AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Un dernier pour la route ! - Drogrien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Dim 28 Juin - 12:45
Comment pouvait-il faire si chaud sous terre, se demandait Yali alors qu’elle quittait le marché medicina. Contrairement à ses habitudes la teinturière avait décidé de quitter sa tanière, soit sa maison sur le lac, le temps d’une livraison. Oh, ce n’était nullement par conscience professionnelle qu’elle s’assurait de livrer elle-même ses dernières créations. Elle ne cherchait ni à améliorer l’impression que son client avait d’elle, ni à s’assurer de sa satisfaction. Son commanditaire allait être satisfait, évidemment. Sinon, il ne se serait pas adresser à elle, une artisane pratiquant des prix élevés et se permettant de refuser des commandes lorsque l’envie la prenait. Il s’agissait surtout d’un prétexte pour sortir de chez elle et de se dégourdir les jambes le temps d’une promenade. Cela faisait trop longtemps qu’elle jouait à l’ermite et une petite promenade dans les rues de Démétrio lui faisait le plus grand bien. Joindre l’utile à l’agréable, en somme.

Une fois sa livraison effectuée, délestée d’une tenue raffinée et alourdie d’une petite bourse, Yali avait pris la décision de ne pas rentrer tout de suite chez elle. Maintenant qu’elle était au cœur de la capitale, au temps en profiter pour continuer à errer dans les rues et ruelles de la ville. Il lui restait quelques heures avant que le soir ne tombe. La jeune femme passa par les jardins d’Ève, toujours aussi éblouissants et agréables. Merveille de la nature façonnée par la main de l’homme. Et comme toute démétrienne, Yali aimait tout particulièrement cet endroit. Son pas y était lent alors qu’elle laissait son regard courir librement sur les différentes plantes, fleurs, arbre ; alors qu’elle traversait le parc. Finalement, elle emprunta un chemin qui la mena jusqu’au marché medecina. A nouveau, elle flâna. Elle jetait un coup d’œil sur une étale, demandait le prix pour une fiole d’antiseptique, tâtait un tissu, négociait un bijou. Elle acheta du papier, des pierres semi-précieuses, un nouveau pinceau. Elle craqua sur un ornement à fixer dans sa chevelure assorti avec un collier ras de cou, dont elle négocia âprement le prix, le trouvant tout de même un peu trop élevé pour sa bourse, et dû même promettre une ristourne sur l’une de ses teintures à la commerçante. Satisfaite de ses emplettes, Yali s’était soudainement sentie un poil fatiguée et la soif l’avait prise à la gorge.

La teinturière se dirigea vers la sortie du marché, jouant des coudes pour fondre la foule tout en quittant la protection ombrageuse offerte par les stores des différentes échoppes. Directement exposée à la lumière pourtant déclinant de plus en plus rapidement, Yali sentit la chaleur devenir plus pesante autour d’elle, presque oppressante, alors qu’elle n’avait plus qu’une idée en tête : trouver de quoi boire. Ou plutôt où boire. D’un pas vif, elle déboula sur la place Soliculus, la plus grande place de Démétrio. Ici, elle était sûre de trouver un établissement qui lui servirait de quoi se rafraîchir tandis qu’elle se laisserait fondre sur une chose. Et c’est tout à fait ce qui se passa. Une fois sur la place, elle avisa une petite taverne qui faisait tant bar que restaurant, à la façade recouverte de lierre. Sur sa terrasse, plusieurs tables avaient été installées, chacune munie de parasol. Yali posa lourdement ses affaires à celle qui était la plus enfoncée, presque collée au mur, à l’abri du soleil. Elle se laissa tomber sur une chaise ; le lierre à sa gauche, les passants se promenant sur la place à sa droite. Il ne lui restait plus qu’à attendre que le serveur vienne prendre sa commande.
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Mer 1 Juil - 19:53


Ce jour était une exception dans ma vie de botaniste, vu que j'avais fait en sorte que ce soit une journée de repos. Chose que je ne faisais pas souvent depuis environ une dizaine d'années après que je sois devenu Chef des botanistes. N'aimant pas trop rester dans ma maison, hormis quand je travaille. Il me fallait me dégourdir les jambes dans le centre de la ville de Démétrios pour parler avec des personnes que je connais déjà, voir faire connaissance avec des personnes que je ne connaissais pas du tout ou seulement de vue.

Je me suis dit qu'un tour à ma taverne favorite, serait l'un des meilleurs choix pour pouvoir papoter en toute tranquillité autour d'un bon verre d'alcool comme je les aime. Cette journée était très mouvementée dans le centre-ville, en effet beaucoup de personnes allaient dans des boutiques ou s'abreuvaient d'un nectar dont je ne connaiss pasais la nature pour certains. La taverne était un lieu rempli d'histoire et surtout au vieux caché, des plus magnifiques avec sa façade en pierre surplomber par une tonne de lierre qui donnait un côté nature à cet établissement.

