AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Onisim I. Svyatoslav
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 22/07/2015
▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Lun 10 Aoû - 13:25




Exo-Armure AX Nevon : Disponibilité : Accès autorisé.

Mission spéciale. Mission d’espionnage et de récolte pour l’imposante et aquatique nation d’Okeanos. Pour une fois que tu avais le droit de sortir, ça faisait du bien. Mais l’ordre ne venait pas de Chronos, non. Cela parvenait d’un peu plus haut. Dans ces imminentes sphères dorées cachés au yeux de tous. Ce n’était pas si tu avais eu réellement le choix. Dire non ? Et puis quoi encore. Tu avais donc débarqué à l’aide de ce qu’on nommait à Okeanos un « groupe de chasse », c’est-à-dire un lot de trois antigrav de transport lourd aussi indétectable que rapide. Une possibilité de déposer deux escouades de 20 hommes, mais seulement toi posait le pied contre le sol.

Merveilleuse technologique, ces engins militaires remontaient lentement des tréfonds des abysses jusqu’à la surface avant d’activer un bouclier de force déviant alors la lumière, rendant l’engin totalement invisible à l’oeil humain. Toutefois, une vision infrarouge permettait de déceler la manigance. Mais, tu savais pertinemment que ces sauvages du peuple de la Terre ne savaient rien faire de leur dix doigts concernant la technologie. C’était sur cette pensée que tu regardais à travers ton hublot les terres détruites d’Earthea. Tu avais de la peine pour eux. Réellement.

Dans tes mains, un casque servant de masque à gaz et un petit casier qui se fixait à l’aide d’un magnétisme sur ton dos. Vêtu d’une armure bleuâtre aux couleurs d’Okeanos, ta tenue d’adaptation mêlait plaque d’armure et treillis militaire d’un sombre bleu aquatique abyssal. Des plaques d’armures recouvrant partiellement l’avant de tes jambes ainsi que tes genoux, un plastron ainsi que de deux épaulières - Dont la gauche était disproportionnée, servant de protection contre les chocs -. Ton casque, lui, possédait une forme allongée vers l’arrière, surmonté à l’avant de deux lentilles rougeâtres. Une antenne de communication au niveau de l’oreille gauche permettait d’être un liaison avec le GQ d’Okeanos. Ton casier arrière délivrait l’oxygène, énormément plus léger que la moyenne, permettait alors d’attacher une lame spectrale, son nom provenant des fils d’araignées utilisés pour produire les lames, alors presque indestructibles. Toutefois, il s’agissait plus d’un couteau rituel de dernier secours, de même que le pistolet à impulsion accroché à ta ceinture. Une version légère des fusils à énergie expérimentaux développés au sein de l’Officinarum. Pistolet devant être utilisé dans les situations désespérés comme moyen de défense.

Tu étais là pour être discret et non pas pour tirer à tout va. Finalement, l’engin se stabilisa au dessus du sol goudronneux végétal, à quelques centimètres du sol dans un léger vrombissement. Oui, les engins expérimentaux d’Okeanos était des merveilleuses technologiques mais pour l’instant, cela restait bien trop coûteux pour les produire à grande échelle. Vissant ton casque ivoire - seul partie n’étant pas teintée d’azur sombre - sur ton crâne, tu sautais de l’aéronef avant que ce dernier ne s’envole aussi rapidement qu’il était venu. Te voilà seul. Solitaire. Toi et tes connaissances théoriques sur les planes d’Earthea. Au sein de la Forêt Mortuus.

Le chasseur silencieux est opérationnel… 

Transmission au GQ. Tu lâchais un bref soupire avant de commencer les quelques premiers pas, naviguant entre la déchéance de la végétation ainsi que l’humanité morte depuis des nombreuses années. Tu n’aimais pas cet endroit et tu savais parfaitement qu’il s’agissait d’une zone à haut risque. Les minutes passaient puis une heure et enfin deux, l’oxygène se renouvelant au sein de ton casier dorsal à l’aide d’un ventilateur à énergie. Ton objectif ? Réunir des échantillons de diverses créatures pour que l’Officinarum examine les propriétés et les débouchés militaires possible. Oui, certains grands groupes industriels préparaient peu à peu la guerre. Précaution était mère de sureté.

