zack et que ce n'est pas la faute d'un quelconque poison qu'il s'est emporté à ce point. Comment pourrais-tu arrêter de te soucier de lui ? C'est impossible, pas maintenant que tu sais qu'il est en vie. Tu t'abaisses finalement à son niveau pour t'asseoir à ses côtés, glissant l'une de tes mains dans sa chevelure, tu l'attires en douceur vers toi. Posant ensuite ta seconde main dans sa nuque, commençant à la caresser en douceur de tes doigts délicats.

« Je m'en doutais pour ta mère, je m'en doutais.  Tu fermes doucement les yeux, inspirant doucement une longue bouchée d'air frais, déposant ta tête contre la sienne, tes lèvres étant près de son oreille.  Je n'ai pas eu le droit d'inspecter son corps lorsqu'on l'a découvert. On m'avait interdit tout accès à ta mère, en me plaçant en quarantaine. Ceux de Caelestis pensaient que j'étais ta complice, car j'étais ton amie... Tu commences ta tirade, resserrant un peu ton étreinte autour de lui. On m'avait enfermé derrière des barreaux, les chaînes aux poignets et aux chevilles. Qui m'ont d'ailleurs laissés des marques durant deux bons mois... On m'a jugé pour un crime que je n'avais pas commis.. »  

Un rire nerveux s'échappe de tes lippes, tu te remémores de ce moment-là. Tu avais pris la défense de Svein comme tu le pouvais, tu avais ton alibis ce qui t'a permis de sortir de prison. Mais jamais, ô grand jamais tu n'avais parler de ce qui aurait bien pu se passer entre lui et sa mère, tu avais nié, ne disant rien. Tu l'avais protéger encore une fois, d'une certaine façon. Que justice soit faite ou non, ce n'était pas le problème de Caelestis, tu refusais de leur dire quoi que ce soit. Qu'ils s'occupent de leur nation, au lieu de s'occuper de vos problèmes personnels.

« Je n'ai rien dis pour ta mère et je ne sais pas ce qu'ils ont découvert en inspectant le corps. La seule chose que j'ai pu faire c'est, de demander de l'enterrer à côté de ton père. » Tu le relâches doucement, t'écartant de lui pour le laisser respirer. Puis tu le cognes doucement de ton poing sur le sommet de son crâne, soupirant légèrement en fermant les yeux, fronçant les sourcils.

« Et je n'arrêterais pas de me soucier de toi. Tu penses réellement que j'aurais laissé Zack' te tabassé à mort ? Que je ne serais pas intervenu ? Vous êtes tous les deux des idiots. Tu le serres dans tes bras, caressant ses cheveux ébène entre tes doigts à nouveau. Une étreinte comme pour l'empêcher de partir, une étreinte pour ne pas qu'il s'éloigne. Une étreinte pour qu'il comprenne qu'il n'est pas seul.

Toi & Zack êtes comme des frères pour moi, je ne peux pas fermer les yeux sur vos actes. C'est plus fort que moi, j'ai besoin de vous protégez à ma façon, même si c'est égoïste, même si c'est dangereux. Ce qui est fait, est fait. Tu soupires légèrement, et t'écartes à nouveau de lui, tentant d'attraper son menton pour qu'il relève la tête pour qu'il te regarde dans les yeux. Ne culpabilise pas trop. Certes la petite amie de Zackary est morte, tu aurais dû nous prévenir de ton départ pour ne pas nous inquiéter. Mais on ne doit pas rester piéger dans le passé, il faut tourner la page et aller de l'avant, mais surtout pensé au présent, tu es vivant Svein. Zack sera forcément soulager d'une certaine manière, j'en suis sûre. »
feat. Svein & Zackary ▲ dialogue #009999▲ hrp Edel ou bien, la miss trop compatissante


Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Lun 13 Juil - 21:07
Musique - Tu cédais d'une certaine manière sous la pression. Tu avais toujours cette tendance à être calme & soudainement réagir aux extrêmes. De passer des éclats de rire à la plus grande des frustration. Tu n'arrivais pas à faire autrement, tu ne pouvais pas faire autrement. Dans ces moments là t'étais même plus sûr de suivre toi-même l'étendu de tes paroles, de tes actions. Ça aussi, ça t'échappait & tandis que tout te filait, elle revenait vers toi. Elle te prenait dans ses bras & te berçait. Encore. Tu l'aimes & la chérie précieusement pour ça, mais lui en veut profondément. Cette obsession à vouloir te protéger, tu la connais, tu la déteste.