Je m'étais précipité à une vitesse des plus lente dans l'établissement tout en demandant avec une voix roque, une grande chope de bière à mon plus fidèle ami barman, pour qu'il puisse me la servir sur la terrasse. Je me suis posé sur une table à côté d'une jeune femme qui semblait attendre sa commande. En l'observant un peu plus, cette femme me disait quelque chose et il me semble en avoir entendu parler. Peut-être était-ce cette fameuse tatoueuse qui faisait également un second métier, celui de Teinturière.

N'étant pas quelqu'un de très poli à certains moments, j'ai pris l'audace de m'assoir à sa table pour pouvoir papoter avec cette charmante demoiselle aux cheveux rose, tout en lui disant quelques paroles avec un sourire des plus audacieux.

« Permettez-moi de vous rejoindre mademoiselle, puis-je vous offrir une boisson ? »

J'aimais sortir du lot avec des actions des plus osées et je me demandais comment, cette femme à la réputation d'en faire qu'a sa tête, allait réagir face après ça.

HRP:
 

Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Lun 6 Juil - 15:08
Elle regardait passer les marcheurs. Certains avançaient plus lentement que l'auberge escargot Cochlea arpentant Démétrio et ses environs. D'autres, visiblement pressés, enjambaient à grand pas la place Soliculus et ses pavés patinés au fil des événements rythmant la vie à Earthea. Certains se promenaient en groupe, discutant, riant, se chamaillant. D'autres encore étaient seuls, le nez plongé vers le sol ou le regard fixé au loin, tentant d'apercevoir leur destination après le prochain tournant. Yali reconnaissait quelques passants, des collaborateurs ou des clients, des connaissances qu'elle n'avait pas forcément envie de saluer, des personnes à qui elle adressait un salut de la tête accompagné par un sourire tantôt cordial, tantôt amical. Il y avait, comme elle se le disait, beaucoup de monde qui évoluait sur cette place. Plus que dans ses souvenirs. Peut-être était-ce le début de soirée et les températures se rafraîchissant légèrement qui invitaient les habitants de Démétrio à se promener dans le centre de la ville ?

La tatoueuse ne remarqua que distraitement l'homme bourru qui s'installa à la table voisine. Elle ne lui prêta aucune attention lorsqu'il se mit à l'examiner avec une certaine insistance. Oh, ce n'était pas qu'elle n'avait rien remarqué. C'était juste qu'elle avait décidé de l'ignorer. Sans doute s’interrogeait-il sur... sur ce qu'une femme seule faisait à la terrasse d'une taverne ? Sur sa chevelure rose, cherchant peut-être à se souvenir d'où il avait pu voir une crinière d'une teinte similaire, s'il avait été victime des jeux d'Hestia ? Yali se doutait bien qu'Hestia n'était pas une sainte, entre ses parties de chasse régulières et ses parties de jambes en l'air ponctuelles. Ce n'est que lorsque l'inconnu amorça une tentative d'approche que la tatoueuse commença à prendre en compte sa présence. Elle le regarda s’asseoir à sa table, un sourcil levé pour marquer son étonnement.

« Permettez-moi de vous rejoindre mademoiselle, puis-je vous offrir une boisson ? »

Yali répondit en un large sourire, la surprise se reflétant dans ses yeux. Elle haussa les épaules et décrivit un demi-cercle devant elle, au-dessus de la table, de sa main à la paume levée vers le ciel. Ou plutôt le plafond de Démétrio. S'il avait envie de lui offrir une boisson, qui était-elle pour refuser et lui gâcher son plaisir ? Et puis, ça faisait longtemps qu'un parfait inconnu ne s'était pas adressée à elle de façon aussi polie et, il faut bien l'avouer, agréable. Ou tout du moins, ailleurs que dans sa boutique et dans autre cadre que celui du travail. Sauf s'il décide de lui parler chiffon à repeindre ou tatouage à effectuer... Mais ici, sur la place Soliculus, loin de sa maison sur le lac, ça avait peu de chance d'arriver. Peut-être que cet homme l'avait approché par simple désir de compagnie, le temps de boire la bière que le serveur venait lui apporter. Il l'avait peut-être trouvée à son goût, ou il avait pu se dire qu'un brin de causette rendrait sa boisson meilleure sans se soucier vraiment de qui était son interlocuteur. N'importe quelle âme esseulée aurait pu faire l'affaire.