[...]

Tu te retrouvais à genoux, ton casier détaché, contre le sol. Les mains dans la merde. Les mains dans les cadavres d’un animal mort. Une espèce d’élan d’une bonne taille. Il n’était pas encore adulte mais plutôt bien imposant, ta lame spectrale dans ta main, découpant placidement l’un des quatre bois fixés sur son visage. Tu avais abattue l’animal d’un seul tir à l’aide d’un pistolet à impulsion dans un léger bruissement plasmique, bien différent de celle des armes à feu mais presque aussi bruyant. Méthodiquement, tu faisais ton travail, bien trop peu conscient du danger qu’il s’installait autour de toi. La terre tremblait. Tremblait d’un poids lourd puissant. Finalement, tu tournais vaguement la tête avant de percevoir au plus haut de la colline la même créature que tu venais de tuer un peu plus tôt dans l’heure.

… Je déteste la famille. 

Très lentement, tu gardais ton couteau dans ta main droite tandis que la deuxième, décrochait avec discrétion ton arme de service expérimental, ôtant le cran de sureté. Toujours un genoux à terre, tu grinçais des dents à travers ton casque intégral : La créature des terres noircies venaient de lâcher un beuglement significatif : Elle chargea à ta direction, les bois en avant.

J'ai toujours adoré ces petits moments de calme avant la tempête. 


  
 




lorem ipsum




Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Jeu 13 Aoû - 15:39

   

Ouf ! On a frôlé la vie !

with Onisim.






Trois flèches, deux de gagnées, un de ratées.
La chasse était bonne pour aujourd'hui. Il y a des jours où les bestioles étaient faibles et se laissaient mourir bêtement ... D'autres jours où certains monstres préfèrent ne pas se laisser faire et tuer tous humains qui se trouvent sur leur territoire. Aujourd'hui ? Zackary venait de faire plusieurs bonnes prises qu'il ramenait petit à petit à l'entrée de la grotte menant à Demetrio, afin d'éviter que d'autres monstres lui piquent ses festins. Il retournait une nouvelle fois dans cette forêt Mortuus, le masque à gaz sur son visage blanc comme neige. La seule chose que qu'il portait sur lui était un kimono de chasseur, de quoi chasser avec aisance et sans trop d'accessoire sur soi ... Même si les Earthea adorent mettre leur beauté en valeur. Mais le sang qui tâchait ses vêtements le rendait glauque et fantomatique.

Zackary montait dans un arbre pour prendre une tyrolienne l’emmenant vers un point beaucoup plus éloigné que d'habitude. Un bruit attirait son attention mais à savoir quoi ... Il n'en avait pas la moindre idée. C'est pour ces raisons qu'il avait décider de continuer son parcours d'arbre en arbre à l'aide des systèmes de transports installés par le peuple Earthea il y a de cela des centaines d'années. Certaines tyroliennes pouvaient lâcher à tout moment mais ça n'effrayait pas plus que ça Zackary. Durant le chemin, il pouvait constater la présence d'une grosse bête avec des cornes en bois, en train de charger comme un fou furieux sur .. Un homme ? L'Earthea fronça des sourcils avant de lâcher la tyrolienne en cours de route et en sautant sur un arbre proche de la bête. Puis, en attendant que le monstre arrive, Zackary sautait du haut de l'arbre pour arriver sur le dos de la bête, il sortait son sabre de son manche avant d'enfoncer sa lame dans un point bien précis du crâne de la bestiole. Celle-ci s'arrêtait net avant de tomber sans pousser aucun gémissement et aucun hurlement de douleur.

Lentement, l'Earthea retirait la lame du crâne du monstre avant de poser ses yeux sur l'homme qui avait l'air bien équipé. Un pistolet ? Woh.

- Deuxième Okeanos que je vois, deuxième idiot qui ne se méfie pas des terres maudites. Vous m'désespérez.

Disait-il entre deux soupirs. Zackary rangeait son sabre avant d'admirer la bête qu'il venait d'achever. La viande n'était pas comestible, malheureusement pour lui mais les bois pouvaient être utilisés pour la confection d'arc. Le jeune homme leva sa tête en direction de l'espèce d'homme dans une armure totalement perchée.