Elle te parle. Elle te compte ce qu'il s'est passé après ton départ. Ce qui aurait dû être ton histoire, mais qui fût la sienne. Elle a été tenue à l'écart, été emprisonné, vécue un autre enfer que celui d'éviter la mort, tout ça pour te protéger. Encore et toujours. Il fallait que ça cesse. Il fallait que t'arrêtes ça. La roue ne pouvait plus continuer de tourner dans ce sens là. De toute manière, les choses iront jamais mieux. Tu avais pu le constater par toi-même. Alors, à quoi bon chercher à s'engouffrer dans une voie sans issue ? Ce n'était pas la solution à ce problème, ce ne serait jamais la solution. L'équation était distordue ; alors tu allais la résoudre d'une autre manière.

Vous étiez tout pour elle. Vous étiez tout son monde, sauf que tu ne pouvais plus en faire parti. Aussi longtemps que tu y as été tu ne lui a apporté que des doutes, que des secrets à conserver, qu'un silence qui vous ronge de l'intérieur. Ça suffisait. Vous ne pouviez effectivement pas rester piégé du passé. Ils ne pouvaient pas. Eux aussi avaient continué à avancer & t'étais en train de détruire chacun de leurs efforts. Égoïste.

Elle t’attrapes par le menton, te fixes droit dans les yeux, te sermonnes comme si elle était celle qui t'avais mise au monde et d'un geste tu dégages sa main. Tu te rassures intérieurement te disant que ça va aller. Après tout, ça va toujours bien. Tu prends une inspiration. Tout va bien. Essaies-tu de te convaincre sachant pertinemment que c'est faux & que tu n'allais certainement pas arranger les choses.

« Ça suffit Edel. Ca...suffit. » Te répètes-tu d'un ton presque déconcertant. Si tu ne pouvais pas sauver ces doux souvenir heureux. S'il ne laissait place qu'à la douleur qui avait suivit, alors tu détruirais tout. Il était temps de tout réellement effacer.  Tu te redresses légèrement et dépose un baiser sur le front d'Edelweiss. « Je ne te remercierais jamais assez tout comme je ne m'excuserais jamais assez non plus. Alors, je te le dis une dernière fois. Pardonne-moi. » Ça sonne comme un adieu. Tu ne sais pas où tu trouves le courage d'aller aussi loin, mais maintenant les dés étaient jetés. Tu te relèves. Après tout, ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort, n'est ce pas ?

« Tu n'as plus a gardé le silence pour moi. Tu n'as plus à me protéger. Pourquoi cacher plus longtemps mes crimes. J'en suis le seul responsable. J'aurais pu évité de rendre la mort de mon père insupportable. J'aurais pu arrêter June Marr de coucher avec sa progéniture la première fois qu'elle a posée les mains sur moi. J'aurais pu lui évité de mourir dans la pièce à vivre & vous épargnez toi, Rapheala & Zack.»

Assume Svein. Assume ton histoire. Tu ne peux plus fuir. Tu ne dois plus être lâche. Tu sors de nouveau ton couteau de ta ceinture & à chaque crime commis tu entailles chacun de tes doigts. Pour ne pas oublier. Pour cesser de fuir & de vouloir tout effacer.