Le serveur posa la bière de l'inconnu à sa table, puis se tourna vers Yali pour lui demander ce qu'elle souhaitait boire. La teinturière jeta un coup d’œil aux tables avoisinantes et pointa l'une d'entre elle du doigt. Elle avait avisé un petit vin de mûre qui la tentait bien. Ce serait une boisson sucrée, avec une toute petite pointe d'âpreté, à la robe rouge foncée, lui apportant de la fraîcheur et raisonnablement alcoolisée. Juste quelques degrés de plus qu'une bière. L'employé de la taverne regarda ce qu'elle pointa et demande à haute voix si c'était bien du vin de mûre qu'elle souhaitait. L'artisane acquiesça de la tête, adressant un sourire poli au serveur. Il avait bien compris sa commande et s'éloigna d'un pas rapide et dynamique chercher la boisson. Il revint quelques instants plus tard, laissant à Yali le temps de fixer l'inconnu en face d'elle. C'était un homme impressionnant, que l'on n'avait pas spontanément envie d'énerver. Il devait dépasser le mètre quatre-vingt et était tout en muscle. Sa barbe était la petite touche finale qui lui permettait d'afficher virilité sans avoir besoin de faire quoique ce soit. Il serait capable de maîtriser et tuer un fauve à mains nues que ça n'aurait étonné personne. La tatoueuse ne se gêna pas pour le passer au crible. Il était venu de lui-même, prenant place à sa table sans lui demander son avis après l'avoir dévisagée. Il n'allait pas s'offusquer qu'elle le reluque ouvertement. Le serveur réapparut, un verre et une bouteille en verre contenu environ 75cl d'alcool rouge à la main, qu'il posa sur la table. La teinturière se servit, leva sa verre et but une longue gorgée, appréciant la fraîcheur du vin de fruit.
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Jeu 9 Juil - 21:23


La jeune femme ne semblait pas être contre mon arrivée surprise à sa table, sur la terrasse de cette taverne que j'aimais beaucoup. Après m'être commandé une mousse comme, je les aime, la jolie jeune femme avait fait comprendre au jeune serveur qu'elle souhaitait ce fameux vin de mures présent sur la table voisine, qui arborait encore les restes d'un précédent client. Puis elle demanda confirmation au jeune serveur à haute voix et celui-ci avait répondu positivement à sa commande, puis était parti dans les méandres de cette sombre taverne vêtue d'un bois sombre.

Pendant que le serveur préparait la commande de la femme aux cheveux rosâtre, elle me dévisageait ouvertement sans qu'elle ne me le cache et je trouvais cela, fortement agréable étant donné que ma carrure était l'une des choses dont j'étais le plus fier. Suite à tout cela, le fringuant serveur avait fait acte de présence, en effectuant son retour avec la bouteille qu'elle avait choisie et un verre dans ses mains, pour la jeune demoiselle.

Elle s'était servi un verre avec ce délicieux nectar de mûre, qui dégageait une forte odeur sucrée qu'elle avait rapidement bue avec une très grande gorgée. La jeune donzelle, semblait avoir une très bonne descente et pourrait être une très bonne partenaire de beuverie, mon instinct avait vu juste !

Pour clore ma politesse avec mes dires des plus respectueux envers son égard et ainsi, pouvoir attaquer une soirée de beuverie avec la belle femme, je me suis présenté à elle tout en me mettant debout.

« Veuillez me pardonner ma très chère demoiselle, je suis Drogrien Uder enchanté ! »

Et en tout gentleman qui se respect, je lui ai adressé une salutation tout en lui adressant une courbette à son égare. Puis je me suis remis sur ma chaise assez confortable et je me suis mis à boire cul sec, ma douce bière. N'étant pas satisfait par sa teneur en pourcentage d'alcool, j'avais fait signe au serveur de venir me voir et je lui ai glissé quelques paroles dans l'oreille, sans pour autant que la jeune femme ait pu les entendre.

« Sers-nous l'alcool le plus fort de la taverne, mon garçon ! »

Après cela, le serveur et moi nous avions adressé l'un à l'autre, un sourire des plus narquois en pensant à un futur des plus drôle. Et c'est ainsi que je me suis mis à observer encore une fois la jeune femme à la chevelure rosâtre, dont la beauté ne faisait que de me subjuguer.

Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Mer 15 Juil - 18:49
Un sourire amusé, Yali regarda l’homme en face d’elle se présenter. Politesse et courbette au programme, voilà qui n’était pas habituel. Enfin, surtout pour la courbette. La tatoueuse se demanda même fugacement si elle se devait de lui tendre le dos de sa main pour qu’il le baise. Ou peut-être aurait-elle dû se lever à son tour et lui adresser une profonde révérence, tenant la jupe d’une robe imaginaire d’un délicat pincement de doigts ? La teinturière joua avec cette idée, la faisant rouler dans son esprit et imaginant la scène qui aurait été des plus amusantes. Ce genre de facétie était réservé au peuple du Ciel normalement. Pourtant, ce salut particulièrement courtois et galant avait été réalisé avec aisance et naturel par un homme de la terre que l’on pourrait supposer particulièrement bourru de prime abord. Comme quoi on pouvait faire partie d’une tribu de sauvages, comme aimaient les autres nations les désigner, et connaitre parfaitement ses manières. Peut-être même que cette montagne de muscles était suffisamment distinguée et versée dans les arcanes des protocoles pour faire bonne figure lors d’une soirée guindée de Cassiopeia. Qui sait,  il était peut-être même capable de danser la valse avec élégance ! Yali lui retourna son salut d’un hochement de tête tandis que son imagination  la poussait à afficher un sourire ourlant ses lèvres et laissant entrevoir ses dents blanches.