- J'peux savoir c'que tu fous ici, l'inconnu ?

Parce qu'actuellement, Zackary était à deux doigts de le tuer. Ce genre de personne n'avait rien à foutre ici. Le jeune Earthea respirait calmement mais son masque fit un bruit plutôt perturbant. Il descendait de la tête du monstre avant de s'approcher dangereusement de l'Okeanos. S'en était un, pour sûr. Personne d'autres ne pouvait posséder une telle armure sur son corps.









Spoiler:
 

Onisim I. Svyatoslav
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 22/07/2015
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Dim 16 Aoû - 2:49




C’était qui, lui ? Tu n’aimais pas voir un fantôme s’abattre sur ta cible comme cela. Tu gérais parfaitement la situation comme cela et tu n’avais pas besoin qu’un sauvage te vole ta proie. Tu étais, toi aussi, un chasseur. À ta façon, certes, mais tu l’étais. Fronçant les sourcils derrière ton casque électronique, tu te relevais prudemment, regardant l’immense existence de cette imposante créature se clore dans le plus sombre des silences. Ce samouraï des temps modernes était doué. Toi, ta proie avait souffert, dans les hurlements et dans la douleur. Immobilisation à la patte avant de clore la battue à l’aide de ta lame spectrale, entamant l’une des nombreuses veines au niveau du cou. Teintant alors ton armure bleuâtre de la teinte si particulière qu’était le sang oxygéné. Un reflet dans le soleil noir.

Bougeant au minimum, tu déposais ton arme sur son crochet au niveau de ta ceinture, replaçant ton cassier arrière au dos de ton armure expérimental. Ta lame spectrale toujours dans ta main, tu la serrais. Une légère adrénaline parcourant les nombreux fils électroniques constituant ton corps. Tu ne connaissais presque personne ici et ta mission d’infiltration pouvait amener une guerre entre les deux nations, chose qui n’était pas viable économiquement pour vous et pour Earthea. Même si tu connaissais déjà le gagnant dans cette escarmouche légère et viable. Le fusil était l’amélioration de l’arc, amenant ce dernier à disparaitre. Pour toujours.

Finalement, il arriva. La rencontre avec le savant et le sauvage. La rencontre entre le futur et le passé. Une rencontre qui pouvait amener à un futur radieux comme à un futur obscur et ténébreux. Tu analysais rapidement le personnage. L’immense masque à gaz - bien trop rustique à ton goût - floutait l’entièreté de son visage, mais tu pouvais voir plus que correctement le reste de son corps. Une tenue typique de la nation, quelques tatouages aux significations inconnus et surtout, une certaine crinière blanchâtre. Cela te parlait. Cela te parlait que trop. Une impression de déjà vu. Une impression d’être en face d’un personnage plus qu’important pour la nation de la Terre. L’arme blanche semblait être d’une grande orfèvrerie, signe de la puissance de son sabreur.

Cela ne vous regarde en aucun cas, membre de la caste de la Terre.  

Quelque secondes disparurent, il s’approcha et toi, tu ne bougeas point. Ton arme toujours en dehors de son fourreau. Bien plus court que son sabre, tu n’allais pas avoir une grande avance dans un combat à l’arme blanche, il allait falloir que tu t’améliores dans ce domaine. Ou bien que tu te protèges assez en attendant que le groupe de chasse revienne des airs.

Savoir quand rester en retrait et quand monter au front, en première ligne, est une chose qu’on ne peut apprendre à un commandeur, chacun doit trouver sa propre voie.  

D’un geste extrêmement lent tu rangeais ton arme rituel dans son fourreau, situé dans ton dos. Grâce à l’armure, tu culminais les deux mètres, voire un peu plus. Suffisamment impressionnant pour faire fuir n’importe qui mais certainement pas la personne qui était devant toi. Pas aujourd’hui. L’odeur du sang flottait dans les airs. Finalement, tu te décalais sur la droite, regardant à travers tes optiques l’immense créature, foutrement impressionné par la maitrise de la personne en face de toi. Ce n’était pas n’importe qui, pour sûr.

Vous avez la précision du guerrier aguerri mais la parole d’un enfant de quatre ans. Apprenez le parangon du renoncement, je suis un chasseur de l’eau, je ne viens pas en guerre, c’est la seule chose que vous devez savoir.   