« Ne me protège plus. Empêche Zack de faire une erreur, mais ne me protège plus. »

Sinon toi non plus, tu n'avanceras jamais.
feat. Edelweiss & Zackary ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp Bisous & pardon Edel tu prends cher pour rien jtmmmmm rip
Edelweiss Roselvia
avatar
Messages : 255
Date d'inscription : 10/05/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Mar 14 Juil - 0:30
Musique - Tu tombes de haut et tu t'écrases, tu es comme un chaton qui est tombé du cinquième étage et qui n'a pas pu retombé sur ses pattes ; il venait de te repousser, au sens littéral du terme. Tu déglutis difficilement et ses lèvres se déposent sur ton front, comme tu lui avais fais il n'y a pas si longtemps dans la même heure et tout doucement, tu relèves le regard vers lui. Tu as du mal à saisir le sens de ses phrases, pourquoi il parle comme si il allait partir d'une minute à l'autre ? Pourquoi cela sonne comme des adieux ? Pourquoi il te demande ton pardon ? Tu ne comprends pas, tu n'as pas envie de comprendre.

Et là, tu perds toute notions du temps, tes yeux s'écarquillent lentement et tes pupilles se dilatent. Tu te prends comme une flèche en plein cœur, non plusieurs coup de couteaux. Tu n'as plus à garder le silence pour moi. Tu n'as plus à me protéger. Ses mots résonnent inlassablement dans ta tête. Le sang bouillonne en toi et ton cœur te fait mal. Tu as l'impression que l'on te l'écrase pour te faire souffrir, pour te faire cracher du sang. Tu ne sais pas trop comment réagir à ses mots, tu n'es même pas sûre de bien comprendre ce qu'il te dit. Tu t'en fiches de ce qui t'es arrivé il y a an, tu l'as protéger, ça te suffit amplement, tu as survécut, cela te suffit aussi. Svein est vivant, cela te suffit et te rassure. Alors pourquoi, malgré la promesse qu'il t'avait faite, il a l'air de te dire adieu ? Tu n'as pas envie d'entendre la suite, mais tu le vois se relever et toi tu restes assise, pourtant tu ne le regardes pas ; tu as le souffle couper un instant et le regard brouillé.

« Ne me protège plus. Empêche Zack de faire une erreur, mais ne me protège plus. » Ne plus le protéger ? Tu te mords subitement la lèvre inférieur et ta gorge se serre une énième fois. Baissant doucement la tête vers ta poitrine, tu serres fort ta mâchoire, tes dents grincent légèrement et tu te mets à trembler. Ce trop plein d'adrénaline que tu as contenu plusieurs mois, commence à te monter à la tête. Tu sers doucement les poings pour commencer, puis de plus en plus fort. Tes ongles se plantent dans ta chair, tu te moques de la douleur que cela te provoque, tu te moques si tu saignes. Tes oreilles sifflent et finalement tu te relèves étant debout face à lui, ayant pour arme ton seul poing... Serrant plus fort ta mâchoire encore, tu te mords l'intérieur de ta lèvre inférieur, si fort que cette fois-ci tu sens le goût du sang te couler dans la trachée.

« Ne te fous pas de moi. » Tu lui craches ces mots en plein visage assez froidement, puis tu relèves le regard vers lui, mais celui-ci n'a plus une once de compassion. Même le tintement de ta voix avait changé, il est soudainement devenu plus froid, jusqu'à glacé le sang de quiconque. Tu es rarement dans cet état-là, voire jamais, c'est une facette de toi que tu ne montres presque jamais, à part quand il y a la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tu n'as plus à le protéger idiote, il est assez grand pour se protéger tout seul. Mais ça te fait mal, ça te fait mal, tu l'as toujours protéger, toujours mais tu ne dois plus.

« La ferme, sérieusement... LA FERME. » & tu lui colles une droite en plein visage. Tu n'arrives pas à retenir cette colère qui bouillonne au fond de toi, la fin de sa phrase a été la goutte de trop. Tu lui lances un regard inhabituel, mélangé à de la haine et à on ne sait trop quoi d'autres. Le contrôle de toi-même tu l'as perdu, tu es comme Zack lorsqu'il a vu Svein en arrivant chez toi. Il était partit sans rien vous dire et d'après ses mots, il a l'air de te dire adieu malgré la promesse qu'il t'avait faite. Mais tu ne dois plus le protéger, ce n'est rien, alors pourquoi ça te fait autant mal ?