L’artisane fouilla dans son sac à la recherche d’un bloc de feuilles adroitement reliées par une cordelette en chanvre et un crayon, morceau de charbon taillé et protégé par le tube de bois dans lequel il était glissé, pendant que Drogrien buvait goulument en bon pilier de bar. Car, pour avaler d’une traite une pinte complète de bière, il devait soit avoir extrêmement soif, soit avoir l’habitude de les engloutir. Ou peut-être son gabarit était si grand qu’une simple pinte de bière était pour lui l’équivalent d’un verre de 20cl pour toute personne de taille normale. Bah, de toute façon, vu sa constitution, il ne devrait pas s’écrouler pour une simple petite pinte. Il ne faisait aucun doute qu’il savait encaisser l’alcool et avec un peu de chance il était pleinement conscient de ses limites. Yali ne fit, au final, pas grand cas de sa façon de boire. Il était majeur et vacciné, et elle n’était ni sa mère ni sa compagne. Alors, qui était-elle pour le juger ou lui dire de faire attention ? Personne ! Yali ne chercha pas non plus à savoir ce qu’il avait glissé à l’oreille du serveur qui ne cessait de faire des aller-retours entre la terrasse et l’intérieur de la taverne. Il devait sûrement commander une autre bière, ou peut-être de quoi grignoter. Histoire de faire un apéro digne de ce nom.

Aussi, au lieu d’essayer de tendre l’oreille, la teinturière griffonna une note : « Yali Sakate. Que me vaut cet honneur Sire Uder ? » D’un geste souple du poignet, l’artisane fit passer son carnet au gentleman qui lui faisait face, une sourire taquin levant le coin gauche de ses lèvres. Non, elle ne se moquait pas de cet homme au physique d’ours mal léché qui contrastait avec ses bonnes manières. Presque pas. C’était juste son esprit espiègle qui s’était réveillé. Pas qu’il était bien souvent en sommeil mais…

Le serveur revint prestement alors que, l’œil goguenard, Yali écoutait la réponse de Drogrien, se demandant ce qu’il allait bien pouvoir inventer pour justifier son intrusion à sa table. Elle ne remarqua que distraitement son arrivée et n’arqua que légèrement le sourcil gauche lorsqu’il posa un verre devant elle. Il lui restait du vin de mure et elle n’avait rien commandé d’autres… Etait-ce là la boisson que lui avait promise Uder ? Assurément. Ou du moins c’est ce qu’elle conclut. Acceptant avec bonne humeur ce petit cadeau, elle prit soin de remercier le serveur d’un sourire amical et d’un hochement de tête avant de saisir son nouveau verre. Il n’était rempli qu’à moitié, ce qui laissait supposer que son contenu devait être fort en alcool. Son odeur indiquait que cette hypothèse n’allait pas tardée à être prouvée. Cependant, c’était tout ce que Yali parvint à deviner. Le récipient était en grès et d’une teinte des plus sombres, un noir quasi parfait. Impossible de voir la couleur de la boisson contenu. Toutefois, la tatoueuse était d’humeur joyeuse et joueuse. Sans hésitation, elle leva son verre, invita l’homme en face d’elle à trinquer, et porta le précieux liquide à ses lèvres. Elle sentit immédiatement l’alcool se déverser sur sa langue avant de couler dans sa gorge qui chauffa d’un coup. Elle dût faire un effort incroyable pour garder la maîtrise de son diaphragme et éviter de tousser tandis qu’elle venait de boire un peu moins de la moitié de son verre. Elle ne s’autorisa qu’un plissement des yeux accompagné d’une crispation de ses lèvres. Yali se doutait bien qu’on venait de lui servir un alcool fort, mais pas à ce point ! Une fois qu’elle regagna le contrôle de ses muscles faciaux, elle reposa son verre et adressa un grand sourire à Uder. Elle avait certes mordu  l’hameçon, mais elle n’allait pas se ridiculiser pour si peu. Au contraire, elle était prête à relever n’importe quel défi à ce moment précis. Cette petite surprise avait été interprétée comme une provocation taquine par la teinturière. Ah, Yali et sa fierté étrangement placée…
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Jeu 16 Juil - 22:04


Après toutes les choses que j'ai pu faire en sa compagnie, elle m'avait gribouillé sur un bloc note son identité et surtout une question, de ce que je lui voulais. Un grand sourire avait pris place sur mon visage et je n'ai pas pu m'empêché, de rire tout en lui disant.

« Je ne pouvais passer à côté d'une aussi charmante compagnie »

J'ai dirigé les paumes de mes mains en direction du ciel tout en haussant les épaules, pour donner un air des plus comiques à tout ceci. Et c'est ainsi que j'observais la réaction de la jeune Yali face à ce verre d'alcool fort et elle avait tenté une chose qui m'avait fortement surpris. Puisqu'elle avait pris son courage à deux mains pour boire cette décoction des plus fortes, mais sa réaction au contact du liquide avec sa gorge, ne m'avait guère surpris. En effet, je lui avais offert ça un peu trop tôt dans la journée et je me sentais mal à l'aise, au point de me gratter le sommet du crâne en guise de gène.