T’avançant vers la créature, tu regardais tour à tour les deux cadavres. Il s’agissait bien du même animal. Féroce et traquer pour sa fourrure ainsi que ses bois. Toi, tu étais là pour ça. Les bois. Si les chasseurs construisaient des arcs avec, les scientifiques d’Okeanos pouvaient certainement s’approprier le patrimoine génétique de la grande résistance pour de futurs recherches. Certaines idioties des autres castes pouvaient permettre l’avancement d’une autre. Parfois.

L’esprit est plus dangereux que l’épée qu’il manie, mais la technologie, elle, évolue avec l’esprit et l’épée en même temps. Ne pensez même pas pouvoir érafler mon armure à l’aide de votre jouet ancestral.  

C’était du bluff. Tu n’avais pas une armure intégrale et tu savais pertinemment que certains point de l’armure était suffisamment fin pour se faire transpercer par un sabre assez affûté. Finalement, tu attrapais ton pistolet, ôtant le cran de sécurité pour la seconde fois, avant de tirer dans les bois, faisant alors fondre une bonne partie dans une magma significatif le boqueteau du gargantuesque animal. Un coup de bottes métalliques fit craquer le faux ébène, tombant alors lourdement au sol. Il y avait quatre branches sur ce foutu bestiaux, et malgré ton armure, il allait être impossible pour toi de trainer cela sur de trop longues distances au vu de la lourdeur de la chose. Il faudra que les aéronefs reviennent sur le point Alpha B2. Ici.

Il me semble que le manque d’unité des vôtres vous empêche de comprendre votre insignifiance et vous pousse à être hargneux, croire que vous pouvez combattre avec les étoiles voire le néant alors que vos terres ne sont même pas exploitables et que vos ressources se basent sur de vulgaires pierres. Maintenant, j’ai besoin de ce cadavre de Wendos pour ma propre caste.  

Tirant un deuxième coup, le bruissement électronique significatif et la lumière bleuâtre sortant du canon t’aveugla légèrement, avant que tu puisses reprendre ton long monologue. Tu essayais de gagner du temps. Du temps pour comprendre la situation. Du temps pour ne pas mourir en un seul coup. Du temps pour servir ta nation. Du temps pour servir ton Dieu. Du temps pour vivre, simplement.

L’ignorance est une vertu, pour vous, membre d’Erthea, vous ne savez rien et vous n’apprendrez rien de ma bouche. Alors, partez. 

Silence.

Pour votre survie.  

Écho du QG central. Tu plaçais un doigt sur ton antenne de communication installé sur le côté gauche de ton casque, hochant positivement la tête, oubliant pendant quelques secondes ton interlocuteur.

Je chasse patiemment.  

Tu appuyais rapidement sur l’antenne, clignotant légèrement pendant quelques mili-secondes avant de revenir vers le sabreur. Pointant ton pistolet à énergie dans son dos, appuyant contre sa colonne vertébrale. Le doigt sur la gâchette, appuyant peu à peu. Un léger bruissement indiqua que la jauge d’énergie grandissant au fil de ta pression sur la dite gâchette.

Mais ma patience à des limites, Zackary Wise, Chef chasseur d’Earthea.  

Tu dégageais alors ton arme sur la gauche, un long faisceau d’énergie bleuâtre électrique venant s’écraser contre le crâne du colossal monstre, explosant dans une gerbe d’encéphale troué et d’os, teintant pour la deuxième fois ton exo-armure mais aussi la tenue et l’entièreté de ton interlocuteur.






 




lorem ipsum




Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Lun 24 Aoû - 16:19

   

Ouf ! On a frôlé la vie !

with Onisim.






Oula, c'est qu'il ne mâchait pas ses mots ce monsieur à l'allure de Robocop. "membre de la caste de la Terre" ? Il n'avait jamais entendu de tels mots pour désigner les Earthea, Zackary éclatait de rire. De plus, ce personnage avait l'air plus épique que normal, ses gestes étaient lents et sa façon d'être ,de bouger ... N'était même pas digne d'un humain. C'était bizarre. On ne pouvait déjà pas être aussi grand et posséder une armure de ce type dans les alentours, ça prouve bien une nouvelle fois que c'est un Okeanos.