« Tu crois que ça fait quoi d'être en prison hein ?! JE T'AI DEFENDU PUTAIN. J'ai défendu mon meilleur ami que JE CROYAIS MORT. Tu crois que ça m'a fait plaisir d'être juger ?! Zack a eu raison en te traitant d'égoïste, tu ne penses qu'à ta petite personne. Je t'ai TOUJOURS PROTEGER COMME JE POUVAIS. Pourtant j'avais l'impression d'être inutile, de te servir à RIEN ! Je voulais t'aider. Je voulais te voir sourire comme avant ! Quand William, ton père était en vie ! Je voulais retrouver cette flamme dans tes yeux. » Tu voulais le protéger simplement, tu voulais revoir cet enfant heureux, tu ne voulais plus voir cet air triste sur son visage mais tu n'as pas réussi à le protéger comme tu le souhaitais et c'était ce que tu désirais, le protéger. Tu reprends doucement ta respiration et tu t'approches de lui, l'attrapant par le col, ta voix se déchire et se casse, elle se brise en milles morceaux.

« Et là, tu me demandes d'arrêter ?! Mais tu te fous de moi ou quoi ?! Zack fera pas d'erreur PUTAIN DE MERDE. On est aller de l'avant en pensant que t'étais six pieds sous terres ! Je tiens à vous merde... Je veux pas te dire adieu à tout jamais en sachant que tu es vivant... Oui t'es adulte, tu peux te protéger tout seul mais... Je souhaitais juste te protéger et j'ai jamais réellement réussi à le faire... Ta gorge te serre, elle te fait mal et puis tu le lâches en te reculant.  Je t'ai perdu une fois, je ne veux pas te perdre une seconde fois... Ne t'en vas pas, s'il te plaît, tu l'as promis non que tu ne partirais plus ? » Tu me l'as promis Svein, ne brises pas les promesses que tu viens à peine de faire. Ne nous fait pas souffrir à nouveau Zackary et moi..
feat. Svein & Zackary ▲ dialogue #009999▲ hrp Pardon Svein... ;w; edit : j'ai ajouté deux trois trucs gjrdgdg.


Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Jeu 16 Juil - 13:07



Retrouvaille ... Funéraille.








Tu nages dans le vide, le néant, c'est noir autour de toi, tu comprends pas trop ce qu'il se passe tout comme ce sentiment qui s'émane de toi. Tout est flou autour de toi ... Ou pas du tout, puisque tout était noir, tu ne pouvais rien distinguer d'autres. Là, tu commençais à penser de la merde, clairement. Pourtant, t'étais resté dans cet état là pendant même pas quelques minutes. T'as l'impression que tu nages dans le vide depuis des heures. La seule chose qui te sortait de ton "pseudo-sommeil" était des voix. Ils disaient des choses bizarres, des choses étranges et ça te faisait ouvrir les yeux.

Tout ce que tu avais entendu, c'était des coups, le ton montait et l'ambiance paraissait encore plus lourde qu'avant. Qu'est-ce que t'avais foutu avant ? Tu ne sais plus trop. C'est pour ça que tu tournais légèrement ta tête sur le côté, un geste assez discret avant de revoir sa gueule, celle de Svein. Maintenant tu t'en souvenais, de ces flèches envoyés par colère ou "haine". Tu ne comprenais pas ce qu'ils se disaient, t'arrivais juste à capter quelques mots mais c'est tout.

Edelweiss s'énervait un peu trop fort. C'est une drôle de situation que voilà, on aurait dit que les personnalités se sont inversées durant ton sommeil, qu'elle avait récupéré la colère que tu avais eu précédemment. Tu ne sais pas ce qu'il va se passer par la suite, mais t'avais réussi à te lever soudainement pour attraper le cou de la demoiselle afin de l'immobiliser, ça te faisait gémir à cause de la douleur que tu ressentais sur ton bras mais qu'importe. Tu faisais ça de ton seul bras disponible, l'autre étant dans un état pire que pitoyable. Là ? Tu ressemblais à un mort qui vient de sortir de son cercueil. Les médicaments faisaient leur effet ... Un peu trop bien d'ailleurs. Tu plantes ton regard dans celui de la jeune femme.