« Toutes mes excuses, ma chère Yali ceci était trop fort pour vous. Je vais me rattraper. »

C'est ainsi que j'avais claqué des doigts, pour que le serveur vienne vers moi et je lui ai glissé quelques mots à l'oreille, pour lui commander une boisson peu alcoolisée et surtout fruitée à la jeune femme. Tout en regardant le serveur partir dans les entrailles de la taverne, je n'ai pas pris le temps de déguster mon verre en le buvant cul sec, sans réfléchir. Tout en poussant un petit « Aaaah » après cette boisson forte, je n'ai pas pu m'empêcher de glisser quelques paroles ironiques.

« C'est vrai, que cet alcool très fort est digne de la plante d'où il est extrait ! »

Je ne pouvais m'empêcher d'observer cette fameuse Yali, vu qu'elle disposait d'une apparence des plus magnifique et dégageais, une aura si mystérieuse. Et ainsi, ma curiosité commençait à me titiller l'esprit, puis soudain une question s'était glissée entre mes lèvres.

« Je m'excuse pour cette question indiscrète, mais pourquoi tu es muette ? "

En effet, c'était l'un de mes plus gros défauts et souvent je m'en voulais, comme pour cette question qui n'était pas digne du gentleman que je suis...
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Jeu 16 Juil - 23:36
Yali afficha une moue moqueuse toute en se jetant contre le dossier de sa chaise. « Une aussi charmante compagnie », c’est cela oui… La femme n’y croyait qu’à moitié. Oh certes, c’était flatteur comme raison. Cette excuse était de la musique à ses oreilles. Mais l’artisane trouvait ça un peu trop gros. Pas forcément tiré par les cheveux toutefois. Elle savait qu’elle plaisait à certains hommes, avec son corps aux courbes juste suffisamment marquées pour afficher sa féminité. Ni trop musclée, ni trop grasse. Pas maigre non plus. Elle possédait un corps souple dont les formes se devinaient aisément sous ses vêtements, mais pas au point d’être voluptueuse. Ou peut-être pas ? Ca dépendait de la définition de chacun… Bref, dans tous les cas elle se contenta d’un sourire ambigu pour toute réponse à la raison officielle de l’intrusion de Drogrien à sa table.

« Toutes mes excuses, ma chère Yali ceci était trop fort pour vous. Je vais me rattraper. »

Sa main tendue au niveau de son menton battait de droite à gauche alors que son visage tournait de gauche à droite. Non non non ! L’alcool n’était pas trop fort pour elle. Elle avait juste été surprise ! Rien de plus, rien de moins. Elle était tout à fait capable de boire cette mixture comme du petit lait, à condition qu’elle s’y prépare mentalement avant. Et qu’elle ait de quoi éponger tout cet alcool. Mais de toute évidence, Sire Uder n’avait pas l’air d’y croire. Alors que le serveur allait quitte la table, après avoir pris une autre commande discrète de Drogrien, Yali l’attrapa par la manche. Elle lui montra son verre et lui fit signe de leur en ramener deux, son index et son majeur droits formant un V. Elle n’allait pas se laisser démonter, et elle n’allait pas laisser son nouveau compagnon de boisson la sous-estimer. Sa fierté en pâtirait trop. Yali était une femme indépendante, sûre d’elle et qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. Sauf peut-être par les membres de sa famille, parfois. Avant qu’ils ne déclenchent ses foudres.

« C'est vrai, que cet alcool très fort est digne de la plante d'où il est extrait ! »
« Quelle plante ? » répondit Yali, griffonnant ces deux mots sur son carnet avant de le glisser à nouveau à son interlocuteur. Peut-être que cette indication lui permettra de deviner quel était ce tord boyau qu’elle venait d’avaler. Car, mine de rien, la teinturière restait curieuse. Surtout qu’elle venait de leur commander un nouveau verre chacun, et qu’elle aimerait bien savoir si elle allait devoir s’attendre à une nuit mouvementée ou à une gueule de bois carabinée le lendemain matin. Et qu’elle n’avait pas encore terminé de boire le sien. Yali prit son courage demain, afficha un sourire volontairement effronté, et bu ce qu’il lui restait d’alcool sans sourciller. Son regard  aux braises incandescentes vrillé dans les pupilles sombres de son vis-à-vis. Il n’avait pas à prendre des pincettes avec elle, bien au contraire : Yali n’était pas une princesse au petit pois mais l’égale de celui en face d’elle. Du moins, c’est ce qu’elle souhaitait et essayait d’imposer à ce moment-là, à cette table-là.