Mais c'est que cet homme avait le don de beaucoup parler. Zackary ricanait lorsqu'il était comparé à un gosse de 4 ans.

- Vous avez peut-être la puissance d'une technologie que je ne connais pas personnellement ... Mais j'ai la liberté de penser, contrairement à vous. Je préfère avoir 4 ans d'âge mental que de me faire contrôler par une personnalité dont j'ignore l'ignorance. Je ne suis pas un pantin.

Le jeune homme ne rangeait toujours pas son sabre, ne pas venir en guerre ici ? Peut-être, mais personne n'avait à venir ici sauf les Earthea. C'était leurs terres, pas celles des autres. "Ne pensez même pas pouvoir érafler mon armure à l’aide de votre jouet ancestral." ... Grand silence avant que Zackary enchaîne les fous rires. C'était dit d'un sérieux bluffant, il ne remarquait même pas ce qu'était en train de faire cet inconnu à l'animal. Prendre ses bois ? Comme il veut.

- L'homme est destiné à mourir, l'immortalité ? Ça n'existe pas ... Même pour la meilleure armure du monde. On peut tester si vous le souhaitez.

De la provocation ? Du foutage de gueule ? Plus ou moins. Zackary ne mâchait pas ses mots. "L’ignorance est une vertu, pour vous, membre d’Earthea, vous ne savez rien et vous n’apprendrez rien de ma bouche. "

- Qu'est-ce que j'en ai à faire que vous me blablatiez des trucs sur votre peuple ? La seule chose que je vous demande est de vous casser. C'est peut-être trop compliqué à comprendre pour des pantins avec cervelle programmée ?

L'Okeanos avait fait le tour de l'homme avant de le pointer avec une arme typique du peuple de la mer. Zackary pouvait entendre un bruit plus que douteux et le jeune homme ne se gêna pas pour se retourner et reculer de quelques mètres. En même pas quelques secondes, une pseudo explosion éclata juste à côté du duo. Zackary ne le cachait pas, ça le surprenait totalement. Chaque nation avait sa spécialité, toute aussi impressionnante. Zackary n'avait rien contre les Okeanos spécialement ... Mais on dirait que certaines personnes vont faire des exceptions. L'earthea tourne sa tête délicatement vers l'okeanos.
"Mais ma patience à des limites, Zackary Wise, Chef chasseur d’Earthea." Disait-il. Le jeune homme se contentait d'hausser les épaules. Comment avait-il su ça ? Peut-être à cause des cheveux blancs, de l'allure, du statut de chasseur ... Il y avait pleins de possibilité mais bizarrement .. Zackary s'en fichait pas mal. Qu'il soit chef ou Zackary, il est avant tout Earthea et son objectif est de protéger ces terres.

- Oh, oh, oh. Belle menace.

Il regardait son sabre et ses vêtements recouverts de sang. Il ricanait doucement.

- J'en sais beaucoup plus que vous sur cette forêt maudite ... Les connaissances seules ne suffisent pas à faire de vous le meilleur des survivants. Vous n'êtes plus dans votre bulle ... Vous êtes sur la réalité.

Soudain, Zackary se mettait à courir pour monter sur un arbre d'une grande hauteur. Il se posait sur une grosse branche avant de regarder l'Okeanos de haut. Non loin de lui apparaissaient des monstres, ils étaient différents de ceux que venaient de tuer l'Okeanos et l'Earthea. Ils devaient être une bonne dizaine, sûrement étaient-ils attirés par le sang des créatures tuées.. Zackary rigolait discrètement.

- Mais prouvez-moi que vos connaissances sont meilleures que les Earthea et leur "pseudo survie".

Comment appelle-t-on cette espèce déjà ... Ah oui, des Hyènes Fugaces. Connues pour être des créatures sans pitiés et incroyablement dangereuses, leur rire est tout simplement insupportable. Leurs attaques sont totalement imprévisibles.