- Si il te dit qu'il a plus besoin de toi, emmerde pas le monde et fous lui la paix. Ça sert plus à rien désormais et t'es la mieux placée pour le savoir.

Car tu le connais mieux que moi maintenant.
Puis tu lèves tes yeux vers Svein. Ton regard avait complètement changé, peut-être à cause du produit injecté par Edelweiss mais t'étais beaucoup plus calme et plus serein qu'avant, qui sait si ça allait durer ou non. Tu lâches la jeune femme avant de la placer derrière toi. Dans le fond, tu sais pas de quoi Svein est capable, il avait totalement changé en une année et peut-être qu'il était apte à faire des choses dont tu ne pouvais y attendre. Rien qu'à regarder sa dégaine .... T'étais sûr d'où est-ce qu'il venait : Nomade, tout simplement. Est-il marqué au fer ? T'en sais fichtrement rien et t'as plus envie de savoir quoi que ce soit de sa part. T'en savais déjà pas mal maintenant.

Tu gardais le silence face à la situation. Peut-être parce que tu n'avais rien à dire ou au contraire ... Trop de chose à dire. Tu hausses les épaules avant de poser ton regard sur ta blessure. C'était moche et écœurant mais t'allais devoir faire avec pendant un bon bout de temps. Puis tu regardes la flèche que t'avais planté dans la jambe de Svein. Tu savais que tu pouvais être dévastateur quand la colère possède ta conscience ... Mais là, t'avoues y être allé un peu fort.

- Qu'est-ce que tu cherchais en revenant ici ? De la compassion ? De la pitié de notre part ? Des joies et un fou rire entre nous trois ?

T'étais plus ou moins sincère en lui posant ces questions. Mais au final, ses réponses t'importaient peu.

- Je commence à me dire que t'as jamais eu confiance en nous depuis le début. Soit. Si t'as voulu garder tout pour toi, c'est ton choix. Maintenant ... Ça ne nous concerne plus. T'auras pas mon pardon, c'est clair et net.

T'avais bien insisté sur ce petit mot qu'est "maintenant". Car si il avait tout avoué avant, sur son passé, son crime et autre histoire de ce genre ... Tout ça aurait pris une autre tournure. Mais ça a été le choix de Svein, t'avais rien à dire là dessus. Tu hausses d'un sourcil avant d'utiliser ton kimono pour y déposer ton bras à moitié mort.

- Et puisque t'as pas envie de nous faire chier plus longtemps, t'as plus qu'une chose à faire.  Pars, pars très loin et ne reviens jamais. C'est fini maintenant. Définitivement.

i'm scar motherfucker, i kill your mother ok maggle
Des mots douloureux sortaient de ta bouche ... Mais le plus douloureux dans tout ça, c'était que tu ne ressentais plus rien pour Svein. Que ce soit un lien amical ou haineux ... Tu avais pété ton plomb il y a même pas quelques temps, ça t'avait libéré plus ou moins et là ... C'était un gros vide qui hantait ton coeur. Pas de tristesse, plus de haine, adieu la joie.

Tu ne ressentais plus rien du tout.






Spoiler:
 

Svein
avatar
Messages : 155
Date d'inscription : 21/06/2015
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le Lun 28 Déc - 16:49
Musique -
La situation t'échappais, elle s'était comme effilée. Les choses ne seront plus jamais les mêmes, hein ? Ni toi, ni eux ne peut revenir en arrière, le mal est fait. Tu pensais qu'Edelweiss aurait été capable elle aussi d'évoluer, d'accepter la situation, qu'elle aurait été capable de changer. Il n'en est rien. Elle refuse, elle refuse de comprendre, tous refusent. Etait-ce si dur de voir la réalité en face, était-ce si dur de dire simplement aurevoir ? Pourquoi ne voulait-elle pas d'accorder juste cette chose. Tu ne demandais désormais rien de plus, tu ne voulais plus rien. Qu'ils reprennent vos souvenir, qu'ils les efface, les brûle, t'en à plus rien à faire. Tu n'oublierais pas pour toi, pour eux. Tu te souviendrais pour deux, pour trois s'il le fallait.