Pourquoi était-elle muette ? Eh bien, pour faire court : « Je ne suis pas muette. Ma gorge est abîmée… » Yali ne put s’empêcher de grimacer en écrivant ce dernier mot. Abîmée. Meurtrie. Ruinée. Peu importait le mot utilisé, le résultat était le même. « Parler me fait mal. Du coup je préfère écrire ou faire des signes pour me faire comprendre. J’espère que ça ne te dérange pas. » Sinon les choses allaient devenir compliquées. Le temps que la teinturière couche ces quelques phrases, le serveur était revenu à leur table, un plateau chargé à la main. Il déposa deux verres d’alcool fort sur la table, ainsi que deux breuvages plus doux et à l’odeur plus sucrée, plus fruitée. Ainsi qu’une coupelle de fruits secs et de noix à grignoter. Délicate intention de sa part. Ou plutôt, il avait flairé la bonne affaire que ces deux comparses représentaient potentiellement. Yali attrapa le nouveau verre de grès noir se présentant devant elle et invita à nouveau Drogrien à trinquer avant de boire lentement, mais pourtant d’une traite, cet alcool qui lui réchauffait le gosier et rendait sa tête plus légère.
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Ven 17 Juil - 14:38


La jeune femme ne voulait pas se voiler la face, puisqu'elle avait pris la peine de redemander l'alcool que je lui avais offert auparavant, avec quelques signes avec ses mains et le tout en étant le plus compréhensible. J'aimais la personne qu'elle était avec son côté si mystérieux et sa franchise dans ses gestes, elle m'avait demandé avec curiosité de quelle plante venait cet alcool si rude.

Je lui ai répondu avec un léger sourire un peu narquois, le tout accompagné d'une réponse des plus brève et précise.

« Cet alcool qui est la Vodka est fait simplement à partir de Seigle, ni plus ni moins... »

J'avais lâché un léger soupir, puisque cette céréale était importante pour quelques préparations culinaires, mais certains l'utilisé comme alcool, pour s'enrichir sur les agriculteurs. Après ma question, la jeune femme avait écrit quelques pensées sur son bloc-note et m'avait dit que sa gorge était abimée. Donc son mutisme était volontaire et semblait le faire pour une bonne cause, pour sa gorge abimée. Elle m'avait dit que les mots lui faisaient mal et se demandais si cela ne me dérangeait pas et je n'ai pu m'empêcher de rétorquer aussitôt.

« Non non cela ne me dérange guère, c'est ton choix et je le respecte. Mais est-ce de l'ordre médical ou mental, qui a engendré tes douleurs ? Je peux peut-être t'aider. »

En effet, je souhaitais toujours aider ceux que j'appréciais même après peu de temps avec eux et souvent j'aidais des personnes que je connaissais que brièvement. Pendant mes pensées, le jeune serveur avait pris le temps de nous ramener les alcools demandé et quelques denrées comestibles pour accompagner nos breuvages, qui allaient couler à flot dans nos gosiers.

Je me suis emparé de mon verre d'alcool fort et je n'ai pu m'empêcher de trinquer avec celle-ci, tout en disant avec une voix assez forte.

« À la tienne, ma chère Yali ! »

Tout comme auparavant, j'avais sorti un petit gémissement du à l'alcool qui brulait ma gorge et je ne pouvais m'empêché de rire aux éclats. Cependant, l'alcool n'avait qu'un léger effet sur mon comportement pour l'instant vu que j'avais une forte résistance à l'alcool et je n'ai pas pu m'empêcher de commande un grand pichet d'alcool fort à mon ami le blondinet. Tant pis, si mes économies y passaient au moins je peux m'éclater en très bonne compagnie. Avec quelques rougeurs du à l'alcool fort, j'avais adressé quelques mots à la jolie et jeune femme.

« Je suis content de t'avoir rencontré, puisque j'en suis sûr que tu es quelqu'un de bien et je ne peux m'empêcher de bien parler avec ceux que j'apprécie heyhey »

Même si je la connaissais que trop peu, je savais qu'on serait de futurs bons amis...
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Dim 19 Juil - 16:24
Cette fois, Yali ne toussa pas. Elle avait bu la vodka tranquillement, laissant sa gorge s'habituer à cette drôle de sensation qui ressemblait tant à une brûlure alors que ses papilles devenaient momentanément engourdies. Elle fit légèrement claquer sa langue contre son palais, entre-ouvrant à peine ses lèvres, comme pour réveiller sa langue. Elle attrapa une noix salée qu’elle dans sa bouche avant de reprendre de quoi écrire. Se penchant sur son bloc, elle passa une main dans ses cheveux. Du bout des doigts, elle replaça une mèche rebelle derrière son oreille décorée de plusieurs pierres aux vertus protectrices. Elle mâchouilla la noix tout en écrivant avec une calligraphie appliquée sa réponse.