Spoiler:
 

Onisim I. Svyatoslav
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 22/07/2015
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Jeu 3 Sep - 15:21




Il riait trop. Et c’était pour cela que tu n’appréciais pas réellement la caste de la Terre. Tu avais toujours eu du mal avec les enfants voire les primitifs. Une légère impression de devenir un père hurlant à son gamin de pas faire de bêtise. Mais bon, à la limite de croire que c’était normal chez eux. Normal d’être un putain d’attardé qui pense que la planète et les terres appartient à un peuple. L’impression d’avoir un débat de sourd en parlant une autre langue avec un étranger parlant lui aussi parlant une autre langue que la tienne, le tout sur un sujet délicat. Une discussion qui amenait à pisser dans un violon, les mains en l’air.

Réalité ou pas. Illusion entre une armure tâchée de sang et un puceau grimpant dans un arbre. Cela ne t’avançait pas réellement. Bien au contraire, cela te retardait de plus en plus. Il était impossible pour toi de déployer les antigravs de transport lourd à la vue de cette personne-ci. Tu aurais rencontré un simple civil, tu aurais pu l’abattre. Mais pas dans cette situation. Tu signais ton arrêt de mort en l’attaquant et tu le savais. Menace ou non, tu le prenais certainement plus au sérieux que lui-même. Imbécile. Idiot. Simplet. Illustre personne du non intéressement du peuple des sous-sol à la condition humaine.

Tu n’aurais pas eu cette immense armure, tu aurais grimper. Mais déjà que tu étais assez lourd sans ton armure, avec, l’idée ne t’effleurait même pas l’esprit. Il décuplait ses sens comme un handicapé, que cela ne tienne. Hum. Bon, que cela ne tienne. Tu haussais maussadement les épaules en regardant l’aventurier parvenir vers les arbustes goudronneux de ces terres éteintes depuis des lustres avant qu’il ne désigne plusieurs créatures légèrement au nord de votre position. Hum. Ta personne ne connaissait absolument pas l’intégralité du bestiaire des terres d’Earthea, mais tu en n’avais pas besoin.

Nous oeuvrons tous pour le Bien de la planète.  

Sans rien dire de plus, tu détachais de ta ceinture deux boules sphériques noirâtres. Lâchant un profond soupire, tu plaçais la première sphère sur l’écorce du gigantesque arbre avant que tu ne gardes la deuxième en main, jonglant presque avec à l’aide d’une main. Finalement et après quelques secondes tandis que les immondices créatures s’approchaient en ricanant, rappelant le pire des démons, tu plaçais alors la deuxième charge manuellement dans l’estomac de l’immense Wendos, déjà mort il y a peu, ayant découpé juste avant son estomac à l’aide de ta lame rituelle après avoir posé la première charge. Brassant les muscles et la chaire de la bestiole avant de retirer ta main gantée dans une gerbe de sang, tu tournais ton imposant casque vers la fière équipe d’Hyènes Fugaces.

Elles arrivent.  

Dans un léger sourire, tu reculais prudemment de quelques mètres, te cachant presque derrière un buisson, un genoux à terre, ta lame spectrale dans une main et dans l’autre, un appareil électronique recouvert d’un fin écran de verre où plusieurs coordonnées s’entremêlées. Tu attendais. Tu étais le chasseur patient. Chasseur et patience font parti de la même racine orthographique pour ta personne. Tu ne disais mot et tu observais ton interlocuteur, toujours sur son arbre. Encore un peu. Patience était mère de vertu. Finalement, toutes les créatures mordirent dans le premier cadavre tandis que certaines préféraient activement gratter l’écorce de l’arbre sur lequel était perché le chef des chasseurs.

Boom baby.  

Une simple pression. Une simple pression qui activa deux explosions. Deux explosions nullement assez puissantes pour blesser l’humain perché bien trop haut dans l’arbre. Mais pas les calomnieuses hyènes andrinoples et ivoires. Jeu. Set. Et match. C’était dans une immense gerbe sanguine, mêlant viscères et os que les rires s’estompent d’eux-même. Au même moment, l’arbre sur lequel était inscrit l’homme à la crinière argentée s’écrasait dans un lourd bruissement, soulevant la poussière du lieu innocent. Une merveilleuse scène. Violente. Non environnementaliste. Irascible. Couperosé. Incarnat. Laissant la poussière retombée, tu savais pertinemment qu’il n’allait pas être heureux. Il. Lui. Mais tu en n’avais que faire.