Ne te fous pas de moi.
Malheureusement, t"tétais loin de le faire. T'en avait marre d'être rattaché à ce passé, t'en avait marre de ne plus pouvoir avancé. Tu les aimais, tu les aimais plus que tout, mais cet amour était un frein. T'aurais pu faire le mort pour toujours, au lieu de venir remuer le couteau dans la plaie, au lieu de rappeler les vieux fantômes.

La ferme, sérieusement... LA FERME.
Elle perdait le contrôle d'elle-même, s'énervait sans doute en vain. Il était trop tard. Ta résolution était prise, les jeux étaient fait, les dés étaient lancé depuis une éternité. Elle t'en colle une & tu ne réagis pas. Tu l'avais poussé à ses extrêmes & tout ceux que tu pouvais faire c'était lui lancé un regarde limpide. Un regard presque désolé. Désolé de la voir tant espérer tandis qu'il n'y a plus d'espoir. N'y crois pas. N'y crois plus. Il est déjà bien trop tard.

Elle parle alors de ce qu'elle va vécu après ton départ. Après que tu les aies abandonné. La prison. Le soupçon. L'égoïsme.
Elle avait raison de t'en vouloir, pourtant elle avait elle aussi fait une erreur. Elle s'était raccroché à l'improbable & aujourd'hui encore, elle refait la même erreur. Elle plonge tête baissé dans le mal, par amour, mais elle n'en obtiendra rien. Tout ce qu'elle fait, c'est se perdre dans l'obscurité.

Elle crie, elle hurle, elle pleure, se mord la lèvre. Espère & désespère. Elle vit comme elle meurt de l'intérieur & toi, tu ne peux être que spectateur. Tu ne peux plus l'aider, sinon, elle risque encore de s'y méprendre. Elle risque d'y voir une once d'espoir, alors qu'il n'y à plus rien.

Zackary se relève, la calme à sa manière. Te crache sa haine à la figure. Il te méprise, tu l'as bien compris. Il ne te verra plus jamais comme l'un des leurs. Il t'as déjà fait un trait sur toi, sur votre passés, vos jours heureux. Perdu. Il a déjà tout effacé. Il n'a pas laissé de place pour la compassion. Ses mots résonnent en toi comme le son d'une cloche.

Qu'est-ce que tu cherchais en revenant ici ?
Je commence à me dire que t'as jamais eu confiance en nous depuis le début.
T'auras pas mon pardon.
Pars, pars très loin.
Ne reviens jamais.
C'est fini maintenant.
Définitivement.


Tu pouffes légèrement de rire, pose ton regard dans celui de Zack. Il n'y avait plus de place pour toi. Tu en était sûr maintenant.

« Je cherchais l'impossible, il faut croire. Je cherchais si on pouvais retrouver ce qu'on à un jour perdu. J'ai désormais ma réponse.»

Tu te diriges alors vers la sortie.

« Vous pouvez m'effacer, cependant je n'oublierais pas. Je n'oublierais jamais qu'il fût un temps vous étiez tout ce que j'avais. Vous étiez mon frère et ma sœur d'arme. De cœur. »

Tu passes alors le seuil de la porte, la laissant se refermer derrière toi.
feat. Edelweiss & Zackary ▲ dialogue #F1292C ▲ hrp moi 10 ans plus tard mDR COUCOU #drama 
Contenu sponsorisé
Re: Retrouvailles ✘ Svein & Zackary écrit le

Retrouvailles ✘ Svein & Zackary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Retrouvailles ✘ Svein & Zackary
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]

Nebula :: 
autres lieux
 :: zone terrestre
-