« C’est un problème médical. Un dommage collatéral de problèmes chroniques dirons-nous. Merci de ta proposition, mais je suis déjà suivie par une certaine Edelweiss. » Yali ponctua sa réponse d’un sourire narquois en la passant à Drogrien. Une « certaine Edelweiss », hein… Il était pratiquement certain que l’homme en face d’elle fasse le lien. Parmi le corps médical d’Earthea, il n’y avait qu’une personne portant ce pronom qui, de toute façon, était peu répandu au sein de la nation terrestre. Médecin en chef, la jeune femme était connue à Démétrio. Et en tant que patiente de longue date, Yali l’ayant connu avant son ascension à ses fonctions prestigieuses, les deux earthéennes avaient terminé par se rapprocher et un lien plus personnel s’était noué entre elles. A dire vrai, elles avaient terminé par devenir amies et se voyaient régulièrement. Peu seulement pour surveiller l’état de santé de la tatoueuse mais aussi pour discuter, passer du bon temps ensemble, sortir en ville… Et Edleweiss faisait partie des très rares personnes pouvant faire des remontrances à Yali sans craindre son courroux, surtout lorsqu’elle la surprenait une pipe à la main. En tout cas, elle appréciait l’offre que lui faisait Drogrien et son intention, bien qu’elle soit plutôt inutile. Mais ça, elle ne le lui dit pas. Elle se contenta de le laisser arriver à cette conclusion tout seul comme un grand. S’il était assez fin pour lire entre les lignes, comme ses manières le laissaient supposer.

Le serveur se dirigea une fois de plus vers leur table, et une fois il déposa de l’alcool devant la teinturière. Ce qui n’eut pas l’air d’étonner Drogrien. De toute évidence, cet ours mal léché était décidé à passer une soirée bien arrosée. Peut-être avait-il décidé de célébrer sa rencontre avec Yali à grand renfort d’alcool ! Après tout, il disait lui-même qu’il était heureux d’être tombée sur elle, qu’elle avait l’air d’être quelqu’un de bien et qu’il allait devenir de plus en plus bavard. C’est vrai que l’alcool aidait à délier les langues, et ça ne dérangeait pas Yali. Taciturne tant par nature que par obligation, la tatoueuse appréciait avoir un camarade prompte à relancer la discussion bien qu’elle s’accommodait parfaitement des longs silences intimes et confortables entre elle et ses proches, ses gens de confiance.

Un petit air dubitatif au visage, elle lorgna sur le pichet de vodka. Il devait contenir au minimum un litre… Une drôle d’appréhension la saisit. Oh elle ne doutait pas que le mastodonte face à elle pouvait en avaler au moins la moitié sans terminée ivre mort. Mais elle ? Elle qui ne faisait même pas la moitié de lui ? Qui ne buvait, au final, pas tant que ça même si elle adorait siroter un ou deux verres après le repas. Elle considéra la cruche, puis décida de se rabattre sur l’alcool plus doux qu’on lui avait servi un peu plus tôt. Elle s’en servit un grand verre qu’elle sirota, tout en grignotant. Elle apprécia la fraîcheur de la boisson, son goût sucré et fruité, sans sentir l’alcool qu’elle contenait. Après la vodka, ce petit vin de fruit passait pour un jus de fruit des plus doux !
Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Dim 19 Juil - 19:19


Je n'avais pas bien attendu longtemps pour avoir une réponse des plus claire et décisive, en effet Yali ne souhaite pas mon aide. Puisqu'elle est la patiente de la chef des médecins du clan, rien que ça et pourtant elle n'a pas trouvé remède à son problème et je trouvais ça plutôt étrange. Suite à cela, je n'ai pu m'empêcher de lui dire ces quelques paroles assez neutres.

« C'est étrange qu'elle n'ait pas trouvé de quoi te guérir, pourtant tout dommage est réparable et tout problème peut être résolu. »

Et c'est ainsi que je n'ai pas pu m'empêcher de me gratter le menton, tout en réfléchissant à comment la guérir malgré son refus. Comme à mon habitude quand je fais face à une réflexion des plus ardue, mes bras ne réfléchissent pas et n'hésitent pas à me servir un verre de n'importe quel liquide buvable,  ici c'était le pichet de vodka que je commençais à boire seul. Puisque la jeune femme s'est reportée sur l'alcool le plus doux, qu'elle avait bu auparavant tout en grignotant les accompagnements qu'on avait pu avoir.

L'alcool commence sérieusement à me monter la tête et j'ai décidé de me calmer sur la boisson, pour éviter qu'elle ne voie une face totalement pathétique de ma personne. Je me suis remémoré ce qu'elle m'avait dit sur son petit calpin et c'est ainsi, que j'ai eu une petite idée sur ce qu'elle a eu dans le passé. Je n'ai pas pu m'empêcher de lâcher un soupir, le tout accompagné de quelques paroles.

« Je sais, que nous nous connaissons que depuis peu. Mais tu as eu un douloureux passé, je me trompe ? »

Je n'ai pas pu m'empêcher de la fixer, dans le blanc des yeux après cette question. Cependant, quelques remords ont fait surface dans ma tête et je me suis tout de suite excusé.

« Toute mes excuses, ma chère Yali, ma curiosité a pris le dessus sur ma volonté. »

Et c'est alors que j'ai repris un peu de vodka dans mon verre où je bois depuis le début de notre rencontre, pour oublier cet élan de curiosité, très irrespectueux.