Rangeant ton appareil ainsi que arme rituelle, tu attrapais ton pistolet à énergie avant de te diriger vers le lieu de l’holocauste. Sur ton chemin, une hyène mourante. La jambe arrachée, l’estomac grêle répandue sur le sol. Pour une fois, elle ne riait pas. Pour une fois, elle ne souriait pas. Pour une fois, elle souffrait. Changeant de main, tu t’arrêtais au niveau de son faciès, regardant le futur cadavre du haut de tes 200cm, dépassé à l’aide ton armure. Une gerbe. Un tir. Un mort.

Satisfait ?  

Strident.
Le silence fait un immense vacarme.





 




lorem ipsum




Zackary Wise
avatar
Messages : 753
Date d'inscription : 24/04/2015
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le Sam 19 Sep - 11:13

   

Ouf ! On a frôlé la vie !

with Onisim.






Tu aurais du te méfier un peu plus, Zackary. Parfois, tu sous-estimes un peu trop les personnes que tu croises dans ta petite vie de chasseur. Chasseur ? Oui, avec une force parfois inouïe. Tu regardes la scène depuis ta branche, depuis plus de 20 mètres de haut, tu admires et reste attentif à ce que peut te réserver cet homme dont son identité te reste encore inconnu. Le peuple Okeanos, tu les trouves beaucoup trop mystérieux à ton goût.

Et puis la fête commence.

Le sang giclait de partout. La seule arme ? Une simple bombe. Une si petite chose qui avait détruit la vie de plusieurs créatures, et qui avait aussi détruit l'arbre où le chef des chasseurs se trouvait. Le jeune homme sautait en direction d'un autre arbre avant de voir le spectacle s'achever. C'était violent, tu ne peux pas dire que tu trouves ça trop violent à ton goût, Zackary. Tu es toi même un sauvage alors tu n'as pas forcément de commentaire à faire là dessus. Lorsque tu vois l'Okeanos buter la dernière bête à l'agonie de sang froid, tu te contente d'hausser les épaules, le sourire aux lèvres derrière ton masque de mort. T'avances doucement vers l'inconnu.

- Plus que satisfait.

Dans le fond, c'était intéressant. Cet homme était la définition même du mystère. En réalité, tout le peuple d'Okeanos était comme ça. Ils font des choses incroyables, parfois inutiles mais impressionnantes. C'est bien un peu que tu ne peux détester. Tu ne sens pas une grande haine envers eux, pas tellement. Tu n'aimes juste pas quand les hommes autres que les Earthea pénètrent sur ces lieux sacrés. Non, tu n'aimes pas les squatteurs.

Tu ricanes doucement, très doucement ..
Avant de sortir ton katana et de briser une petite partie de l'armure de l'inconnu, l'endroit le plus fragile, au niveau des articulations du bras. T'avais pas pu trancher le bras en entier, quelque chose t'en empêchait. Mais ce geste, tu l'avais fait soudainement alors que ce mec pouvait te tuer à tout moment.

- Ca ne m'empêchera pas de continuer à te dire de dégager d'ici. J'ignore combien de temps tu pourras mettre pour aller vers sur surface potable. Le temps que le gaz pénètre lentement ton armure, arrive vers ton visage, pénètre tes poumons et ... T'offre la plus douce des morts.

Tu ricanes encore une fois. Cette situation te faisait rire, t'étais pas normal, peut-être limite fou à vouloir le provoquer de cette manière là. Cet homme possédait des armes atroces et qui pouvaient te tuer en un instant.

Mais tu lèves ton index droit avant de reprendre la parole.

- Si tu tiens à la vie, marchandons et évite de me tuer à l'avance. Je suis bien le seul à connaître une zone protégée du gaz. Haha.









Spoiler:
 

Contenu sponsorisé
Re: ▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise. écrit le

▬ « Ouf ! On a frôlé la vie ! » Feat Zackary Wise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ouf’ ! Bientôt rentrée ! Mais pause oblige ! [LIBRE]
» Militaires 3/3
» What about playing chess?
» Gratte quelques cordes {- Feat Ulysse}
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain

Nebula :: 
autres lieux
 :: zone terrestre
-