Invité
Invité
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le Sam 1 Aoû - 21:52
Yali haussa les épaules, son visage arborant une expression totalement neutre. Ou même un peu ennuyé à vrai dire. Discuter de son état de santé et des séquelles laissées par des pneumonies juvéniles na la réjouissait pas particulièrement, bien que ce n'en était pas au point d'être un sujet sensible. On pouvait lui poser des questions sur son silence volontaire et sur sa gorge, elle y répondra brièvement mais avec sincérité. Toutefois, en débattre l'ennuyait terriblement. Elle avait accepté cette marque, blessure passée qui avait façonner sa vie et son futur, malgré tout le dégoût et la douleur qu'elle pouvait éprouver à parler. Cela faisait longtemps qu'elle ne cherchait plus de remède miracle ou un quelconque artifice pour adoucir sa voix. Elle laissait à Edelweiss le soin de le faire, sans y croire véritablement. Elle était Yali, la femme du pavillon rouge sur le lac. Celle qui marquait les autres du bout d'une aiguilles et peignait ses pensées sur des tissus. Celle qui ne parlait plus. Celle dont la voix était brisée, tout comme les rares mots s'échappant de ses lèvres. Celle dont les paroles étaient graves lorsque prononcées. Comme lorsqu'elle avait parlé à Hestia, après l'avoir tatouée. Elle s'y était faite, et cette identité lui convenait mieux que ce qu'elle aurait pu soupçonner.

Yali observa l'homme assis en face d'elle gratter son collier de barbe d'un œil distant. Il était de toute évidence perdu dans ses propres pensées vue la façon dont il se servit de la vodka. Un verre plein. Comme s'il s'agissait d'eau. Bon courage à son foi. Yali se contenta de hausser les sourcils, s'attendant à ce qu'il boive l'alcool comme du petit lait et se disant qu'il risquait d'avoir une sacrée gueule de bois s'il commençait la soirée comme ça. Elle, elle se contentait de boire sereinement son verre de vin de fruit tout en picorant, attrapant des fruits secs du bout de ses doigts qu'elle croquait et mâchouillait à la façon d'un petit rongeur. Elle n'allait pas tirer son comparse de ses réflexions, ce n'était pas son genre. Palabres comme silence, elle s'en accommodait sans le moindre problème et n'en prenait pas ombrage. Au contraire, elle préférait ceux capables de se taire à ceux qui ne parlaient pour ne rien dire, trop effrayés par un moment de vide.

« Je sais, que nous nous connaissons que depuis peu. Mais tu as eu un douloureux passé, je me trompe ? »

L'étonnement se lut sur son visage. Elle battit deux fois des paupières, ses longs cils cachant fugacement ses yeux aux éclats de rubis. Un passé douloureux ? Vraiment ? La tatoueuse n'aurait pas dit ça. Oh, elle avait dû surmonter des obstacles. Les maladies. Les contraintes physiques. La nécessité de construire un futur opposé à celui qu'elle rêvait. De repenser sa vie. De se bâtir d'autres rêves, aspirations et ambitions. Se battre quelques temps avant de se découvrir une nouvelle passion. Suivre une voie autre que celle qui était tracée à sa naissance. Grandir. Apprendre à vivre avec sa différence. S'en nourrir, en faire une nouvelle source de force. Quand bien même il s'agirait d'une plaie qui saignerait jusqu'à la fin de ses jours. Au final, tout ça, ce n'était peut-être que son destin. Qui l'a arrachée de ses mines où elle allait, armée d'une pioche, déterrée des pierres chatoyantes ; pour devenir la femme était. "Pas plus douloureux que n'importe lequel d'entre nous" écrivit-elle à Drogrien. Non, elle ne pleurait pas sur son passé. Elle avait souffert, elle en avait voulu à son dieu. Puis elle l'avait dépassé. Et aujourd'hui elle l'acceptait, se retournant de temps à autres sur lui pour le regarder avec une distance et une sérénité non feinte.

« Toute mes excuses, ma chère Yali, ma curiosité a pris le dessus sur ma volonté. »

Un sourire bienveillant aux lèvres, elle tourna son visage de gauche à droite, ses yeux mi-clos et son verre au niveau de son menton. elle l'excusait bien volontiers, convaincue qu'il n'avait pas poser cette question avec une mauvaise intention. Toutefois, elle prit un malin plaisir à lui donner la pareille. Un air taquin au visage, elle lui glissa ses quelques mots : "Et toi alors, qu'est-ce qui t'a façonné ? Quelle blessure (pas) secrète t'a marqué ?"
Contenu sponsorisé
Re: Un dernier pour la route ! - Drogrien écrit le

Un dernier pour la route ! - Drogrien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un dernier coup pour la route ?
» Le dernier verre pour la route
» La goutte d'eau qui fait déborder le vase (pour qui veut)
» Un dernier Eclipse Phase pour la route
» Dernier groupe en Route pour le Mordor

Nebula :: 
autres lieux
 :: zone terrestre
-